Choisir une action avec l’analyse fondamentale

De nombreuses études sont menées en finance afin d’analyser les méthodes qui fonctionnent en bourse. On effectue pour cela ce que l’on appelle des backtest. Cela consiste à revenir dans le passé à une date bien précise, de sélectionner certaines actions qui correspondent à la stratégie à tester, puis de regarder leur évolution.

On peut par exemple citer la célèbre stratégie « buy in October and sell in May« . Comme son nom l’indique, il a été démontré d’après le passé que la période Octobre-Mai est plus rentable que Mai-Octobre, et cela pour les mêmes actions.

Nous allons voir dans cet article les critères qui permettent d’expliquer au mieux les mouvements du prix d’une action.

L’analyse fondamentale pour sélectionner les actions

Dans tout backtest, si l’évolution du prix de l’action suivie semble sur une longue durée bien corréler avec le paramètre étudié, on en conclue qu’il y a un lien indéniable entre l’évolution du prix de l’action et de ce/ces paramètre(s). Ce sont les paramètres fondamentaux (et non pas techniques) qui obtiennent les meilleurs résultats.

Plusieurs études le montrent et de nombreux articles de recherche ont été publiés à ce sujet (vous pourrez trouver en bas de l’article quelques exemples de liens à ce sujet).

Les meilleurs critères fondamentaux  pour déterminer le prix d’une action sont les suivants :

  • Le bénéfice net par action (BNPA) : ce chiffre correspond au résultat net (résultat final en retirant les charges, les taxes, les impôts) dégagé par l’entreprise sur l’année, divisé par le nombre d’actions en circulation.
  • Le cash-flow (CF) : ce chiffre représente la quantité d’argent réellement dégagée par l’entreprise sur l’année. Cet argent permet de payer les actionnaires, les dettes, et d’investir. On peut parler de capacité d’autofinancement de l’entreprise. Il se distingue du résultat net de par la réintégration des provisions et amortissements. Il est souvent considéré comme plus fiable car il est plus difficile à manipuler (le résultat net peut varier en fonction de l’étalement des provisions et amortissements, et également de par les résultats exceptionnels).
  • Le chiffre d’affaires (CA) : il représente la capacité de l’entreprise à développer son business. Plus il est élevé, plus l’entreprise est capable de générer de l’argent. Cependant, il ne représente qu’un montant brut d’argent et n’est donc pas lié au résultat net.
  • Les capitaux propres (CP) : ils correspondent à la valeur totale de l’entreprise (hors dette et excès de trésorerie). On peut retrouver cette valeur au passif du bilan.

Toutes ces données sont publiées dans le compte de résultat de l’entreprise.

Pour illustrer ceci, voici l’évolution du cours de l’action Ingenico Group depuis 2012 en noir, de son BNPA en rouge, de son CF en violet, de son CA en jaune, de ses CP en bleu. Chaque point représente un trimestre. Les données allant jusqu’en 2020 sont les prévisions des analystes sur les données financières d’Ingenico. Pour savoir comment tracer ce genre d’évolution et trouver des actions de qualité aux fondamentaux solides, vous pouvez consulter cet article: choisir les meilleures actions en bourse .

 

analyse fondamentale bourse action Ingenico Group

 

3 choses sautent clairement aux yeux en regardant ce graphique :

  • On constate que la corrélation entre l’évolution du prix de l’action et ses paramètres fondamentaux sur le long terme est indiscutable.
  • Chaque paramètre donne dans ce cas des résultats différents mais très proches.
  • On remarque que sur le court terme les prix sont volatils et peuvent s’éloigner, sans raison valable, de leur fondamentaux.

Acheter ou vendre une action avec l’analyse fondamentale

Si l’action est temporairement au-dessus de ces fondamentaux (par exemple en 2015 pour Ingenico), elle est considérée comme sur évaluée. Il faudra donc rester à l’écart car elle risque fortement tôt ou tard de retourner sur sa moyenne. C’est en effet ce qu’il se passe en 2016 où l’action chute fortement suite à des résultats bons, mais moins que prévus.

A l’inverse, si l’action est en dessous de ses fondamentaux, il faut s’y intéresser de plus près car elle est considérée comme sous-évaluée. Il peut donc y avoir une remontée importante des cours.

Le second rôle de l’analyse fondamentale entre alors en scène : il faut trouver si l’entreprise est sous-évaluée pour une bonne ou mauvaise raison. L’entreprise est-elle endettée ? Ses derniers résultats sont-ils mauvais ? Les carnets de commandes sont-ils vides ? La rentabilité a t-elle fortement chuté ? Y a t-il une nouvelle concurrence sur le marché ?

En conclusion, s’il n’y a pas de raison valable et que les fondamentaux sont solides, il faut foncer sur l’occasion car vous tenez surement une pépite. Cependant, il faudra simplement parfois un peu de temps avant que les cours ne reviennent à la normale. Sinon, vous pouvez entrer en position mais à condition d’avoir une marge de sécurité suffisante.

 

Liste des articles:

« Buy in October and sell in May ».

« How stock fundamentals impact the share price »

« Les liens entre la rentabilité des actions et les fondamentaux macroéconomiques en Inde »

« The Relationship between Stock Price and EPS: Evidence Based on Taiwan Panel Data »

 

 

Mentions légales :

Toutes les informations disponibles sur ce blog sont données à titre indicatif et ne sont en aucun cas des conseils d’achats ou des recommandations au sens de l’AMF.

L’auteur ne saurait être tenu responsable des pertes que pourrait engendrer le lecteur et décline toute responsabilité à l’égard des conséquences éventuelles de l’utilisation du blog.

De plus, les informations pourraient ne pas être actualisées et donc ne fournissent aucunes garanties. Il appartient à chacun de vérifier les données personnellement.

1 commentaire

Premier commentaire !
Force et honneur à toi, Matthieu 😉

Laisser un commentaire