Gérer un site internet : de vrais revenus passifs ?

Nous entendons très souvent sur internet parler de revenus passifs. Ces fameux revenus tombent sur votre compte chaque mois, que vous travaillez ou non, même si vous êtes malade, en vacances..

Bourse et immobilier sont généralement évoqués comme les revenus passifs les plus communs.

Qu’en est-il d’un site internet ? En effet, posséder un site permet d’obtenir des revenus publicitaires chaque mois, mais est-ce des revenus passifs ? C’est ce que nous allons voir.

 

Qu’est-ce qu’un revenu passif

 

Un revenu passif est un revenu généré de manière automatique, sans qu’aucun travail ne soit nécessaire pour l’obtenir et l’entretenir dans le temps. Il s’oppose aux revenus actifs, souvent liés à notre profession, où nous sommes payés à un certain taux horaire.

Les revenus actifs sont forcément limités puisqu’ils dépendent directement du temps de travail effectué. Les deux manières de les augmenter sont soit d’augmenter son taux horaire, soit d’augmenter le nombre d’heures travaillées. Les journées ayant 24h, ce type de revenu est donc une quantité finie.

À l’inverse, les revenus passifs gérés automatiquement ont l’avantage principal de ne pas dépendre du facteur temps, et sont donc théoriquement et potentiellement infinis.

Je donne plusieurs exemples dans l’article résumant les manières d’atteindre l’indépendance financière.

La définition d’un tel revenu est très simple, néanmoins son application pratique est ambiguë.  En effet, il faut dans 99% des cas un minimum de travail (même uniquement initial) pour développer de tels revenus.

La bourse est par exemple un revenu passif puisqu’une fois l’investissement fait, il nous rapporte de l’argent (sous forme de dividende ou de plus-value) à long terme sans que nous ayons quelque chose à faire. Cependant, certains diront qu’il faut quand même faire un travail initial de recherche d’entreprises ou même du temps pour gérer ses investissements. Sur ce point, la définition ne colle donc pas tout à fait.

Je définirais personnellement un revenu passif comme un revenu que l’on peut obtenir de façon récurrente, sans que le gain dépende du facteur temps et potentiellement infini.

La bourse colle donc tout à fait avec cette définition.

L’immobilier est semi-passif puisque cela nécessite parfois du travail et beaucoup de temps de gestion. Si on le délègue à 100% à une agence ou à des employés, c’est totalement passif.

 

 

Un site internet est il un revenu passif

 

Concernant les sites internet, il est possible de les monétiser notamment via l’affichage de publicités. J’utilise personnellement les publicités de Google Adsense, qui me rapportent chaque mois des revenus.

Évidemment, ce n’est pas l’objectif principal du site, mais cela fait toujours plaisir de recevoir une petite rémunération pour son travail.

Mais alors, est-ce un revenu passif ?

D’une certaine manière oui puisqu’il suffit de travailler une fois sur un article, de le publier, et de toucher automatiquement et perpétuellement des redevances publicitaires à chaque fois que quelqu’un le consulte.

À partir d’un travail initial, on peut donc générer un revenu récurrent ne nécessitant pas de travail supplémentaire. Un peu à la manière des écrivains, des chanteurs qui touchent des redevances potentiellement infinies.

Les revenus publicitaires n’ont pas de limites, dans le sens où pour le même effort je peux gagner très peu (faible nombre de visiteurs) ou énormément (très grand nombre de visiteurs).

Malheureusement, la réalité n’est pas si simple. En effet, ces revenus dépendent fortement de l’audience. Si jamais j’arrêtais de publier des articles, les revenus vraiment passifs s’entretiendraient quelques mois seulement, mais finiraient vite par chuter (baisse du nombre de lecteurs, déclassement du site sur les moteurs de recherche…).

La passivité est donc éphémère.

Gérer un site internet est également bien plus complexe que juste poster des articles. C’est aussi travailler sur son architecture, sur son référencement, répondre aux mails, aux commentaires, trouver de nouvelles idées d’articles, faire des recherches…

Tout cela est un réel plaisir pour moi. Mais on est très très loin de la « passivité » et c’est une activité relativement chronophage.

Il n’est pas rare de passer plusieurs heures par semaine sur le site. Évidemment, on peut le voir comme une passion (ce qui est mon cas) et non comme un travail. Du coup on a vite tendance à ne pas compter le nombre d’heures travaillées. Mais elles sont bien là !

 

Si l’aventure vous tente, il est aujourd’hui assez simple de créer un site internet notamment grâce à WordPress, alors n’hésitez pas.

 

 

Me contacter pour une question ou pour la rubrique Conseils Boursiers & Services 🛒 :

etre.riche.et.independant@gmail.com

 

N’hésitez pas à poster un commentaire.

Si jamais le commentaire ne s’affiche pas directement, c’est normal car je dois d’abord le valider pour qu’il apparaisse (anti-spam).

Mentions légales : 

Toutes les informations disponibles sur ce blog sont données à titre indicatif et ne sont en aucun cas des conseils d’achats ou des recommandations au sens de l’AMF.

L’auteur ne saurait être tenu responsable des pertes que pourrait engendrer le lecteur et décline toute responsabilité à l’égard des conséquences éventuelles de l’utilisation du blog.

De plus, les informations pourraient ne pas être actualisées et donc ne fournissent aucunes garanties. Il appartient à chacun de vérifier les données personnellement.

 

10 commentaires

Cigale repentie

Tout à fait d’accord. Du fameux « tryptique magique du revenu passif » (Bourse / Immo / Blog monétisé), le site internet est de loin le moins passif et le moins susceptible de rapporter (assez) sur le LT.

Il existe des milliers d’idées de businesses en ligne, mais tous ou presque supposent une sacrée mise de fonds initiale et un paquet d’heures de développement. C’est donc juste une forme d’auto-salariat consolatoire, et c’est pour cela que j’ai fini par me tourner vers l’investissement en bourse et le Crowdlending, notamment immobilier.

Juste à titre de curiosité : quelle est la part respective du crowdlending et des métaux précieux (if any) dans ton « portefeuille général » ? 10 % / 5 % ? Plus ? Moins ?

Encore merci pour tes efforts et ta pédagogie, un vrai phare dans la brume, un vrai signal dans le bruit ambiant !

Y., Hasselt (Belgique)

Bonsoir Cigale Repentie,

Merci pour votre commentaire !

C’est sûr qu’au taux horaire, un blog est loin d’être ultra rentable, mais ce n’est pas grave lorsqu’on le fait avec passion.
Au moins on travaille pour soi, et dans le but d’aider les autres.

Dans ma situation la bourse représente environ 80%, le reste étant réparti entre cash, immobilier, métaux précieux…

J’ai un peu moins de 5% en métaux précieux (cette poche n’a pas vocation à beaucoup augmenter et sert de couverture) et environ 1% en crowdfunding (je ne suis pas ultra fan car je trouve que les risques sont relativement élevés pour le gain assez faible).

Bonjour Mathieu,

Merci encore pour tout ces articles, j’apprécie surtout le screener PEA!

Concernant cet article, pouvez-vous nous indiquer comment marche les publicité? i.e. les revenus publicitaires tombe t’il a chaque fois qu’un lecteur lit un article? ou seulement a chaque fois qu’un lecteur clique sur une publicité?

Par curiosité, pouvez-vous aussi nous dire combien de lecteurs comptez-vous par mois?

Bonjour Anthony,

Une fois les publicités affichées, il y a deux types de gains : le gain par vues et le gain par clic.
Le gain par vues est grosso modo proportionnel au traffic du site, je touche une rémunération (faible) à chaque fois qu’une pub s’affiche. Le gain par clic est quant à lui activé lorsque quelqu’un clique sur une pub.

Le site compte maintenant environ 1000 lecteurs par jour !

Matthieu.

Bonjour Matthieu,

Merci pour votre reponse!

Vous indiquer une rémunération a chaque fois qu’une pub s’affiche. Sur cet article je compte 6 pubs (4 pour Lufthansa et 2 pour Nichehack), dans ce cas la touchez-vous une renumeration 6 fois (par pub) ou seulement 2 fois (par entreprise)?

Bonsoir Anthony,

Alors là aucune idée ! C’est Google qui choisit les pubs à afficher donc je ne sais pas comment c’est géré.

Le cout par vue est de toute manière relativement faible, il faut vraiment des milliers de vues pour gagner quelque chose.

Bonjour,
Merci pour cet article.
Une question vu que vous parlez du sujet : avec 1000 visiteurs par jour, combien arrivez-vous à vous dégager de revenu par mois en moyenne (car fluctue d’un mois à l’autre) ? Il serait intéressant pour nous de savoir, et coller à la réalité par rapport aux « on dit que… », je sais que c’est une question tabou l’argent en france mais j’aimerai bien savoir…

Bonjour Florian,

Les revenus dépendent fortement du domaine du site car les annonceurs ne payent souvent pas la même chose dans la finance que dans la mode ou la bijouterie etc…

C’est donc très variable. Globalement pour quelques milliers de visiteurs par jour (par exemple entre 1000 et 5000) vous pouvez compter quelques centaines d’euros maximum sur le mois. On est donc très loin de la richesse vendue par de nombreux escrocs sur le web.

Bonjour et un grand bravo pour votre travaille que je lis avec plaisir chaque mois.
J’ai cliqué sur toute les pubs afin de vous offrir quelques centimes. Cordialement

Bonjour Sylvain,

Merci pour vos encouragements mais pour les clics ce n’est pas la peine (Google ne le prend pas en compte) et déconseillé car leurs algorithmes détectent les fraudes.

Laisser un commentaire