Suivi Portefeuille Boursier : Reporting Juillet 2020

Cet article concerne le suivi de mon portefeuille boursier. Le portefeuille se base sur un ensemble d’actions de qualité. Elles possèdent également un solide historique de versement de dividendes croissants.

L’objectif principal du portefeuille est de construire un flux régulier de cash-flow avec les dividendes croissants perçus chaque année. Cela me permettra à long terme d’atteindre l’indépendance financière en couvrant mes dépenses avec ces revenus passifs. Le second objectif est de réaliser une performance supérieure à celle du MSCI World sur le long terme.

Voici le reporting du mois de Juillet 2020.

Actions détenues et bilan

 

Le mois de Juillet a été relativement peu actif, surtout à la fin avec mes vacances d’été.

L’élément marquant principal est le déblocage début juillet de mon PEE (~15k€). Celui-ci va me servir à booster mes investissements dans les prochains temps afin de dépasser la barre psychologique des 100 000€ investis en bourse !

J’ai pour le moment fait un apport d’un peu plus de 7000€, que je complèterai progressivement avec le restant du cash disponible.

 

La bourse étant à nouveau relativement haute, il est certain qu’il est tentant d’attendre une baisse avant de rentrer en position. Une rechute du covid se profile de plus en plus pour la fin de l’été, ce qui nous pousse à rester méfiant. C’est clair que pour ceux qui démarrent en bourse, il faut actuellement éviter de tout investir d’un coup, a minima pour une somme importante.

Néanmoins, je vais m’en tenir au plan (ce que je conseille toujours de faire) et donc de continuer les apports chaque mois sans trop se poser de questions. De toute manière, l’épargne est toujours perdante.

 

Pendant que certains épargnent quelques euros, les Banques Centrales font tourner les planches à billets faisant potentiellement grimper l’inflation. Pourquoi épargner dans cette situation ? Conserver des morceaux de papier avec des chiffres en euros écrits dessus n’a pas vraiment de sens. La seule manière de se protéger étant à mon sens d’investir dans des actifs tangibles, comme les actions, ou même l’or (bien qu’à LT cela ne rapporte pas grande chose, c’est surtout une couverture).

A noter également que mon PEA (Crédit Agricole Investore Integral IDF) ne respecte toujours pas la loi PACTE, ce qui retarde mes achats sur les bourses étrangères. Des grandes banques qui ne respectent pas la loi, je trouve tout de même cela limite…

 

Transaction du mois

 

Ventes

 

Dominion Energy : après avoir analysé plus en détail la transaction faite avec Berkshire Hathaway (l’entreprise de Warren Buffett) qui implique la vente des activités liées au gaz de Dominion, les fondamentaux se sont détériorés. En effet, le gaz est une énergie relativement verte, et vendre cette filiale n’était pas forcément la meilleure chose à faire. Avec cette vente, le BNA de l’entreprise a chuté et il faudra attendre environ 3 ans pour revenir à la position actuelle. Le cash obtenu ne sera même pas investi, il servira juste à rembourser de la dette et à racheter des actions…

J’ai donc décidé de revendre car je juge que le deal est mauvais pour Dominion (la réaction du marché est aussi de cet avis).

 

Achats

 

Achat sur le PEA

 

Edenred : achat de cette belle entreprise en remplacement de Sodexo vendue le mois dernier. Le business se concentre sur la partie à plus forte marge de Sodexo et est relativement défensif. Son activité est à mi-chemin entre la technologie, la finance et la consommation ce qui offre une belle diversification tout en surfant sur la tendance digitale actuelle.

Just Eat Takeaway.com : pour profiter du e-commerce avec cette belle entreprise de croissance éligible au PEA. En cas de rechute du covid, le secteur de la livraison alimentaire ne devrait pas trop souffrir.

IMCD : entreprise hollandaise assez méconnue mais de bonne qualité. Elle opère dans la chimie spécialisée relativement peu cyclique tout en ayant une très belle croissance (produits de nettoyage, produits pharmaceutiques, produits de soin, produits nutritionnels…).

Genmab : achat de cette biotech Danoise sur laquelle je lorgne depuis longtemps. La loi pacte n’est pas encore appliquée sur le PEA mais c’est l’une des plus belles biotech d’Europe donc ça vaut le coup. Elle développe des anticorps pour le traitement de maladies comme le cancer. Ses revenus sont récurrents et sous forme de royalties, ce qui en fait sa force en plus de sa montagne de cash.

 

Achat sur le CTO

 

Veeva Systems : magnifique entreprise de croissance dans le cloud et suivi medical des patients. Elle se paye relativement chère mais étant donnée la croissance et la montagne de cash disponible, le prix me semble justifié.

ServiceNow : pour continuer d’investir dans le cloud computing professionnel afin de booster la rentabilité et l’efficacité des entreprises.

UnitedHealth Group : le leader de l’assurance santé aux US. Je n’avais pas encore d’assureur en portefeuille jusqu’à aujourd’hui, c’est maintenant chose faite. Je pense qu’avec le covid, cela va pousser de nombreux américains mal couverts à souscrire à des assurances santé.

Domino’s Pizza : une chaine de restauration bien connue qui a l’avantage de proposer la livraison à domicile. C’est parfait et cas de rechute du covid.

Edwards LifeSciences : un spécialiste des dispositifs médicaux pour le traitement des maladies cardiovasculaires. La position est petite mais permet de compléter le secteur de la santé.

CoStar Group : une entreprise méconnue à mi-chemin entre l’immobilier et la technologie. Elle est spécialiste dans les bases de données immobilières pour les professionnels. Belle croissance, énormément de trésorerie.

Netflix : malgré le prix de l’action, j’ai finalement cédé et pris une petite position. La croissance est tellement phénoménale que le potentiel reste très élevé malgré une sur-évaluation.

Atmos Energy : l’une des plus belles et des plus solides Utilities aux Us. Cet achat sert à remplacer Dominion car Atmos Energy est à 100% dans le gaz naturel. Son endettement est relativement faible pour le secteur, et sa croissance plutôt bonne. C’est également l’une des utilities avec le plus long historique de dividendes croissants (35 ans).

 

Renforcements : rien

 

Sans plus tarder, voici le détail du portefeuille :

 

 

Portefeuille

 

Les actions détenues sont les suivantes :

 

Santé : Sanofi, Essilor, Sartorius Stedim, Eurofins Scientific, Biomérieux, Philips, Genmab, Johnson & Johnson, Merck, Medtronic, Stryker Corp, Becton Dickinson, Abbott Laboratories, ThermoFisher Scientific, Edwards LifeSciences.

 

Finance : Adyen, Worldline, Euronext, Sofina, Edenred, Blackrock, Visa, S&P Global, Intercontinental Exchange, Paypal Holdings, UnitedHealth Group.

 

Industrie : Vinci, Air Liquide, Thalès, Schneider Electric, Wolters Kluwer, IMCD, 3M, Raytheon Technologies.

 

Technologie : Dassault Systèmes, Teleperformance, ASML Holding, Prosus, Pharmagest Interactive, Esker, JustEat Takeaway.com, Cisco, Automatic Data Processing, Accenture, Intuit, SalesForce, Adobe, Veeva Systems, ServiceNow, Google, Apple, Microsoft, Amazon, Facebook.

 

Consommation non cyclique : L’Oréal, Pernod Ricard, Danone, Robertet, PepsiCo, Procter & Gamble, Mondelez International, McCormick, Church & Dwight, Costco Wholesale.

 

Consommation discrétionnaire : LVMH, Hermès, McDonald’s, Starbucks, Domino’s Pizza, Home Depot, Nike.

 

Energie : Total, Rubis.

 

Utilities : Veolia, Neoen, Elia Group, Atmos Energy, NextEra Energy, Waste Management.

 

Telecom : Comcast, Walt Disney, Netflix.

 

Immobilier : Orpéa, National Health Investors, Store Capital, Essex Property, Realty Income, American Tower, Digital Realty, CoStar Group.

 

 

PEA

 

Suivi Portefeuille PEA Juillet 2020 1Suivi Portefeuille PEA Juillet 2020 2

 

 

CTO

 

Suivi Portefeuille CTO Juillet 2020 1Suivi Portefeuille CTO Juillet 2020 2

 

La valorisation totale du Portefeuille est à ce jour de 94 238€.

Remarque : les valeurs US affichées plus haut sont toutes en euro, elles sont converties avec la parité euro/dollar du jour.

 

Voici également l’évolution du portefeuille depuis Janvier 2019 VS son Benchmark :

Je rappelle que le Benchmark est une pondération mensuelle de l’évolution du CAC40 GR et du S&P500 de la forme X% CAC40 GR + 100-X% S&P500.

 

Performance Portefeuille Juillet 2020

 

 

Performance du Portefeuille depuis Janvier 2020 : -9.59%.

Performance du Benchmark depuis Janvier 2020 : -12.22%.

Performance du MSCI World depuis Janvier 2020 : -7.31%.

Performance du CAC40 GR depuis Janvier 2020 : -17.74%.

Performance du S&P500 depuis Janvier 2020 : -0.36%.

 

Je vais continuer d’utiliser ce benchmark pour les prochains suivis jusqu’à avoir un poids US de 60%, puis je prendrais à nouveau le MSCI World par soucis de simplicité (actuellement 45% US).

 

 

Revenus passifs et perspectives annuelles futures

 

Je rappelle que la nouvelle façon de calculer la rente mensuelle est via la règle des 3.5% (règle des 4% sévérisée) de la valeur de mon portefeuille. J’ai effectué pour le tracé et le calcul une moyenne glissante de 3 mois afin de lisser légèrement la volatilité.

De ce fait, je ne regarde plus le rendement de mes Dividend Aristocrats avant de les acheter/renforcer afin de me concentrer 100% sur les fondamentaux.

Les 3.5% correspondront donc au montant global que je pourrais toucher avec des valeurs de rendement si je choisissais d’arbitrer une partie de mes valeurs de croissance actuelles contre elles.

J’ai pu reconstituer ce que cela donnerait sur mon portefeuille depuis le 01/05/2018 :

 

Suivi dividendes Juillet 2020

 

La rente mensuelle moyenne actuelle (fictive) serait de 268€.

 

Remarque : les dividendes Américains et le suivi sont calculés en euro et sont net d’impôts (déduction de la flat tax à 30%). Dans le cas du PEA, ils ne tiennent pas compte des prélèvements sociaux car je ne compte pas retirer avant très longtemps !

 

Pour terminer, voici les entreprises qui sont dans ma watchlist pour finir la constitution de mon portefeuille :

 

Europe : Novo Nordisk, Coloplast, CHr Hansen Holding, Hexagon, Adidas, Deutsche Borse, Kerry Group, Nemetschek, Cellnex, Iberdrola, Alfen.

Us : Ansys, Match Group, EPAM Systems, Copart, MSCI, Crown Castle, Equinix, Idexx Laboratories, Estée Lauder, Factset, Fiserv, Fastenal Company, Pool Corporation, Ross Stores, Rollins, Roper Technologies, Sherwin-Williams.

 

 

Me contacter pour une question ou pour la rubrique Conseils Boursiers & Services 🛒 :

etre.riche.et.independant@gmail.com

 

N’hésitez pas à poster un commentaire.

Si jamais le commentaire ne s’affiche pas directement, c’est normal car je dois d’abord le valider pour qu’il apparaisse (anti-spam).

Mentions légales : 

Toutes les informations disponibles sur ce blog sont données à titre indicatif et ne sont en aucun cas des conseils d’achats ou des recommandations au sens de l’AMF.

L’auteur ne saurait être tenu responsable des pertes que pourrait engendrer le lecteur et décline toute responsabilité à l’égard des conséquences éventuelles de l’utilisation du blog.

De plus, les informations pourraient ne pas être actualisées et donc ne fournissent aucunes garanties. Il appartient à chacun de vérifier les données personnellement.

 

61 commentaires

Bonjour Matthieu,

j’ai découverts ton blog il y a peu je le trouve très intéressant, j’ai appris beaucoup de choses sur la bourse grâce a toi et je t’en remercie.

J’ai commencé il y a deux mois à construire un portefeuille, j’ai actuellement un portefeuille de 1300 euros que je souhaite faire grossir au fur et à mesure en fonction de mes moyens (maximum 300 euros par mois).

J’ai actuellement un PEA et je souhaite bientôt ouvrir un CTO afin d’avoir des actions américaines en portefeuille. Le problème que je rencontre actuellement est que je suis limité en terme d’actions car je ne peux pas prendre d’actions de plus de 150 euros pour ne pas trop déséquilibrer mon portefeuille.

Je pense qu’il faudrait que je mette la somme que j’avais prévu de coté afin d’attendre d’avoir au moins 1500 euros avant d’ouvrir mon CTO.

Quels sont les conseils que tu pourrais donner à un débutant comme moi ne disposant pour le moment pas d’un gros capital à injecter ?

Merci d’avance pour t’es réponses au plaisir de te lire.

Guillaume,

Bonjour Guillaume,

Je conseille souvent tant que vous avez moins de 10 000€ d’investir uniquement sur des ETF comme le MSCI World par exemple afin d’avoir une excellente diversification et performance à bas coûts.

Sinon avec votre budget vous risquez de payer cher en courtage avec les actions individuelles et vous aurez du mal à être diversifié.

Matthieu,

effectivement c’est vrai que les frais de courtages représentent une part importante, au début j’avais une offre pour ne pas les payer.

Maintenant bien qu’il soit moins conséquent avec la loi PACTE il représente toujours un beau pourcentage sur mon capital qui vient grignoté ma performance.

Merci pour votre conseil, je vais poursuivre mes recherches et investir dans des ETF ainsi que continuer à me former sur la bourse et l’investissement de manière générale.

Guillaume,

Bonjour Matthieu,
Est il encore possible d’acheter l’action Apple qui vient de passer les 400$, suite à l’annonce d’Apple d’offrir 3 actions pour 1 possédés,
Arnaud

Bonjour Arnaud,

Je n’ai pas encore entendu parler de cette annonce. Néanmoins, même si cela se passe, il n’y aura aucun gain financier. Il s’agit uniquement d’un split de 1/3. Vous gagnerez une action mais le prix chutera de 33% donc aucun gain réel. Apple fait sûrement cela pour faire baisser le prix unitaire et gagner en liquidité.

merci matt.

Bonjour Matthieu,

Je suis actionnaire de Microwave vision et une OPA est en cours qui devrait avoir lieu en fin d’année, j’ai plusieurs questions :
– Est ce qu’une proposition d’achat des actions va être faite ou non?
– les transactions semblent gelées depuis cette annonce, est ce pour éviter les fluctuations du cours ? Et comment savoir combien de temps cela va durer?

Merci pour ton aide
Yvan

https://www.groupehld.com/microwave-vision-et-hld-europe-entrent-en-negociations-exclusives/#page/2

Bonjour Yvan,

Je n’ai pas suivi le dossier mais sauf erreur de ma part, il ne s’agit pas d’une OPA puisque uniquement 50% du capital est acheté. Elle restera donc cotée en bourse et vous n’aurez pas à vendre vos actions.

Pour le blocage des ordres, c’est sûrement parce que c’est une petite valeur volatile et peu liquide. Il faut donc laisser le temps à l’acheteur de prendre 50% des titres sans faire trop fluctuer la valeur.

Bonjour Mathieu,
Merci pour vos articles toujours intéressant !
J’aurai souhaité avoir votre avis sur SAP AG O.N.
Je pensais qu’elle aurait pu figurer dans votre porte feuille, est ce que vs avez tout simplement privilégié Dassault système ?
Cordialement

Bonjour David,

SAP est en effet une belle entreprise qui aurait totalement sa place dans le portefeuille Européen. Néanmoins, j’ai déjà en portefeuille ses deux concurrents Américains (Automatic Data Processing et Intuit) qui sont tous les deux mieux gérés et avec des historiques beaucoup plus solides (et de meilleurs fondamentaux).

Merci Matthieu pour ces éclaircissement

Bonjour Matthieu,

Ravi de voir que tu optes pour Edenred en alternative à Sodexo ! C’est ce que je voulais te suggérer depuis quelques mois mais je n’ai jamais pris le temps de poster un commentaire.

Tant que l’on est dans le secteur Finance, je suis assez étonné de ton engouement pour Adyen qui a un historique très court ce qui, en temps normal, te laisse assez frileux. Surtout qu’il y a de nombreux acteurs dans le domaine. J’aimerais bien en connaitre les raisons (probablement très pertinentes).

J’en profite pour te demander ton opinion sur Amundi, qui me semble être un complément intéressant à Blackrock côté gaulois 😉 même si pas du même calibre.

Je voulais également revenir sur les GAFAM, sur lesquels tu avais donné ton avis dans l’article « Un petit cadeau boursier mais de gros gains futurs ? » en indiquant que seuls Alphabet et Amazon étaient attractives pour toi (sachant que Microsoft n’était pas mentionné). Qu’est-ce qui t’a fait changé d’avis sur ces valeurs ? Personnellement je partage plus ta réflexion de l’époque en incluant Microsoft qui me semble tellement enracinée qu’elle sera toujours omniprésente.
Peut être une MAJ de l’article pourrait être pertinente ? Tout en conservant tes réflexions passées afin de constater l’évolution de ton approche. J’ai bien conscience que cela demandera encore plus de travail à un site déjà très riche et qui, j’espère, permettra à son auteur de le devenir également ^^ mais je souhaitais émettre cette piste de réflexion !

Enfin dernier point pour cette tarti… ce commentaire : Unibail.
Je te vois déjà lever les yeux au ciel : <>
En fait, c’est plutôt sur les centres en général, je souhaitais nuancer le propos. Je ne pense pas que le e-commerce mettra un terme au commerce physique mais simplement qu’un équilibre va se former car, quoi qu’on en dise, certains commerces impliques une présence physique et beaucoup de personnes aiment aller faire du shopping et déambuler dans les centres. Alors oui, cela implique effectivement une baisse pour les foncières commerciales, en recette et en actifs mais avec la valorisation actuelle, le rendement sera, selon moi, toujours au rdv une fois l’équilibre atteint. N’est-ce pas l’intérêt d’un tel placement en dépit d’une quelconque croissance ? Même si je comprends parfaitement que cela ne correspond pas à ta stratégie.

Pour conclure, je souhaite tout simplement te remercier pour ce site qui m’a permis de me questionner sur certains choix, me conforter dans d’autres et de m’apporter des informations pertinentes afin d’investir plus intelligemment. Je vais, pour ma part, tenter de commenter régulièrement en espérant apporter une pierre au bel édifice que tu construis.

Bonjour Flop,

Merci pour ce message plein de compliments. En effet n’hésitez pas à commenter car c’est aussi ce qui fait vivre la communauté !

Concernant Adyen, l’historique date tout de même de plusieurs années. Je suis méfiant lorsqu’il s’agit de smallcaps, mais Adyen est déjà l’une des plus grosses Tech d’Europe, je n’ai donc pas ce problème. C’est pour moi le plus bel acteur du domaine en Europe (grosse croissance, trésorerie énorme, déjà énormément de grandes marques partenaires…). Et évidemment, elle va profiter du scandale Wirecard…

Concernant Amundi, elle est beaucoup moins bien gérée que Blackrock et sa présence est surtout en France, pays « anti-investissements ». Son seul avantage est d’avoir le quasi-monopole avec Lyxor, mais bon pas de quoi s’enthousiasmer non plus. Sans oublier que c’est une filiale de Crédit Agricole qui est une simili boite d’Etat…

Pour Unibail, elle souffre à la fois de la chute du commerce classique, et également de la crise sanitaire. Avec les faillites qui vont venir, les résultats vont baisser pendant plusieurs années. Je ne pense pas qu’on reviendra au niveau avant covid. Certes les gens aiment aller dans les centres commerciaux, mais surtout pour se ballader et pas vraiment consommer. Personnellement je suis vendeur sur le secteur à LT.

Pour les GAFAM, Microsoft manquait à l’article car je la considérais à l’époque comme une entreprise à dividende et pas forcément à forte croissance. C’est de moins en moins le cas. Dans l’ordre mes GAFAM préférées sont : Microsoft, Amazon, Google, Apple, Facebook.

L’article n’est plus vraiment à jour dans le sens où le business model de ces entreprises ont changé. Amazon, Microsoft et Google font maintenant énormément de cloud ce qui renouvelle leur business et améliore leur croissance. Apple fait de plus en plus de service (musicaux, maintenant streaming video, mais aussi fintech avec leurs paiements, aussi dans la santé avec les nouvelles fonctions apple watch…). Facebook se développe aussi dans le fintech avec le projet Libra, dans le e-commmerce avec leurs plateformes de ventes en Amérique Latine…

Bref beaucoup de bouleversements, c’est aussi pour cela que je les ai toutes en portefeuille. Elles ont énormément de trésorerie et dégagent des quantités massives de cash chaque année ce qui leur permet d’investir dans de nombreux domaine. Pour moi les GAFAM sont loin d’être une bulle, c’est vraiment l’avenir et elles ont de beaux jours devant elles.

Bonjour Matthieu,

Je te remercie pour ta réponse bien développée !

Pour Amundi je veux croire à un éveil pour ce type d’investissement (quelque part je mise sur ton site 😉 ) puis je la trouve déjà bien présente sur les PEE et les assurances vie. Je l’espère suffisamment détachée du CA pour ne pas être autant régulée.

Pour les SIIC commerciales je pense que la valorisation est en corrélation avec la dégradation actuelle et future, ce qui en fait un placement de rendement envisageable (mais pas de croissance nous sommes bien d’accord !) et mon observation personnelle de ces lieux me fait être plus optimiste que toi sur le sujet, sans être très enthousiaste non plus.

Pour les GAFAM je n’arrive pas à me projeter avec Facebook et encore moins avec Apple qui, de mon point de vue, ne cherche plus qu’à entretenir sa fanbase.

Je profite de ce message pour ajouter quelques points absents de mon précédent :

J’ai préféré Omega healthcare et Medical properties à National health investors en REIT santé qui me semble avoir une meilleure croissance, qu’en penses-tu ?
J’ai aussi investis sur Aedifica côté Europe.

Je voulais aussi te signaler le site macrotrends que je trouve intéressant pour établir des moyennes de PER, EPS et d’autres indicateurs sur les valeurs US car il possède un historique relativement conséquent et par trimestre également.

Le dernier sujet qui me vient à l’esprit est Unilever. Es-tu sûr que la valeur ne sera plus éligible PEA ? Car je n’ai pas vu d’indication contraire et ça me gêne d’abandonner ma position sans certitude. Sachant que, si tel devait être le cas, il y aurait deux mois pour se mettre en règle.

Encore merci pour ton remarquable travail.

Bonsoir Flop,

Oui pour Unilever c’est certain (mais il faudra que nos amis du UK se décident enfin sur la date finale du brexit…).

Pour NHI c’est ma REITs préférée de santé, elle est beaucoup moins endettée que les autres du secteur et c’est celle qui a le payout le plus conservatif. Cela en fait donc la plus solide. En deuxième position je choisirais Welltower.

Pour Macrotrends je ne connaissais pas, j’irai jetter un coup d’oeil merci 🙂

Je croyais que Lyxor c’était la Société Générale ?

Bonsoir Romain,

Lyxor = Société Générale, Amundi = Crédit Agricole.

Bonsoir,

Déjà, toujours un grand Merci pour vos articles très détaillés et avec lesquels on apprend des choses au fil des jours.

Récemment, j’ai donc initié quelques lignes :
– L’Oréal (1 x 285€) et Dassault Systems (2 x 155€) même si un peu cher car ce sont des valeurs solides,
– Wolters Kluwers (3x 67,5€) afin de diversifier mon portefeuille à l’Europe.

Toutefois, je commence à me faire du souci pour mes valeurs pétrolières Total et Rubis ainsi que Thalès.
Comme vous l’avez dit plusieurs fois dans vos articles ou commentaires, ce ne sont pas des secteurs « à la mode » et leur avenir commence à être inquiétant. Contrairement à la Tech / Finance / Santé…
Danone aussi : ne comprend pas une telle baisse ces dernières semaines…

Mais que pensez-vous plus précisément de ces 4 valeurs ? Je suppose que vous pensez qu’elles ont quand même un avenir vu que vous les avez toujours en portefeuille ?

Merci par avance,
Bonne soirée

Bonsoir Laurent,

C’est difficile à dire. Total et Rubis sont bien gérées mais sont dans un secteur à contre courant. Je pense qu’elles s’en sortiront sans trop de problèmes mais il faudra du temps. Pour Thales c’est différent. En théorie le militaire et la défense n’est pas trop impactés mais la baisse est violente. Ce qui est certain c’est qu’il ne faut pas se ruer en croyant faire une bonne affaire. Si ça baisse autant il y a peut-être une raison derrière que l’on ne voit pas.

Merci pour votre réponse constructive.

Mon messages précédent n’était peut être pas assez clair mais j’ai déjà en portefeuille Total et Rubis. Donc qu’à attendre quelques temps… On verra bien.

En effet et suite à vos conseils, j’avais choisi Thalès et non Safran ou Airbus pour ses domaines dans le militaire et la défense en plus de l’aérien classique et étant la moins cyclique des ces 3. Là aussi, ne regrette rien… on verra bien.

Bonsoir Matthieu,
Vous m’avez dit une fois préfèrer les entreprises US, plus solides lors des crises au niveau des dividendes et des profits par rapport aux entreprises françaises, qui coupe tout a la moindre secousse.

J’ai constaté que c’est effectivement le cas, les entreprises US sont bien meilleures et paye leurs dividendes plus régulièrement.

Mais alors, pourquoi un PEA finalement ?
Vous avez environ 40k € en PEA, 40k qui pourrait être investi sur des entreprises US a la place, avec un meilleur rendement et plus de solidité.

Pouvez-vous m’en dire plus a ce sujet ?

Bonsoir Steeve,

Les entreprises US sont majoritairement mieux gérées et plus solides, mais il y a quand même quelques belles boites en France à posséder à mon avis, surtout avec la fiscalité du PEA. Le tout est de trouver le juste milieu. Quelques entreprises Françaises c’est bien, il n’en faut simplement pas trop.

Salut Matthieu,

Merci pour les conseils et ton investissement dans ce blog tant que dans la bourse !
Je suis nouveau dans le monde de l’investissement, je me renseigne énormément depuis quelques mois et j’ai investit dans des actions US pour le moment (j’investirai dans mon PEA début d’année pro car la j’ai raté le coche pour les dividendes Français donc je préfère bénéficier des dividendes US histoire d’avoir un peu plus.)

J’ai 2 questions a te poser,

1) connais tu ce site ? Simplysafe dividendes ? c’est avec celui ci que je choisis mes actions il donne une note de sécurité aux actions explique pourquoi etc.

2) J’ai en vue certaine entreprises, voici la liste :
– ATO (Atmos energy) que tu possèdes d’ailleurs Utilities
– ADP (Automatic Data Processing) Infos et tech
– ESS (Essex property) Real Estate
– LOW (Lowe’s Companies) Consommation
– VZ (Verizon) Comm
– T (AT&T) Comm
– O (Realty income) Real estate
– AVB (AvalonBay Communities) Real estate
– TXN (Texas Instruments) Infos et tech
– SNA (Snap-on) Industrie

Pour choisir ces entreprises je regarde le nombre d’année qu’elles existent et le nombre d’année des dividendes, le payout ratio, l’évolution en pourcentage des dividendes, le prix bien sur et si elles sont undervalued.

Je serais curieux de savoir de ce que tu penses de certaines d’entre-elles, la question que je me pose c’est :
Plutot qu’investir dans des nouvelles tech comme ADP ou TNX, ne vaudrait il mieux pas investir dans du microsoft ou apple qui sont bien sur plus cher mais ont un monde et des perspectives d’avenir devant eux.

Pour les Real estate, tu parlais de dette, celles que j’ai écris la n’ont pas de dettes (dans le sens voir très peu) leurs actifs sont toujours plus élevés que les passifs !

Bien à toi, Charles.

Bonjour Charles,

Il n’y a pas de réponse unique, elle dépendra forcément de paramètres comme votre âge, ce que vous recherchez etc…

Si vous êtes jeune il serait dommage de ne prendre que des actions de rendement car cela pénaliserait fortement la performance à LT vs des actions de croissance. Donc Apple et Microsoft sont pour moi des incontournables.

Veillez bien cependant à avoir des entreprises dans tous les secteurs. Je ne vois rien en santé et conso défensives dans votre watchlist.

Concernant les REITS, Realty Income et Essex Property etc… sont fortement endettées. Leur leverage est environ à 5 ou 6 en moyenne, ce qui signifie qu’elles ont une dette qui correspond à 5-6 années de cash. Assez élevé, mais c’est classique pour le secteur immobilier.

Très bien c’est ce que je pensais également,
Pour le coté santé j’ai du Johnson and johnson. Les sociétés citées précédemment sont juste celles ou j’ai l’intention d’investir.

Mon portefolio est tel :

-Johson and johson
-Consolidated edison
-W.P Carey
-Chubb
-Magellan midstream
-Apple
-Microsoft

Pour le défensif j’avoue avoir du mal a savoir ou investir, si tu as une petite idée d’entreprise qui d’après toi sera bonne dans le futur je suis preneur ! Je regarde les finances etc mais je n’arrive pas a me décider !

Pour le défensif il y a les incontournables Procter & Gamble, PepsiCo ou même Coca-Cola, General Mills, Kellogs…

Merci pour ce contenu intéressant Matthieu,

Il y’a un point que vous abordez peu sur votre blog mais qui pourtant est intéressant.

Je veux parler de la psychologie, en effet, vous êtes désormais investi a 90% en bourse a hauteur de 100k dans un contexte tendu de guerre froide entre les États-Unis et la Chine ainsi que le risque latent de crise monétaire liées aux injections massives des banques centrales dans les économies du monde.

J’aimerais connaître votre ‘discours intérieur’ pour aborder les marchés tel que vous le faites. Arrivez-vous a rester serein ? Si oui, comment ?

Steeve,

Je suis totalement serein. Je suis bien conscient qu’à CT la bourse peut baisser, mais et alors ? Cela remontera et cela sera encore une bonne occasion d’acheter à bon prix. Les actions est le seul support d’investissement qui rapporte vraiment à LT. Je me dis simplement que la grande majorité des entreprises en portefeuille sont des leaders mondiaux, avec de très bons fondamentaux. En d’autres mots, ils me semblent bien plus solides que les Etat Européens et que nos banques à moitié en faillite. Lorsque vous laissez de l’argent sur votre compte, il perd en valeur car pendant ce temps les banques impriment des billets en masse. Si mes entreprises font faillite, ma banque ou la France l’aura sans doute déjà fait avant…

Il faut simplement garder un horizon LT et ne pas se préocupper de telle ou telle news macro économique. De toute façon le marché a toujours un coup d’avance sur nous. Avec l’habitude et l’expérience, les fluctuations ne sont plus vraiment préoccupantes. Je peux chaque jours gagner ou perdre l’équivalent d’un salaire mensuel. Pas évident au début mais ça se travaille avec l’habitude.

Bonjour Matthieu,

Merci pour le site macrotrends, au top …

Le site vient de Flop et non de moi 😉

Hello Matthieu,

Ecncore félicitation pour ton portefeuille, cela fait plusieurs mois que je te suis et je suis très admiratif du travail que tu fournis ! Que penses tu de la société Koninklijke Ahold Delhaize NV basée à Amsterdam pour la placer dans un PEA ? Car je recherche une entreprise dans la distribution et je la trouve très bien gérée et avec de bon fondamentaux !
De plus, connais tu une alternative à korian? Car je je pensais placer quelques billes dans Korian avec le vieillissement de la population, j’ai l’impression que les maisons de retraites vont faire un bond incroyable mais cette entreprise est très endettée et à du mal à capitaliser sur sa marge brute assez conséquente…

Au plaisir de te lire,
Guillaume

Exxusez moi matthieu mais je me permet de répondre à Guillaume car je m’etouffe… delhaize de bons fondamentaux? Vous etes au courant que c’est la holding du groupe Cora qui est au plus mal?

Bonjour David, pas forcément d’accord car Ahold c’est 60% de CA aux Etats-Unis avec des magasins alimentaires qui fonctionnent plutôt bien tout de même.

Bonjour Guillaume,

Ahold est une entreprise correcte mais dont l’endettement est relativement élevé. Je pense que Colruyt est mieux gérée en Europe. Mais globalement je suis négatif sur le secteur de la grande distribution (faible marge, e-commerce…).

Pour éviter Korian il y a Orpéa qui est le leader du secteur en Europe. Pour la dette c’est normal, ces entreprises détiennent une partie de leur immobilier ce qui en fait à la fois un investissement santé mais aussi immobilier.

Salut Matthieu,

Je pense avoir lu 90% de tes articles sur ton blog qui est vraiment une mine d’or, encore merci!

Je suis a peu près la même stratégie que toi car je suis assez jeune, donc je selectionne à la fois des entreprises de croissance mais aussi des entreprises piliers car je débute, et j’ai envie de voir comme je fonctionne psychologiquement quand le marché baisse etc

Je vois que tu as beaucoup d’entreprises dans ton CTO. Quelle est pour toi la fourchette idéale d’entreprise à avoir en portefeuille?
J’ai lu que la sur-diversification pouvait potentiellement faire perdre en performance.
J’aimerai avoir ton avis !

Merci d’avance,
Clément

Bonjour Clément,

Et bien, 90% des articles cela a du vous prendre un temps fou 😉

Il n’y a pas à mon sens un nombre maximum d’actions à posséder en portefeuille. Ce qui est sûr c’est qu’il ne faut pas en avoir moins de 20 je dirais pour réduire les risques. À savoir que même des entreprises solides et bien gérées peuvent fortement pénaliser la performance en cas de fraude comptable ou autre par exemple.

Pour moi diversification a deux sens. C’est sûr que rajouter des entreprises juste pour augmenter la taille du portefeuille ne sert à rien. Mais si elles ont toutes de bons fondamentaux plus ou moins égaux, cela ne pénalise pas la performance, au contraire. Cela élimine même tout facteur chance via le nombre car on rentre dans les statistiques et les probabilités. De grands gérants comme Peter Lynch pouvaient avoir plus de 1000 actions en portefeuille et battre le marché.

Du coup si vous avez du temps et que le nombre de lignes ne vous fait pas peur (et que votre courtier ne vous prend pas trop cher sur des ordres de taille moyenne), ce n’est vraiment pas un soucis. Dans mon cas mon patrimoine est à plus de 80% en bourse, je ressens également le besoin de diversification pour cette raison.

Bonjour Matthieu,

N’étant pas investi sur les actions hors Europe, je me pose la question du change EUR/USD qui a baissé de 10% depuis Mars.

En plus de la chute des marchés, ça fait une sacrée décote sur le capital.

Ca vaudra peut être le coup d’investir lorsque le Dollar frolera les plus bas.

Merci …

Bonjour,

Le dollar est déjà relativement bas face à l’euro (je pense même trop bas). C’est une devise beaucoup plus solide et plus recherchée. C’est donc en effet une bonne opportunité pour acheter des actions en dollars. Il ne sert donc à rien d’attendre encore plus, car lorsqu’il aura remonté vous aurez loupé l’opportunité.

Bonjour Matthieu,
j’ai toujours un peu de mal à comprendre dans quel sens ça m’est favorable cette évolution du taux de change Eur/dollars. Par exemple dans mon PEA j’ai le Lyxor Nasdaq-100 UCITS ETF en Euros non protégé contre le risque de change, actuellement avec un dollar bas je suis gagnant si j’investis et que le dollars remonte ensuite par rapport à l’euro ?

Bonjour Romain,

Le Nasdaq 100 est un indice en dollar. Pour x€ D’ETF vous avez acheté du dollar à bas prix. En effet si le dollar remonte, vous allez donc gagner sur l’effet de change (c’est d’ailleurs pour cela qu’il est intéressant d’investir aux Us actuellement car le dollar est bas). C’est en partie à cause du différentiel de taux qui était intéressant aux Us et non en Europe mais qui avec les dernières annonces de la FED ré-équilibre le tout.

Ok merci, ça confirme mon idée. Cependant je n’arrive pas à mesurer l’effet du taux sur mon ETF. Si je regarde la perf depuis le début d’année c’est la même que l’indice. Comment mesurer le gain ou la perte uniquement due au taux de change (sans le gain ou la perte lié au cours de bourse)?

Il suffit de regarder la paire USD/EUR

oui mais enfin j’achète mon ETF en euros (la part est en euros) et si je le revends c’est aussi en euros, donc je ne vois pas comment je peux voir l’effet.

Bonjour,

Il faut comparer la performance d’une ETF S&P500 à celui de la parité eur/usd. Par exemple sur 3 mois un ETF S&P500 est à +0,59% et la parité en baisse de -0,87%. Cela donne un gain hors parité de 0,59 + 0,87 = 1,46%.

L’autre solution est de tout simplement regarder l’évolution du S&P500 (l’indice) qui ne tient pas compte des effets de change contrairement à l’ETF.

Re bonjour,

Effectivement, des journée comme aujourd’hui ou le dollar prend 1% c’est intéressant !

Par contre si ça continue à baisser comme en 2008, c’est la cata et les US ont tout intéret de faire baisser leurs monnaie pour pouvoir relancer la machine et exporter.

A suivre …

En réalité c’est plutôt l’inverse. Si le dollar monte trop, la plupart des pays émergents (ou même Européens) qui ont des dettes en dollars auront de plus en plus de mal à les rembourser, ce qui peut occasionner une crise de la dette.

Bonjour,

Mon idée est d’investir dans une dizaine d’actions US pour environ 2000€ à 2500€. En l’état :
> Microsoft / Paypal / Salesforce / Facebook / Visa / Apple / Netflix / Pepsico / Nike / Starbucks / MacDonalds.

Certes, tous les domaines ne sont pas représentés. Mais mon PEA actuel en complète d’autres.

Aussi, le secteur technologique est très dominant dans cette liste.
D’une part, mon métier de développeur Web et ma passion de la Hi-Tech explique cela :).
D’autre part, tout comme vous l’écriviez en réponse d’un commentaire, je tends à croire tout comme vous que ce secteur n’est pas une bulle (même si c’est bien difficile de le croire !) et que le contexte actuel le favorise également.

J’ai bien en tête tous vos conseils : investir dans des actions solides, régulièrement, sans trop se poser de question, ne pas tenir compte des news économiques…
Mais je ne suis pas bien serein et hésite d’investir au vu de la forte envolée du Nasdaq ces derniers mois. De plus, ne m’attendait pas à une autre si forte hausse de la plupart de ces valeurs en Watch LIste suite aux derniers résultats.
Par exemple, je trouvais déjà Apple et Facebook bien trop cher avant ces résultats d’août…

Même si vous n’êtes pas devin, que pensez-vous de l’évolution du Nasdaq ces prochains mois ?

Achèteriez-vous maintenant ces valeurs que je trouve trop cher : Apple / Facebook / Microsoft / Nike / Paypal ?
En effet, je suis partagé entre « loupé le train » et donc une nouvelle hausse une nouvelle fois ou bien subir une baisse des valeurs et notamment des Tech US juste après mes achats.

Bien cordialement,
Laurent

Bonsoir Laurent,

Je n’ai pas de boule de cristal. Mais quand je vois FB à un PER ~ 20 et Google, Microsoft et Apple avec un PER ~ 30 on est ultra loin de la bulle, surtout avec la croissance qu’elles affichent et la montagne de trésorerie qu’elles ont en réserve. Donc oui j’investis sur la tech US et sans problème (mais ce n’est que mon avis).

Bonjour,

A titre d’information, mon compte Degiro est en cours d’ouverture :).

Merci pour ces précisions.

Au vu de votre dernier Screener CTO, j’en conclu donc que ce n’est pas le moment d’investir dans Apple.
En effet, malgré son prix élevé, je pensais que l’arrivé de l’IPhone 12 et surtout le remplacement de l’architecture Intel par leur propres processeurs permettraient encore au cours d’augmenter dans les prochains mois.
D’un autre côté, elle fait parti de vos favorites… Que faire alors ?

Je pensais la remplacer par Netflix.

Cordialement

Bonjour Laurent,

Il ne faut pas mélanger qualité des fondamentaux et valorisation. Apple figure parmi les meilleures entreprises du monde, c’est pour cela qu’elle est classée dans les premières positions du screener. Néanmoins sa valorisation actuelle est assez élevée, ce qui n’en fait pas un excellent point d’entrée. Cela ne signifie pas qu’il faut vendre. À titre personnel je ne vends pas les belles entreprises même si elles sont trop chères. Ce qui est sûr c’est que je n’achète pas à ce prix. Peut-être que si le marché la price à ce niveau c’est parce qu’il voit des perspectives meilleures que prévue ou d’autres raisons que l’on ignore.

Bonjour,

Merci, je comprends donc mieux la bonne place de Apple dans votre Screener. Désolé, ce n’était pas évident pour moi jusqu’à votre réponse.
Je note donc votre conseil de « ne pas acheter » cette valeur.

Cependant et comme certains lecteurs l’on déjà évoqué, Apple va procéder à un split de l’action d’ici fin août. Je peux me tromper mais je tends à penser que la valeur de l’action devrait plutôt monter, cette dernière en effet sera alors plus accessible avec son prix unitaire plus faible.

Que pensez-vous de mon raisonnement ?
Aussi, avez-vous constatez ou non la tendance générale du prix des actions « splittées » dans le passé ?

Merci par avance

Bonsoir Laurent,

Il n’y a pas vraiment de règle. On peut imaginer une légére hausse avec éventuellement l’attrait de nouveaux investisseurs mais pas grand chose non plus.

Laurent De

Merci,
Bonne journée à vous

Je continue de parcourir votre blog, et en salue l’initiative initiale et l’esprit général !
S’agissant de la mise en oeuvre, j’ai cependant quelques questions, issues de mon expérience et de mon propre cheminement.

En particulier, pourquoi pensez-vous être capable de surperformer le marché action, et spécifiquement US ? Quels sont vos avantages comparatifs par rapport à celui-ci ? Il est vraisemblable que votre temps disponible (dont vous soulignez l’importance et la quantité limitée) à consacrer soit largement inférieur à celui que les professionnels emploient à leur avantage (professionnels qui eux-mêmes subissent la progressive et logique disparition de leur surperformance du fait de la technologie, de la concurrence et de l’efficience toujours accrue) ; vous n’avez pas non plus accès à des informations que le marché n’aurait pas déjà (coût d’acquisition trop élevé pour un particulier ou canaux non accessibles), ou aussi rapidement que lui (technologie et rapidité d’implémentation). Le nombre de lignes que vous détenez et leur liquidité (surtout aux US) tendent vraisemblablement à une réplication standard du marché sur le long terme, et donc au risque de sous-performance potentielle dans le cadre de la gestion opérationnelle (frais — même s’ils tendent à s’amenuiser ; spread — toujours ; mauvais timing — ça peut arriver ; biais géographique — dans le PEA, pas de valeurs DEU, et pas d’expo à l’Asie (Tencent, Alibaba par exemple pour le plus facile)).

J’ai fait aussi des « screeners », et j’en suis revenu donc (assez rapidement) : un portefeuille stable d’ETF indiciels répond largement aux excellents objectifs recherchés que vous mettez en avant (sans pour autant tout résoudre bien sûr : il y a des frais et des coûts, ainsi qu’une allocation et une sélection initiales à faire, surtout depuis l’Europe). Les ETF indiciels sont probablement l’innovation financière la plus déterminante de ces 30 dernières années, il ne faut pas s’en priver (et quel gain de temps).
Bien sûr, reste la passion ; dans ce cas le temps qu’on y consacre le vaut sans doute bien ! (Et si jamais votre surperformance, durable et constante, était au final avérée, n’hésitez pas dans ce cas à mettre en oeuvre une professionnalisation de la chose — effet de levier en particulier).

Un dernier mot : vous avez regretté ne pas pouvoir mobiliser assez rapidement des fonds disponibles sur des OPCI en mars, et vos conclusions suite à cette expérience sont justes (liquidité vs. rendement). L’obligataire, pas tant comme diversification que comme support liquide plus intéressant que le cash, est une bonne solution à ces problématiques (quoique pas complètement immunisé à la volatilité comme on l’a vu début mars), évidemment complètement ignoré en France, écrasé par le manque d’éducation en la matière, les conseils inappropriés, l’immobilier et le fonds euro. Et l’offre d’ETF en la matière en Europe s’améliore !

Bonjour Mathieu,

Merci pour votre retour très intéressant.
Les gestionnaires actifs classiques sous-performent le marché indiciel pour de nombreuses raisons qui ne s’appliquent pas aux particuliers :

– frais de gestion d’environ 2% par an (que je ne paye pas évidemment lors de ma propre gestion).

– contraintes réglementaires complexes comme ne pas dépasser les 5% par action, ne pas acheter des entreprises pas assez couvertes par les analystes…

– contrainte de reporting : le fait de publier des reportings chaque mois les poussent à ne pas prendre de risque. Ils ont peur de faire moins bien que le marché (car cela ferait fuir les clients et leur faire de la mauvaise pub) ce qui n’est absolument pas mon cas. Ils préfèrent sous performer en achetant des actions classiques que de tenter de surperformer avec des choix qu’on pourrait leur reprocher en cas d’echec. Peter Lynch explique très bien tout cela dans « Beating the Street », excellent livre que je recommande.

– contrainte de gestion des apports/retraits des clients. Les clients font des versements quand le marché est très haut (euphorie) et retirent leur argent au pire moment lors des krach.

Lorsqu’on cumule toutes ces contraintes, on comprend facilement pourquoi les gérants ne peuvent sur-performer durablement. Or toutes ces contraintes ne sont pas présentes pour les investisseurs individuels.

De plus, les stratégies de picking type croissance/qualité/Momentum montrent bien qu’il est possible de battre les indices puisque ces facteurs indiciels font mieux que le marché depuis plusieurs décennies. Le nombre de lignes n’est pas un problème, c’est comme si je fesais une sorte d’ETF World qualité/croissance/momentum. Peter Lynch battait le S&P500 avec un portefeuille qui allait jusqu’à 1600 position à son max.

Pour terminer, il y a bien sûr l’aspect passion. Je m’ennuierais sûrement avec juste un ETF World, même si je sais que pour 90% des particuliers cela donne un meilleur résultat.

Quand j’évoque les professionnels, je ne parle pas des gérants actifs classiques qui seraient soumis aux contraintes (un peu « old school ») que vous évoquez, et qui à plus ou moins long terme sont condamnés. Cela fait un moment que Berkshire Hathaway fait moins bien que le marché sans être limité par ces caractéristiques — mais plutôt, en partie du moins, par sa taille.
Je pense à l’agrégat des intervenants qui constituent le marché, et a fortiori professionnels (les autres n’apportent pas d’information), c’est à dire, y dédiant la totalité de leur activité quotidienne, et en utilisant des outils technologiques sophistiqués.
A titre d’exemple, on pourra citer des organisations comme BlueCrest Capital, qui ne commercialise pas (plus) de fonds, et donc non soumis à de quelconques contraintes (hormis, encore une fois, la taille). Une fois que ces gens ont fait leur travail, les prix sont justes, le marché est efficient, et il n’y a pas d’anomalie : il suffit d’acheter un ETF S&P, les yeux fermés (quasiment ! C’est une vision simpliste de l’EMH, mais qui nous suffira).

Ce qui me permet de revenir à mon point initial : quel est alors votre avantage compétitif ? Votre screener ne contient vraisemblablement aucune information spécifique que le marché n’aurait pas déjà intégré, ni supériorité technologique déterminante (sans doute ! qu’en sais-je finalement ?).

S’il s’agit de s’exposer aux facteurs, alors vous ne faites qu’un choix d’allocation. Et finalement, tout est toujours au final un choix d’allocation, dont la justesse et l’adéquation se traduisent par la capacité à s’y tenir dans le temps (long). Et pourtant, ne dit-on pas par exemple que le style « value » serait mort ?Même le smart béta peut réserver d’étonnantes surprises au fil du temps (cf. débat Asness vs. Arnott).
Cependant, le plus important est d’être dans le marché, alors si vous êtes à l’aise avec votre allocation, c’est le principal !

Bonsoir Mathieu,

La gestion indicielle est quelque chose de remarquable pour la majorité des gens, je suis bien d’accord. Néanmoins, pour les gens plus expérimentés je trouve qu’elle a plusieurs inconvénients majeurs (pas forcément insurmontables non plus) :

– le prix des actions suivent les fondamentaux à LT. Il est donc logique que les actions avec les meilleurs fondamentaux performent le mieux. C’est d’ailleurs la corrélation que j’obtiens avec mon screener entre score et performance. Dans un indice large comme le S&P500 il faut donc bien admettre (je donne des chiffres au hasard) que 150 boites valent le coup et tirent l’indice vers le haut alors que le reste est en déclin et agit comme un frein. -> si on se sens capable d’éliminer ces entreprises/secteurs, la performance ne peut être que meilleure.

– acheter du S&P500 est risqué dans le sens où maintenant près de 30% de la valo de l’indice vient uniquement des GAFAM. Cette concentration tire pour le moment l’indice vers le haut, mais je ne trouve pas cela sain. En cas de chute des GAFAM l’indice serait fortement impacté, mon portefeuille moins.

Il y a donc dans mon approche une double gestion : une gestion de la répartition sectorielle qui me semble efficace, performante et résiliente ET une gestion du picking en ne sélectionnant que les entreprises avec les meilleurs fondamentaux (et croissance) dans chaque secteur.

Bonjour,
J’aimerais comprendre sur la présentation de votre portefeuille concernant les dividendes reçues:
Pourquoi certaines dividendes sont reçues sur plusieurs mois de suite avec des montants différents (ex sur votre CTO)?
Merci,

Bonjour,

Je ne comprends pas bien votre question. Les actions Us versent leur dividendes par trimestre et chacune a des trimestres différents. Il est donc possible d’obtenir des dividendes chaque mois. Avec les actions Françaises en général c’est une fois par an en Mai. C’est donc totalement différent.

Bonjour,
Dsl je n’étais pas clair dans ma question mais’malgré ça vous avez répondu presque à 100% de la question.
Au fait, Je viens de voir et je comprends mtn que votre Screen de portefeuille cumule les dividendes des mois précédents. Pour ce-là que je vois pour même société que ses dividendes avec même montants (sauf pour Apple par ex) dans les screens des 3 mois de Juin/Juillet/Août.
Mtn, je comprends mieux.
Revenons à la périodicité de distribution de dividende, prenons que les Sociétés Françaises, càd ils distribuent générale les dividendes en Mai/année N, càd basé sur leur résultat net de N-1 (31/12), donc ma question mtn lié au timing d’achat (on ne parle pas de les revendre) avec 3 scénarios:
1/ Si j’achète l’action au 25/12/N-1=> J’aurais les dividendes c’est bien ça?
2/Si j’achète l’action au 30/04/N et l’annonce de distribution de dividende est les 10/05 par ex=> Est ce que j’aurais les dividendes? Normalement Oui.
3/Si j’achète l’action au 30/06/N: la distribution est terminée, du coup je devrais attendre N+1 c’est bien ça?
Donc est ce que sauf dans le cas que le prix de l’action est « très » intéressant, si non le fait que je l’achète au 30/06 (juste Après la distribution de dividende) n’est pas une bonne décision? Bien entendu qu’en général, le cours d’action est souvent baissé après la distribution de dividende…mais est ce que cette baisse nous attire un achat, c’est un autre débat.

Puis est ce que vous avez une article qui synthétise sur la date (le mois) et la fréquence de distribution des dividendes de vos sociétés investies? Sur une vision LT, c’est obsolète cette information, mais lors d’une entrée, elle est aussi nécessaire de connaitre, non?
Merci.

Pour toucher un dividende, il suffit simplement d’acheter l’action avant le jour du détachement du dividende. Pour les actions Françaises, c’est généralement 2 jours avant le versement. Pour les actions US c’est souvent 1 mois avant. Il n’y a pas de meilleur moment pour acheter. Si vous achetez avant vous aurez le dividende (mais subirez la fiscalité dessus), si vous achetez après vous n’aurez pas le dividende mais vous achèterez plus bas puisque l’action baisse après détachement. C’est globalement similaire.

Laisser un commentaire