La hausse des taux baisse t-elle l’inflation

Cela fait maintenant plus d’un an que les banques centrales relèvent leurs taux directeurs dans l’espoir de lutter contre l’inflation galopante que l’on constate depuis environ deux ans.

Est-ce efficace ? Quels sont pour le moment les résultats ? C’est ce que nous allons étudier rapidement dans cet article.

Pourquoi l’inflation, quelles conséquences

 

Je rappelle que l’inflation se caractérise par une hausse globale du prix des actifs, des biens et services, généralement liée à une baisse de pouvoir d’achat pour les particuliers. Très concrètement, dans notre quotidien, cela se caractérise par une hausse des prix de l’alimentation, de l’énergie, des matières premières, des biens et services classiques etc…

 

Cela n’est pas forcément gênant si les salaires augmentent d’autant, puisque cette hausse contrebalance les variations de prix, et n’entraîne donc pas de baisse du pouvoir d’achat. Évidemment, ce n’est pas toujours le cas (comme actuellement, a minima en Europe où les hausses salariales sont plus faibles), et lorsque l’inflation est supérieure aux hausses de salaire, cela mène régulièrement vers une récession : les entreprises cherchent à faire passer les hausses de coûts dans leur prix de vente, mais les gens n’ont pas les moyens donc dépensent moins, donc les ventes globales baissent. C’est le schéma classique d’une entrée en récession.

 

 

Les banques centrales en renfort : est-ce efficace 

 

Généralement, une hausse des taux est efficace et souhaitable lorsqu’il y a de la croissance économique, de manière à ralentir l’accès au crédit et l’argent gratuit, donc à faire baisser calmement l’inflation sans risquer de générer une crise économique.

À savoir qu’une inflation élevée est généralement très profitable pour un Etat, surtout quand les taux restent faibles (a minima sous l’inflation). En effet, la plupart des taxes étant proportionnelles aux prix (taxes sur les carburants, TVA…), cela enrichit directement l’Etat.

 

Le problème, c’est que l’inflation actuelle vient en partie d’une hausse de la M2 (la masse monétaire en circulation), mais également de phénomènes de dérèglements majeurs des chaînes d’approvisionnement, et d’une incompatibilité entre l’offre et la demande mondiale.

En effet, le covid (avec les fermetures d’entreprises, les confinements en Chine qui est la manufacture du monde) combiné avec la guerre en Ukraine (hausse du prix de l’énergie, de certaines matières premières…) auront totalement chamboulés l’équilibre offre demande. L’offre ne pouvant suivre, les prix grimpent.

 

Une hausse des taux est historiquement efficace pour réduire l’inflation causée par une augmentation de la M2. Cela réduit mécaniquement l’accès à l’argent gratuit et donc à la quantité d’argent en circulation.

Généralement, les économistes considèrent qu’il faut entre 12 et 18 mois pour voir des effets concrets de la hausse des taux sur la baisse de l’inflation.

 

Dans le cas actuel, voici les graphiques de l’évolution des taux vs l’inflation (je prends les US en référence) :

 

evolution des taux d'intérets de la FED vs inflation

Taux d’intérets de la fed (Trading Economics.com)

 

évolution de l'inflation US

Taux d’inflation US (Trading Economics.com)

 

 

On constate que l’inflation commence progressivement à baisser, après 18 mois de hausse des taux.

Néanmoins, on remarque deux choses intéressantes :

 

  • l’inflation reste quasiment au plus haut sur les 25 dernières années
  • Malgré que les taux soient presque au plus haut avec une vitesse de remontée rarement connue, l’impact sur l’inflation n’est pour le moment pas celui espéré.

 

On retrouve ici la fameuse comparaison avec le tube de dentifrice, lorsqu’il y a de l’inflation c’est très difficile de la contenir et de la faire rentrer dans le tube.

Cela vient certainement du fait que l’inflation actuelle vient d’avantage du dérèglement de l’offre et de la demande que d’une hausse de la M2. Par conséquent, augmenter les taux n’est pas très efficace, et risque surtout de nous faire plonger en récession plus vite que prévu. 

Les banques centrales commencent à le constater, raison pour laquelle on parle déjà d’un arrêt prochain de la hausse des taux.

 

D’un point de vue du consommateur, l’inflation a malheureusement bon dos et beaucoup d’industriels en profitent…

Autrement dit, bien que l’inflation commence théoriquement à baisser, les prix continuent de monter.

Si l’on regarde par exemple l’évolution du prix du blé, il est passé de 250€/tonne à 420€ de début à mi 2022, puis a baissé de manière linéaire jusqu’à 230€ actuellement. Autrement dit, on est revenu au niveau d’avant guerre en Ukraine. Néanmoins, le prix des pâtes (par exemple) n’a fait qu’augmenter et n’a pas encore répercuté cette baisse.

 

évolution prix du blé

 

Idem pour le prix du pétrole, qui est passé de 120$ du baril de brent à 75$ aujourd’hui. Pour autant, le prix des carburants à la pompe est quasiment au plus haut.

 

évolution prix pétrole baril brent

 

Pour conclure, la période d’inflation actuelle n’est pas encore terminée et pourra prendre jusqu’à plusieurs années pour se résorber malgré la hausse des taux d’intérêts. Il sera également intéressant de suivre comment évoluent réellement les prix vs l’inflation, c’est-à-dire jusqu’où pourront aller les entreprises dans leur hausse des prix pour maintenir leurs marges.

 

 

Date Publication : 09/06/2023

 

Me contacter pour une question ou pour la rubrique Conseils Boursiers & Services 🛒 :

etre.riche.et.independant@gmail.com

 

Si vous souhaitez ouvrir un CTO chez DEGIRO en utilisant mon lien de parrainage, contactez moi à etre.riche.et.independant@gmail.com ou passez directement par le premier lien présent sur cette page. Vous ne gagnerez rien mais je toucherais une petite commission à l’ouverture de votre compte, c’est un bon moyen de me remercier si le site ou l’article a pu vous aider.

 

N’hésitez pas à poster un commentaire.

Si jamais le commentaire ne s’affiche pas directement, c’est normal car je dois d’abord le valider pour qu’il apparaisse (anti-spam).

 

Mentions légales : 

Toutes les informations disponibles sur ce blog sont données à titre indicatif et ne sont en aucun cas des conseils d’achats ou des recommandations au sens de l’AMF.

L’auteur ne saurait être tenu responsable des pertes que pourrait engendrer le lecteur et décline toute responsabilité à l’égard des conséquences éventuelles de l’utilisation du blog.

De plus, les informations pourraient ne pas être actualisées et donc ne fournissent aucunes garanties. Il appartient à chacun de vérifier les données personnellement.

S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ludwig
Ludwig
il y a 1 année

Salut Matthieu,
Très intéressant site que je découvre. As tu un twitter ou une newsletter pour être au courant des dernières publications ? Merci bonne journée

Rem
Rem
il y a 11 mois

Bonjour,

Super article mais il manque quelques éléments. Si l’inflation baisse c’est en partie surtout grâce à la Chine. Les mauvais résultats économiques chinois font baissé le cours de matières premières, notamment le pétrole malgré la baisse de production des saoudiens.

L’autre problématique que tu soulignes, c’est que les prix n’ont pas baissé et la raison, c’est que les vendeurs de produits finis essentiels (Pâtes, essences, etc …) se sont aperçu que les gens continuent d’acheter malgré les hausses. Du coup pourquoi baisser les prix ? En gros ils en profitent pour bien gonfler leurs marges sur notre dos. Merci qui ? Total, Nestlé, etc …