Investir dans le Crowdlending : le guide complet

Avec des taux d’intérêts toujours au plus bas, il devient de plus en plus difficile d’obtenir des rendements attractifs pour placer son argent.

En effet, avec des taux d’intérêts nuls ou négatifs, le cash ne rapporte quasiment plus rien.

Cependant, une toute nouvelle forme d’investissement permet d’obtenir des rendements attractifs sous forme d’intérêts tout en dynamisant l’économie de son pays. Cet investissement s’appelle le Crowdlending.

 

Qu’est-ce que le Crowdlending

Le crowdlending est inspiré du principe de crowdfunding.

A l’aide d’une plateforme informatique spécialisée, le crowdfunding rassemble un particulier ou une entreprise voulant financer un projet avec des donneurs participatifs.

Si un projet vous intéresse, vous pouvez le financer sous forme de don. Chaque participant peut donner de quelques dizaines d’euros jusqu’à plusieurs milliers d’euros pour financer le projet.

 

Investir dans le Crowdfunding

 

Si le crowdfunding part d’un principe de don volontaire, le crowdlending se distingue par la perception d’intérêts financiers.

Pour faire simple, les participants jouent le rôle de banque. Ils prêtent leur argent à une entreprise qui en contrepartie s’engage à rembourser mensuellement le capital + les intérêts.

 

Pourquoi le crowdlending fonctionne si bien

Le crowdlending est attractif à la fois par l’emprunteur et par le prêteur.

L’emprunteur : celui-ci n’arrive pas toujours à obtenir des fonds provenant d’une banque traditionnelle. En effet, les banque jugent les PME plus risquée et n’accordent donc pas des crédits dans tous les cas. De plus, la procédure classique de recherche de fonds peut être longue et laborieuse.

A travers une plateforme de crowdlending, le projet peut être parfois financé en moins d’une heure pour les plateformes les plus populaires comme Crédit.fr ou Pretup !

L’entreprise peut donc avoir facilement et rapidement accès à des fonds si son projet intéresse les participants.

Les prêteurs : les taux d’intérêts perçus par les financeurs du projet sont déterminés par la durée du crédit et le risque pris. Ils vont généralement de 4% à 10% bruts de rendement annuel, ce qui s’avère très attractif en comparaison du livret A (0,75% net) ou des meilleurs fonds euros d’assurance vie (2,5% net au maximum).

En plus de rassembler emprunteurs et prêteurs sans passer par le circuit classique d’une banque, le crowdlending permet aux investisseurs de participer pleinement à l’économie de leur pays en venant en aide à des PME, parfois même à des TPE très locales !

Les investisseurs ont donc réellement la sensation de se rendre utiles et que leur argent va directement vers l’économie de proximité.

 

Comment investir dans le crowdlending

Il existe de nombreuses plateformes de crowdlending Françaises sur internet. Cependant, elles ne se valent pas toutes pour différentes raisons.

Les principaux éléments à prendre en compte sont :

Le rendement moyen des prêts : le rendement peut varier selon les plateformes. À risques et durées égales, il vaut mieux privilégier le meilleur rendement. Cependant, qui dit haut rendement sous-entend en général risque plus élevé.

La durée des prêts : celle-ci va généralement de 12 mois à 60 mois selon les projets. Certaines plateformes sont spécialisées sur des projets plus longs et plus gourmands en financement.

Le taux de défaut : le risque principal du crowdlending est le défaut de paiement de l’entreprise. En effet, si celle-ci fait faillite ou n’est plus en mesure de rembourser le prêt, vous pouvez perdre votre capital. Il est donc conseillé de bien sélectionner les projets ainsi que les plateformes présentant le taux de défaut le plus faible.

Une fois la plateforme choisie, il ne vous reste plus qu’à financer un projet en faisant en virement ou un paiement par CB pour créditer votre compte en ligne. Il est à noter que les fonds versés ne sont pas conservés sur la plateforme mais par un intermédiaire financier (une banque par exemple) agréé pour officialiser le prêt (qui a la forme juridique de mini-bond, similaire à une obligation à taux fixe).

Vous percevrez ensuite selon le contrat un remboursement capital + intérêts chaque mois, ou alors intérêts chaque mois + capital in fine. L’avantage de percevoir le tout mensuellement est de pouvoir réinvestir rapidement l’argent récupéré dans de nouveaux projets afin d’optimiser les intérêts composés.

Les conseils et pièges à éviter pour investir en crowdlending

Les plateformes de crowdlending

Comme dit précédemment, toutes les plateformes ne se valent pas. Il faut impérativement investir dans une plateforme officielle ayant obtenu un accord de l’ORIAS (organisme pour le registre des intermédiaires en assurances). De plus, il faut privilégier les plus solides financièrement pour être sûr qu’elle existera toujours dans plusieurs années.

Comme évoqué plus haut, le risque majeur du crowdlending est la perte de capital en cas de non remboursement du prêt. Il est donc nécessaire d’investir sur les plateformes les plus sérieuses sur la sélection des projets. Cela permet de réduire au maximum le taux de défaut.

Voici un exemple des meilleures plateformes :

Crédit.fr : un des leaders français du crowdlending pour les PME/TPE. Les taux de défauts sont faibles, et la plateforme est solide financièrement (participation de Tikehau Capital).

Investir Crowdlending Credit.fr

L’avantage d’être le leader est le nombre de projets proposé sur la plateforme (certains petits concurrents sont en quasi-pénurie de projets). De plus, il y a beaucoup d’investisseurs ce qui permet de boucler les prêts très rapidement (quelques dizaines de minutes pour les plus rapides !). Cet avantage est aussi un inconvénient car il faut être très rapide pour ne pas manquer les meilleures opportunités !

Le ticket d’entrée est de 50€ par projet.

Wiseed : c’est le leader dans le crowdlending immobilier. Vous pouvez sur ce site investir en immobilier avec un ticket d’entrée minimum de 100€. Les taux d’intérêts annuels sont généralement de 10% et la durée des projets de 2 ans.

Investir Crowdlending Wiseed

 

Il est ainsi possible d’aider des promoteurs à financer de l’immobilier résidentiel, commercial, de tourisme…

 

La diversification des prêts

Les tickets d’entrée du crowdlending sont généralement faibles. Il est donc conseillé de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier et de répartir les investissements sur différents projets.

Il vaut mieux par exemple financer 10 projets à hauteur de 100€ au lieu d’un seul projet à 1000€. Cela permet de réduire les risques et de protéger votre capital.

Il est également conseillé de diversifier en secteurs (industries, services, immobillier…) ainsi que d’utiliser plusieurs plateformes différentes (au moins 2).

 

Fuir les notations trop basses et les rendements anormalement élevés

Chaque projet est noté par la plateforme sur plusieurs aspects : ancienneté, rentabilité (basé sur les 2 ou 3 ans de compte de résultat), situation financière …

Ainsi, un projet peut être classé de A (sûr) à D (risqué) par exemple. Plus le projet est risqué, plus le rendement est haut en général. Cependant, pour éviter les impayés et pertes en capital il vaut mieux réduire légèrement le risque et donc le rendement plutôt que de subir des pertes élevées.

 

Conclusion :

Le crowdlending est un moyen d’investissement permettant de percevoir des intérêts élevés (entre 4% et 10% par an en général). En prêtant votre argent à des PME, vous pouvez participer directement à l’économie locale en France en soutenant les projets qui vous intéressent.

Cependant, il faut bien garder en tête que les risques sont élevés puisqu’il est possible de perdre tout ou partie de son capital si l’entreprise n’est plus en mesure de rembourser son prêt.

Il est conseillé de ne pas investir plus de 10% de son capital total dans le crowdlending. Néanmoins, cela reste un bon moyen de diversifier son portefeuille à une époque où les rendements fixes (obligations, livrets…) ne rapportent plus rien.

Mentions légales : 

Toutes les informations disponibles sur ce blog sont données à titre indicatif et ne sont en aucun cas des conseils d’achats ou des recommandations au sens de l’AMF.

L’auteur ne saurait être tenu responsable des pertes que pourrait engendrer le lecteur et décline toute responsabilité à l’égard des conséquences éventuelles de l’utilisation du blog.

De plus, les informations pourraient ne pas être actualisées et donc ne fournissent aucunes garanties. Il appartient à chacun de vérifier les données personnellement.

4 commentaires

Bonjour, un retour d’expérience. J’ai été un des premiers à investir progressivement dans le crowlending en decembre 2013 avec la plateforme d’Unilend repris par PrêtUp, puis Lendopolis et enfin Finsquare qui a été repris par Lendix.
Jusqu’en juin 2015 j’ai prêté 32 500 € à 130 entreprises . Mi juin 2015 devant l’hécatombe du nombre de mauvais payeur je me suis arrêté et j’encaisse encore les derniers remboursements.
J’en suis à 35 entreprises qui ne remboursent plus. Certaines en liquidation, d’autres ou les patrons sont partis avec la caisse une fois le prêt touché, etc….
Les intérêts de celles qui restent remboursent le capital perdu. Je viens enfin de récupérer mon capital en fevrier 2019. Je vais terminer avec env. 1000€ de PV ce qui fait un 3% en 5 ans soit moins que le livret A une fois les impôts payés.
Pour moi une très mauvaise expèrience. Aujourd’hui je pense que les plateformes sont plus sérieuses dans le choix des emprunteurs. C’est ce qui a péché chez Unilend entre autre.
Cordialement

Bonjour, je vous remercie pour ce retour d’expérience très intéressant. Je pense en effet que les débuts du crowdlending étaient très peu régulés. Certaines plateformes en ont donc profité pour faire de l’argent sans se soucier des conditions de prêts et de la solidité financière de l’emprunteur…

Il est donc important de diversifier les projets et d’être très sélectif. PrêtUp a un taux de défaut assez élevé (même si les rendements semblent attractifs), il vaut donc mieux éviter cette plateforme. Je recommande WeShareBonds qui me semble être l’une des plus sérieuse (mais assez peu fréquentée avec peu de projets), ainsi que Crédit.fr.

Evidemment, il est plus simple a posteriori de faire le bilan des plateformes car il y a plus d’historique pour en tirer des conclusions. En 2013, les choix devaient probablement se faire aléatoirement et vous en avez malheureusement et injustement subit les conséquences. Heureusement pour vous, vous allez en tirer quelques PV, ce qui vous permet de limiter la casse.

Cordialement,
Matthieu.

Ceux qui ont choisi d’investir sur une plateforme de crowdlending seront imposes normalement sur les interets touches. Il y aura deux prelevements a la source representant 39,5 % en tout : le premier de 15,5 % pour les prestations sociales et le second de 24 %, un acompte sur impot. Ce dernier sera a declarer, voire a completer en fonction de la tranche d’imposition. Le prelevement se fait sur toutes les mensualites percues par les preteurs et ne concerne que la part des interets dans le remboursement. Il y a cependant une exception : une demande de dispense partielle de prelevement peut etre demandee. Il faut pour cela justifier d’un revenu fiscal de reference inferieur a 25 000 euros pour une personne seule, ou le double pour un couple. Dans ce cas, l’acompte sur impots ne sera pas applique et seul le prelevement de 15,5 %, lie aux prestations sociales, sera exige. Par ailleurs, si la totalite des revenus de placement a taux fixe n’excede pas€, il est possible d’opter pour un prelevement forfaitaire de 24 % .

Bonjour,
Attention le taux de 39.5% d’imposition n’est pas le taux final réel. En effet, le précompte de 24% sera à payer en avance (tout comme les prélèvements sociaux à 17.2% et non pas 15.5%) mais lors de la déclaration d’impôts, la régularisation sera effectuée et le taux d’imposition final maximal sera celui de la flat tax (30%).

Laisser un commentaire