Coronavirus et krach de la bourse

La propagation du Coronavirus a déclenché récemment des mouvements de panique sur les marchés boursiers.

Ils ont tout d’abord fortement baissé en janvier, puis rebondi début février, pour rechuter sévèrement à la fin du mois et pendant le mois de Mars. On peut dors et déjà entendre le mot « krach boursier« .

C’est donc le retour de la volatilité qui intervient et par conséquence toutes les questions sur la gestion de son portefeuille qui se posent à nouveau.

Nous allons voir dans cet article comment bien réagir à ce mouvement de marché et comment en profiter.

 

Le Coronavirus et la chute de la bourse

 

Tout d’abord, pourquoi la bourse chute autant ?

Le virus a commencé à se propager en Asie. Comme la Chine est la « manufacture industrielle » de l’Europe et des USA, la fermeture des usines chinoises entraîne nécessairement une baisse de la production. Cette baisse est ponctuelle mais peut avoir un impact sur toute la chaine d’approvisionnement des produits. Cela engendre donc globalement sur l’année une baisse de la croissance mondiale. Plus les usines restent bloquées longtemps, pire sera la conséquence sur l’économie.

L’arrivée du virus en Europe et aux US aggrave le problème puisqu’elle ralentit aussi l’économie d’un point de vue local. Les estimations de croissance mondiale ont encore été revues à la baisse. La grande question est : sommes nous au début ou à la fin de la contagion ?

Il y a aussi tous les impacts indirects à prendre en compte : les gens sortent moins dans les lieux publics, consomment moins, font moins de loisirs, se déplacent moins (donc chute du pétrole) …

C’est donc logique que le marché corrige à court terme puisqu’il n’avait pas pris en compte tous ces évènements.

 

 

Le Coronavirus créé des opportunités en bourse

 

Comme évoqué précédemment, les marchés boursiers ont fortement chuté.

Le CAC40 et le S&P500 ont perdu entre 25% et 35% en ligne droite :

 

Coronavirus krach bourse Mars 2020

 

Une telle volatilité et une telle baisse est inédite en si peu de temps. Le CAC40 a d’ailleurs battu son record de la pire chute boursière en intraday (12% de pertes en un seul jour).

Cet article sur les krachs boursiers rappelle bien la psychologie à avoir lors de ces événements. Vous pouvez donc vous en inspirez car nous sommes totalement aujourd’hui dans cette situation.

 

Il faut cependant garder la tête froide et se poser la question suivante : est-ce que cet événement va avoir un impact sur mes entreprises pendant 1 an, 3 ans, 5 ans, 10 ans ?

Dans la très grande majorité des cas, l’impact reste ponctuel et à court terme.

Je suis quasiment certain que l’on ne parlera plus de ce virus dans 2 ans, alors vous imaginez dans 10 ans cela sera vraiment une anecdote…

Je peux bien sûr me tromper.

 

Les baisses de prix sont donc de très bonnes opportunités à long terme pour profiter de la volatilité. En achetant des entreprises de qualité pendant ces trous d’air, vous :

 

  • Maximisez vos chances de faire des plus-values à long terme car vous achetez avec une marge de sécurité importante.

 

  • Profitez d’un rendement anormalement élevé car pour le même montant investi vous touchez plus de dividendes, donc augmentez vos revenus.

 

C’est pour suivre ce genre d’évolution que je mets à jour mon screener chaque mois. Il permet de voir quand les entreprises de qualité sont à des prix anormalement bas. N’hésitez pas à le consulter, c’est libre d’accès et 100% gratuit !

 

 

En conclusion :

Conservez votre stratégie d’investissement habituelle. Il n’y a vraiment aucune raison de paniquer ni de vendre vos actions si elles ont des fondamentaux solides. Cette baisse est un événement à court terme et vous pouvez en profiter en achetant à meilleurs prix qu’en temps normal. Il faut donc continuer de faire vos versements mensuels en privilégiant les actions de qualité et en évitant les « pièges » avec les actions qui semblent avoir un haut rendement.

 

 

Me contacter pour une question ou pour la rubrique Conseils Boursiers & Services 🛒 :

etre.riche.et.independant@gmail.com

 

N’hésitez pas à poster un commentaire.

Si jamais le commentaire ne s’affiche pas directement, c’est normal car je dois d’abord le valider pour qu’il apparaisse (anti-spam).

Mentions légales : 

Toutes les informations disponibles sur ce blog sont données à titre indicatif et ne sont en aucun cas des conseils d’achats ou des recommandations au sens de l’AMF.

L’auteur ne saurait être tenu responsable des pertes que pourrait engendrer le lecteur et décline toute responsabilité à l’égard des conséquences éventuelles de l’utilisation du blog.

De plus, les informations pourraient ne pas être actualisées et donc ne fournissent aucunes garanties. Il appartient à chacun de vérifier les données personnellement.

26 commentaires

Bonjour Matthieu,

Merci pour ce rappel.
Il y a quand même des entreprises qui ont su tirer leur épingle du jeu. (Exemple : Netflix, fabriquant de masque ou gel pour les mains et aussi fabriquant de vaccin).

En tout cas hier j’ai pu renforcer du VINCI à 87e (10 actions) et j’ai émis un ordre pour renforcer le Total à 36e pour l’achat de 20 actions supplémentaires (si ça baisse à 36)

J’ai par contre bcp moins de ligne que vous mais je pense un plus % en ETF.

En revanche j’avais pris du Kering à 560 et c’est un peu la cata. Je pense que l’industrie du luxe et celle qui va le plus en souffrir (moins de consommateurs chinois, moins de consommateurs partout en temps de crise).

Bonjour Ferhat,

Vinci et Total sont en effet de bonnes opportunités à ces prix. Pour Total vous pouvez même acheter maintenant, ne risquez pas que ça remonte et que votre ordre ne passe pas.

Le secteur du luxe est touché car il exporte beaucoup en Asie. C’est totalement temporaire donc il faut en profiter si vous n’avez pas encore de ligne LVMH ou L’Oréal par exemple.

Bonjour
En ce qui me concerne, j’ai un peu du mal à comprendre la chute de Danone…

Bonjour, a mon avis c’est sans doute lié à l’annonce faite que la chaîne de distribution Lidl décide de ne plus commercialisé leur produit.

Bonjour Axel et Thierry,

Je pense qu’il y a aussi les révisions à la baisse pour l’année en cours suite aux dernières publications de Danone qui ont déçu. Mais je suis d’accord avec vous Thierry que la baisse est exagérée et que vous pouvez renforcer les yeux fermés à ce prix.

Pour compléter la réponse d’Axel : le « mini-scandale » du lait infantile Gallia (propriété de Danone) après plusieurs cas de bébés ayant régurgité un vers la semaine dernière a du jouer aussi…

Merci pour l’info Seb, je n’étais pas au courant non plus. Difficile de dissocier ce genre d’événement de la baisse globale des marchés.

En tout cas je pense que c’est l’heure de faire les soldes. Car dans le cas n°1: comme Matthieu le dit si bien, dans 2 ans plus de coronavirus et vous avez fait une bonne affaire.
Cas n°2: scénario catastrophe Hollywoodien le virus se propage à vitesse grand V etc etc … Et je pense que votre dernier souci sera de pensé au quelques euros investi dans la bourse. Mais ce n’est que mon avis.

Totalement d’accord avec vos deux hypothèses. C’est l’heure des soldes et de ne pas paniquer. Les gens sont enthousiastes pour acheter des vêtements à -20%, je ne comprends pas en quoi c’est différent avec la bourse…

Merci Matthieu pour cet article rassurant.

Au premier abord, on se dit « zut, j’ai perdu 10% sur la valeur du portefeuille », et après réflexion, c’est vraiment « ça ouvre des opportunités supplémentaires et dans 2 ans on aura retrouvé les mêmes niveaux ».

Investir sur du long terme c’est quand même moins stressant.

Bonjour Matthieu,

Oui ce genre d’évènement rappelle bien qu’investir nécessite d’avoir un horizon lointain ainsi que de bien comprendre ce que l’on fait pour ne pas paniquer. D’où l’important d’avoir en portefeuille des entreprises solides qui n’empêchent pas de dormir la nuit.

Les prix d’aujourd’hui sont déjà intéressants, dans 10 ans on sera content d’en avoir profité, même si cela baisse d’encore 10 ou 20%. Il faut par contre entrer graduellement sur le marché et ne pas placer tout le cash d’un coup.

Bonjour
Merci beaucoup pour cette mise au point…
LE CAC 40 était à 4500 en décembre 2019 , il y a un an, dernier après une chute des marchés.
C’est vrai qu’il faut avoir le cœur accroché, et qu’il est difficile souvent ,de suivre le
précepte de Warren Buffet: « Soyez avides quand les autres sont craintifs et méfiants quand les autres sont euphoriques » On est devant une vraie inconnue qui dépasse le seul stade économique pour raviver des peurs ancestrales… à suivre donc…

Bonjour Sandra,

Il faut en effet avoir le coeur accroché et bien comprendre les raisons qui vous poussent à investir. Normalement si c’est bien clair, vous ne devriez pas craindre la volatilité mais au contraire en profiter. La valeur d’une entreprise ne change pas du jour au lendemain. L’augmentation des dividendes est d’ailleurs un bon rappel à l’ordre des fondamentaux.
Nous sommes dans une inconnue mais c’est le cas pour chaque problème : crise de 2008, crise des dettes Européennes en 2011, Brexit, Guerre commerciale Chine-US, ralentissement de l’économie, Coronavirus….
Demain ça sera encore autre chose…

Bonsoir Matthieu,
Je suis partiellement d’accord avec vous et votre article.
Je vous explique pourquoi.
Il est vrai qu’il faut songer aux investissements long terme.
Toutefois, il est impératif d’utiliser un minimum l’analyse technique et , encore plus important, l’analyse macroéconomique à ce stade là, avant de passer aux achats.
Car oui, le marché nous ouvre des belles opportunités sur des beaux dossiers.
Oui, on pourrait parler de « soldes ».
Mais il faut jamais oublier qu’un bon dossier, une bonne affaire même après une analyse fondamentale optimale, peut devenir une encore meilleure affaire.
Surtout en ce moment.
Or, ce jour le 8 mars 2020, le CAC40 chute encore brutalement.
Il teste presque les plus bas de la fin d’année 2018, après la correction boursière.
Et ça, c’est très inquiétant.
On est pas loin d’un inversement de tendance long terme.
La tendance haussière qu’on a connu depuis des années (7 ans presque) pourrait facilement s’inverser très prochainement.
Bear market, tendance baissière.
Les valeurs cycliques chutent très fortement.
On anticipe une vrai récession mondiale. Et cette fois-ci malheureusement, on a toutes les donnés pour y croire.
À différence de la grande crise de 2008, où le système financier avait contaminé l’économie réelle, cette fois-ci on assiste à une véritable récession économique à nos portes.
Et les banques centrales y pourront pas faire grande chose car, finalement , l’économie réelle est en train de contaminer l’économie financière.

En résumé, je pense que actuellement la meilleure stratégie soit d’être très cash, très très peu investi et d’être en modalité spectateur: il faut tous les jours regarder l’évolution des marchés car il y a fort à parier que nos beaux dossiers puissent continuer à descendre fortement et ça, pendant longtemps.
Il faut savoir attendre et voir ce que les marchés nous diront. Il faut pas se précipiter mais être patient.

Le timing est toujours la clé des investissements long terme.

Cordialement

Bonjour Lucas,

L’analyse technique ne fonctionne pas ou que très partiellement, sinon tous les traders seraient millionnaires, or 99% perdent de l’argent. Personne ne peut prédire à court terme les mouvements du marché, analyse technique ou non. Il est également impossible de timer les points bas. Si vous vous en sentez capable, vous serrez très vite multi- millionnaire et je veux apprendre de vous ;).

Plus sérieusement, les marchés peuvent encore très bien baisser comme monter, personne ne le sait. À titre personnel, la seule chose que je sais c’est que les rendements repassent au-dessus des moyennes historiques donc il n’y a pas de raison d’attendre. Je ne dis pas de faire all in mais de commencer à investir graduellement à la baisse. Il fait raisonner en tant qu’investisseur, je fais une bonne affaire déjà aujourd’hui, j’augmente mes revenus en profitant de la baisse. L’affaire sera peut-être meilleure demain, je n’en sais rien. Si c’est le cas je continuerai de toute manière à investir pour accélérer le processus. C’est de la spéculation de chercher à prédire le marché.

C’est aussi la raison pour laquelle les investisseurs individuels font de piètres performances en bourse :

Quand le marché est haut ils ont peur d’investir car ils pensent que la bourse va chuter, ils attendent donc le krach pendant plusieurs années. Quand la baisse arrivent enfin ils ont peur que ça continue de baisser et veulent timer le point bas. Au final ils ratent une grosse partie de la reprise et revendent trop tôt…

Matthieu.

Bonjour Matthieu,
Quelles sont les entreprises qui selon vous sont des
Valeurs sûres sur du long terme et sur lesquelles on peut investir les yeux fermés ?

Bonjour Brigitte,

Mes valeurs Européennes favorites en ce moment sont : Vinci, L’Oréal, LVMH, Air Liquide, Danone, Véolia, Rubis, Thalès, Essilor et Sanofi. On pourrait aussi renforcer Total à ce prix assez dingue, mais la baisse du pétrole pourrait avoir un impact très négatif sur ses comptes donc ne pas se faire trop aveugler par le rendement élevé.

Matthieu.

Pierre-Antoine

Bonjour Matthieu,

Vinci a élevé a élevé fortement son niveau d’endettement par rapport à ses liquidités. Avez-vous pris en compte ce risque ?

Pierre-Antoine

Bonjour Pierre-Antoine,

Vinci a un leverage (dette/ebitda) autour de 2,5 et compte le réduire dans les prochaines années. Cela me semble maitrisé et ne pas être un niveau inquiétant.

Matthieu.

Pierre-Antoine

Peux-tu m’expliquer l’intérêt de ce ratio et pour quelle raison tu ne préfères pas le ratio actif net/endettement et la liquidité nette. J’aurai pensé qu’en cas de crise la priorité ce sont les liquidités. L’Ebitda est une prévision et risque d’être dégradé au moins pour l’année 2020, ce qui va rallongé le leverage à 3.5 minimum.

L’EBITDA est un simili-cashflow. Il représente l’argent réel que l’entreprise reçoit sur l’année, contrairement au Résultat net. Je suis d’accord que pour l’année prochaine le leverage va artificiellement augmenter comme l’EBITDA va diminuer, mais c’est temporaire.

L’actif net est utilisable aussi mais ne représente pas grand chose, car c’est de l’argent immobilisé et récupérable uniquement si l’entreprise revend ses biens. Ce n’est pas ce qui est utilisé pour rembourser les dettes.

Merci à Matthieu pour cet article
Et à vous tous pour vos commentaires…
C’est une grande aide pour un nouveau comme moi !

Hello Mathieu,

je comprends bien ton raisonnement et la métaphore avec les soldes à 20% ainsi que l’utopie de chercher le point mais d’un autre côté, ça va à l’encontre de « on ne ratrappe pas un couteau qui tombe », non?

Cdt

Bonjour Olivier,

Un couteau qui tombe finit toujours par toucher le sol. Personne ne sait quand cela arrivera. Mais je pense que nous sommes plus proche du sol que du point de chute. Après chacun fait comme il veut. Perso dans 10 ans je serai content d’être passé à l’acte, peu importe que ça soit à -35% ou -40% du CAC. Cela ne sert à rien de chercher toujours à grappiller quelques pourcents de baisse. À vouloir trop attendre vous pouvez également louper une partie de la reprise.

Cordialement
Matthieu.

bravo pour votre analyse vous aviez tellement raison !

Bonjour Cédric,

Il est toujours facile à posteriori de refaire le passé. C’est plus compliqué en réalité d’avoir pu agir comme il le fallait lorsque le marché était en pleine déroute. Personnellement j’ai bien pu en profiter, mais on a toujours des regrets de ne pas y être allé encore plus fort.

Laisser un commentaire