Suivi Portefeuille Boursier : Reporting Juin 2022

Cet article concerne le suivi de mon portefeuille boursier. La stratégie d’investissement du portefeuille repose sur un ensemble d’actions de qualité avec d’excellents fondamentaux et en pleine croissance.

L’objectif principal du portefeuille est de faire croitre le plus efficacement possible mon patrimoine dans le temps et de réaliser une performance supérieure à celle du MSCI World sur le long terme.

Le second objectif (un fois le patrimoine atteint) sera de construire un flux régulier de cash-flow avec les dividendes croissants perçus chaque année. Cela me permettra à long terme d’atteindre l’indépendance financière en couvrant mes dépenses avec ces revenus passifs.

 

Actions détenues et bilan

 

Les marchés poursuivent leur baisse courant Juin, toujours pour les mêmes raisons que précédemment (hausse des taux d’intérêt, inflation élevée, pénurie et problèmes d’approvisionnement…).

 

Les taux US sont autour de 3,5%, soit un niveau moyen retournant à 2011. 

Pour la France, on est autour des 2%, soit un niveau atteint en 2014.

 

Le S&P500 est entré en bear market, avec une baisse de plus de 20% depuis ses plus hauts.

Comme je l’ai déjà évoqué récemment, les valorisations redeviennent réellement intéressantes et les marchés offrent des points d’entrée à ne pas manquer.

 

La stratégie de toujours « attendre le point bas » ne fonctionne clairement pas. De nombreux investisseurs ne veulent pas investir quand la bourse est haute, et disent qu’ils investiront quand les points d’entrée seront bas. Et maintenant que c’est bas, on entend que le risque est élevé, que ça peut descendre encore plus etc… cela entraîne la paralysie.

Il faut bien se dire que ce genre de biais humains arrive à chaque crise, avec énormément d’opportunités manquées.

 

Bref tour ça pour dire, chacun fait comme il le souhaite (attendre ou pas le timing parfait), mais c’est vraiment déconseillé, il vaut clairement mieux faire un investissement passif mensuel pour investir progressivement sur les points d’entrée actuels déjà intéressants.

 

De mon côté, je continue de renforcer les US, au détriment de l’Europe.

J’ai d’ailleurs cédé ce mois-ci mes positions sur l’ETF GWT (Europe Growth) au profit du S&P500 et du Nasdaq. Je garde le hedge sur le S&P500, pour me couvrir du potentiel rebond court terme de l’euro face au dollar. Je n’ai pas trouvé d’ETF hedgé sur le Nasdaq éligible au PEA, mais sinon j’aurais fait de même. Les perspectives de rebond et de performance long terme sont beaucoup plus favorables aux US.

Ma vente de GWT s’explique également par le fait que je veux de plus en plus fuir les investissements en Europe. Cette zone est totalement en déclin économiquement. Les désaccords politiques et commerciaux entre les différents membres sont de plus en plus forts, ce qui empêche complètement le continent d’avancer. La BCE est totalement à la traine, et ne fait au final que suivre la FED, mais toujours en retard. L’euro prend presque le statut de monnaie de singe actuellement, avec une baisse de 15% depuis la crise.

 

Pour tous ceux qui reste en cash en pensant bien faire, vous perdez donc en global macro les ~6-7% d’inflation + 15% de parité mondiale…

 

La position déclinante de la France dans tous les domaines et les mauvaises décisions des politiques empêchant toute possibilité de créer, d’entreprendre etc… me poussent également à réduire au possible mes investissements dans notre zone économique. C’est dommage, mais il faut arrêter de se voiler la face.

À part quelques pays Européens un peu marginaux (Scandinaves, Pays-Bas…), les US sont la seule zone réellement capitaliste.

Il nous reste quelques champions en Europe, mais je préfère au final détenir une dizaine de ligne en direct qui valent vraiment le coup plutôt que de les diluer à la baisse dans un ETF, même si celui-ci est déjà orienté qualité/croissance (je parle de quelques entreprises comme LVMH, Hermès, L’Oréal, ASML, Adyen, Dassault Systèmes…). J’exclue évidemment les smalls de cette logique, mais avouons-le, elles restent bien plus risquées et volatiles que les BigCaps, donc ne peuvent constituer la base ou le cœur solide d’un portefeuille.

 

Je pense dorénavant que pour constituer une poche indicielle non indexée sur le dollar, je privilégierais un ETF S&P500 hedgé plutôt que des indices Européens. Je ne suis pas prêt à être 100% dollar, mais serais prêt à être 100% US.

 

 

Transaction du mois

 

Ventes

 

Arbitrage :

ETF Europe Growth (GWT) -> ETF Nasdaq-100 et ETF S&P500 hedgé (P500H)

 

Achats

Rien

 

Renforcements :

Nike, Alexandria Real Estate, ETF S&P500 hedgé (P500H)

 

 

Sans plus tarder, voici le détail du portefeuille :

 

Portefeuille

 

Les actions détenues sont les suivantes :

 

Santé

🇫🇷 Sartorius Stedim, Eurofins Scientific
🇪🇺 Genmab, ChemoMetec, Revenio, Novo Nordisk, ICON plc
🇺🇸 Idexx Laboratories, ThermoFisher Scientific

 

Finance

🇫🇷 Euronext
🇪🇺 Adyen, Sofina, EQT
🇺🇸 Visa, Paypal Holdings, MSCI, S&P Global, Blackrock

 

Industrie

🇫🇷 Schneider Electric
🇪🇺 IMCD, Sdiptech, Linde, Trane Tech, Allegion

 

Technologie

🇫🇷 Dassault Systèmes, Teleperformance, Esker
🇪🇺 ASML Holding, NetCompany, Evolution Gaming, QT Group, Admicom, Accenture
🇺🇸 Intuit, SalesForce, Adobe, Google, Apple, Microsoft, Amazon, Facebook, Nvidia

 

Consommation non cyclique

🇫🇷 L’Oréal
🇺🇸 Estée Lauder

 

Consommation discrétionnaire

🇫🇷 LVMH, Hermès
🇪🇺 MIPS, Harvia
🇺🇸 Nike, Copart

 

Energie

🇪🇺 Alfen
🇺🇸 Tesla

 

Telecom

🇺🇸 Walt Disney, Netflix.

 

Immobilier

🇺🇸 Realty Income, Agree Realty, Prologis, Alexandria Real Estate

 

 

PEA (Crédit Agricole Investore Integrale)

 

Suivi Portefeuille PEA Juin 2022

 

 

CTO DEGIRO

 

Si vous souhaitez ouvrir un CTO chez DEGIRO en utilisant mon lien de parrainage, contactez moi à etre.riche.et.independant@gmail.com ou passez directement par le premier lien présent sur cette page. Vous ne gagnerez rien mais je toucherais une petite commission à l’ouverture de votre compte, c’est un bon moyen de me remercier si le site ou l’article a pu vous aider.

 

Suivi Portefeuille CTO Juin 2022 1

 

ETF

 

Suivi Portefeuille CTO Juin 2022 2

 

La valorisation totale du Portefeuille est à ce jour de 144 400€.

 

Remarque : les valeurs étrangères affichées plus haut sont toutes en euro, elles sont converties avec la parité du jour.

 

Voici également l’évolution du portefeuille depuis Janvier 2019 VS MSCI World :

 

Performance Portefeuille Juin 2022

 

 

Performance du Portefeuille depuis Janvier 2022 : -26.5%.

Performance du MSCI World depuis Janvier 2022 : -14.3%.

Performance du CAC40 GR depuis Janvier 2022 : -15.8%.

 

 

Le portefeuille reste en retrait vs le MSCI World sur l’année, principalement en raison de son exposition aux valeurs de croissance qui subissent la remontée des taux.

 

 

Revenus passifs et perspectives annuelles futures

 

Je rappelle que la nouvelle façon de calculer la rente mensuelle est via la règle des 3.5% (règle des 4% sévérisée) de la valeur de mon portefeuille. J’ai effectué pour le tracé et le calcul une moyenne glissante de 3 mois afin de lisser légèrement la volatilité.

De ce fait, je ne regarde plus le rendement des dividendes avant d’acheter/renforcer afin de me concentrer 100% sur les fondamentaux.

Les 3.5% correspondront donc au montant global que je pourrais toucher avec des valeurs de rendement si je choisissais d’arbitrer une partie de mes valeurs de croissance actuelles contre elles.

J’ai pu reconstituer ce que cela donnerait sur mon portefeuille depuis le 01/05/2018 :

 

Suivi dividendes Juin 2022

 

La rente mensuelle moyenne actuelle (fictive) serait de 455€.

 

 

Date Publication : 02/07/2022

 

Me contacter pour une question ou pour la rubrique Conseils Boursiers & Services 🛒 :

etre.riche.et.independant@gmail.com

 

N’hésitez pas à poster un commentaire.

Si jamais le commentaire ne s’affiche pas directement, c’est normal car je dois d’abord le valider pour qu’il apparaisse (anti-spam).

 

Mentions légales : 

Toutes les informations disponibles sur ce blog sont données à titre indicatif et ne sont en aucun cas des conseils d’achats ou des recommandations au sens de l’AMF.

L’auteur ne saurait être tenu responsable des pertes que pourrait engendrer le lecteur et décline toute responsabilité à l’égard des conséquences éventuelles de l’utilisation du blog.

De plus, les informations pourraient ne pas être actualisées et donc ne fournissent aucunes garanties. Il appartient à chacun de vérifier les données personnellement.

 

40 commentaires

Bonjour Matt
Merci pour le reporting, je vois que tu es absent du secteur de la défense, tu ne penses pas prendre une position sur lmt ou rtx dans le contexte actuel de réarmement?
seb

Bonjour Matthieu

Un reporting intéressant de votre part:
– j’ai eu l’impression de me lire quand vous évoquez les biais comportementaux qui font que ce n’est jamais le bon moment d’acheter (trop haut faut attendre, trop bas c’est trop risqué).
– vous prenez vos distance avec l’Europe, c’est un choix, que je ne partage pas forcément, mais il se respecte.

De façon plus générale (vous me voyez arriver avec mes gros sabots de fervent défenseur de l’investissement indiciel passif), je constate que votre portefeuille est en hausse de 26% depuis octobre 2018 alors que sur la même période, le CAC GR fait 33%. Avec un bête ETF CAC40 (certes en NR et pas GR), sans rien faire, vous auriez fait mieux que votre portefeuille … à méditer quand délaisse l’Europe. Et de façon générale, l’écart se creuse entre votre portefeuille et le MSCI World (que vous n’avez jamais réussi à dépasser) …

Autant vous dire que je suis avec grande attention l’évolution de votre portefeuille : ferez vous partie des rares particuliers qui avec un stock picking et une gestion active arrive à faire mieux que les indices ? Pour l’instant, malheureusement, mais conformément à toutes les statistiques sur ce sujet, vous n’y arrivez pas … sacré biais de sur confiance ! 🙂

A vous lire

PS : encore une fois, aucune méchanceté dans mon message, mais au contraire beaucoup de bienveillance. Comme vous, j’ai longtemps cru que mes compétences et analyses me feraient « battre » le marché … il m’a fallu presque 10 ans pour me rendre compte que non, je n’étais qu’un investisseur lambda comme les autres, sans aucun avantage concurrentiel et sans capacité d’analyse ou de prédiction.

Bonjour Fred,

Attention aux comparaisons de performance « faciles » quand on choisi un moment défavorable de calcul pour le portefeuille. Si vous regardiez en Décembre 2021, donc il n’y a pas si longtemps, c’était il y a juste 6 mois, le portefeuille était retourné à un niveau équivalent au MSCI World (sur 3 ans j’était à 2-3% en dessous seulement, donc j’étais quasiment revenu à sa hauteur), et était donc bien devant le CAC40 et tous les indices Européens. Là maintenant je subis une baisse liée aux taux, pour faire court, qui touche moins certains indices que mon portefeuille. En parallèle le CAC est boosté par Total qui pèse très lourd, et quelques cycliques qui ont profité de l’inflation ou des pénuries. Donc le moment est défavorable.

Bref tout ça pour dire, attention aux performances qui dépendent parfois fortement d’un timing spécifique. Mais je suis dans tous les cas sous le MSCI World, c’est bien réel, et ne cherche d’ailleurs pas à le cacher.

Maintenant la question importante est elle réellement qui fait mieux que qui, qui investit en dividende, en ETF, en croissance, en fonds actif etc… ?

Je ne pense pas. Ce qui compte vraiment c’est qui investit et qui n’investit pas, qui esr capable ou pas de tenir sa stratégie, qui arrive vraiment à renforcer à la baisse sans paniquer. C’est ça qui détermine le succès ou l’échec à mon sens, pas battre ou sous performer le MSCI World de 2% sur une année. Évidemment après tout s’optimise, et on trouvera de toute façon toujours quelqu’un ou quelque chose qui fera mieux que nous.

Oui je cherchais volontairement à vous provoquer un petit peu. Effectivement, fin 2021, vous étiez presque au niveau du MSCI World, c’est vrai. Mais j’ai envie de dire : à quel prix en termes d’efforts et de temps passé ! Alors ça peut être une passion, et ça l’est probablement dans votre cas, mais si on investit, c’est rarement pour faire moins bien que le marché … Pour citer un film dialogué par Audiard « un intelligent assis va moins loin qu’idiot qui marche ». Ce que je voulais dire, et vous m’aviez compris, c’est qu’à un moment il faut se rendre à l’évidence. Je vois tellement de gens sur des forums boursiers qui pendant des années exposent leur portefeuille, et pendant des années il font moins bien que le MSCI World qu’un simple crétin qui ne comprend rien aux entreprises peut simplement mettre dans son PEA. Et ça ne percute jamais dans leur esprit, ils sont convaincus qu’un jour, ils y arriveront, ils feront mieux, sauf que ça fait 5, 10, 15 ans qu’ils sont moins bien. Et comme l’évolution d’un PF c’est une suite géométrique, tous les pourcentages laissés en cours de route font une énorme différence à l’arrivée. Cela n’est qu’un problème d’égo : à un moment, il faut avoir la détermination et le courage de mettre sa fierté dans sa poche et de reconnaître que non, je ne suis pas « bon », et qu’un simple PF indiciel, sans rien faire, sans réfléchir, sera la meilleure solution. C’est très compliqué à admettre. Mais malheureusement, les faits sont les faits : particuliers ou professionnels, des individus qui font mieux que leur vrai indice de référence (qui correspond à leur univers d’investissement), c’est très très rare (effet de sélection des titres, du coût du turn over, de mauvais timing etc …). Du haut ma modeste expérience boursière, je mesure chaque jour l’importance fascinante de la finance comportementale. Et le biais qui revient le plus souvent, c’est l’over confidence. Ce satané instinct qui nous fait croire que l’on est plus malin et meilleur de les autres. Arriver à l’admettre et passer 100% indiciel demande du temps … et comme je pense que vous êtes quelqu’un d’intelligent, je suis certain que vous y viendrez un jour !

Bonjour Matthieu
Merci pour cette mise au point annuelle, petite question, si les US constituent la 1ère économie mondiale et je suis bien du même avis, pourquoi ne pas vendre un maximum de lignes sur le PEA pour les réinvestir sur le SP500H qui à bien corrigé et dont je pense faire plus confiance pour la remontada qu’à des Eurofins etc…., en gardant une dizaine de lignes, uniquement les valeurs que même les USA voudraient avoir et n’ont pas (Hermès, LVMH, etc….)
Il est vrai qu’en dehors des valeurs à dividende aristocrats que je détiens, j’ai toujours été partisan de réduire le nombre de lignes, car suivre trop de valeurs est chronophage et contreproductif à terme, un ETF le fait très bien.
Bonne journée

Bonjour Gérard,

J’espère que vous allez bien.
C’est en fait ce que j’ai fait progressivement ces derniers mois en vendant pasmal de small pour les remplacer par des ETF Sp500 et Nasdaq. Les lignes qui restent (sauf quelques exceptions car je préfère attendre une petite remontée avant de m’en sépare) sont celles que je souhaite conserver sur PEA.

Sur CTO avec un portefeuille à dividendes c’est en effet différent si on choisit des entreprises solides et bien connues, peu spéculatives et volatiles. Pas besoin de les suivre de près. Johnson & Johnson fera par exemple très bien son travail sans avoir à la suivre de près

Bonjour Matthieu, le site justetf.com indique le P500H comme étant non hedgé… une erreur de leur part?

Par ailleurs tu l’a peut-être (surement même) déjà précisé et je m’excuse de te poser la question à nouveau ; qu’est ce qui te fait préférer P500H à ESEH (FR0013041530) ce dernier ayant un peu moins de frais et un plus gros encours ?

Concernant GWT tu as encaissé une grosse MV?

Merci pour ton partage 🙂

Bonjour Nico,

Oui sûrement une erreur, je confirme bien qu’il est hedgé en tout cas.

Sur le choix d’un émetteur, cela n’a honnêtement aucun impact. Je choisi généralement Amundi ou Lyxor car c’est les 2 plus gros gestionnaires et que leurs activités sont vraiment découpées du reste à l’inverse d’une banque comme BNP qui pourrait être fragilisée par ses autres business.

Mais cela n’a pas vraiment d’importance, ce qui compte c’est l’indice suivi

Pour GWT je ne me souviens plus, mais comme j’ai revendu pour le S&P500 hedgé qui a le même potentiel de rebond, cela ne change rien car si le marché monte P500H montera d’autant

Salut Matthieu,
Je sais que la bourse est le monde des regrets mais j’imagine que tu dois déplorer de ne pas avoir pris quelques plus values début 2022 (type Adyen, Hermès…). De mémoire au plus haut ton PF était valorisé 190k€.
Au delà tu évoques que le timing est propice au renfort de certaines valeurs en raison de leur valorisation actuelle mais de ton côté tu te limites à renforcer ta ligne ETF. Pour quelle raison stp ?
Amicalement

Salut Ludovic

Non je renforce aussi des titres en direct : ce mois-ci Nike et Alexandria Real Estate. Le mois dernier de mémoire Visa et Microsoft. Je fais les deux.

Mais en ce moment j’ai des moyens plus limités comme je fais des dépenses en vue de mon mariage cet été. Donc l’avantage des ETF c’est que je peux tout renforcer d’un coup.

Et oui fin 2021 j’était autour de 180k€ de mémoire. Au final je ne suis pas en MV mais j’ai perdu toutes mes PV. Mais ce n’est pas grave, ça remontera tôt ou tard. Ça me permet actuellement d’accumuler à des prix bas

Effectivement, j’avais lu l’article ; tu écris noir sur blanc ce que tu as acheté ce mois ci mais je suis resté focalisé sur les ETF 🤪. Navré 😁
Cool pour le mariage. Toutes mes félicitations 👏

Bonsoir,
A tout hasard, as -tu déjà pensé à une stratégie concernant tes investissements boursiers pendant ta retraite ? Je pense notamment à la composition du portefeuille entre ETF, aristos du dividendes… Les chutes pouvant être conséquentes sur les actions et le ETF, cela n’est-il pas problématique au moment de la retraite ? Sais-tu déjà si tu vas adapter ton portefeuille ?
Autre question : pourquoi ne places-tu pas tes ETF dans une ou plusieurs assurances vie ? L’avantage de l’exonération fiscale ne compensent-il pas largement les éventuels frais plus élevés que sur un courtier comme Degiro ?
Merci.

Bonsoir

L’objectif est bien à terme d’avoir des entreprises à dividendes à ce moment. J’ai juste choisi de ne pas le faire trop tot pour réduire le frottement fiscal (et sur PEA je conserverai les ETF, il n’y a pas assez d’entreprises solides à dividendes croissants, et avec une vraie politique capitaliste).

Sur l’AV, c’est très défavorable à long terme à cause des frais de gestion en UC. Entre 0,5% et 1% chaque année et sur toute la somme investie, c’est bien pire que de payer de l’impôt à la sortir sur des durées de plusieurs décennies

Bonjour et félicitations pour votre mariage Matthieu.

Tout comme vous je fais des essais. Tout comme vous j’ai perdu 25% de mes PV me ramenant à mon investissement initial voir un peu moins. Je chemine petit à petit et me rends compte que le meilleur apprentissage c’est par l’expérimentation et l’erreur tout comme je l’enseigne à mes élèves. Les seuls problèmes sont la gravité de nos erreurs (perte d’argent) et le temps perdu par rapport à notre age.
Je trouve votre portefeuille plus résilient grâce aux ETF et centré sur des top valeurs .
Peut être reste il à faire le ménage dans les petits caps et/ou valeurs chères type Harvia, Revenio, Mips, Esker. Mais faire ce tri après une forte baisse est toujours gênant car on peut « peut etre » louper un rebond. C’est ainsi que l’on risque de se retrouver tout le temps à subir le marché.

– Pour cela et en raison de la fonte de ma plus value sans rien faire, j’étudie le fait de me fixer des limites de baisses pour ne pas perdre toute ma plus value (Esker, Qt group…) ou m’enfoncer dans une value trap (Admicom). Pour l’instant je regarde les actions en trend following avec de simples EMA 50, 100 et 200. Par contre si une valeur casse la EMA200, je préfere vendre vite quitte à racheter plus tard et perdre quelques pourcent plutot que de perdre des dizaines de pourcent comme en ce moment en restant accroché à des couteaux qui tombent.
Mais pour l’instant je suis piégé sur la plupart de mes valeurs qui sont bien en dessous de leur EMA200. C’est une stratégie que je mettrai en place suite à un rebond ou par lassitude quitte à me couper la main plutôt que de risquer le bras.

– Que pensez vous de mettre en place des stratégies pour sauvegarder le capital ou pour de temps en temps acter les plus values ?

Bonjour Gandolfi

En effet pour certaines entreprises, je préfère attendre un minimum le rebond pour m’en séparer (si je juge qu’elles sont de qualité et que le rebond arrivera bientôt).

Ça serait mentir de dire que je n’ai aucun regret de ne pas avoir vendu certaines entreprises un peu spéculatives lors du pic de valorisation, et qui pour certaines se sont totalement écroulés. Le pire c’est que j’y réfléchissais fin 2021, après le gros rallye, car je trouvais certaines valorisations aberrantes. Force de constater que celles qui se sont le plus écroulées étaient généralement les plus chèrement valorisées (même si c’est n’est pas le cas pour toutes, Facebook est un bon exemple de boite pas trop chère et qui est maintenant en deep value).

Maintenant je pense qu’il n’y a pas de méthode miracle pour sauver son capital. On peut certes utiliser des MM, la 200 par exemple, mais celle-ci donnera de nombreux faux signaux sur le ling terme. Cela engendrera donc des frais de courtage, voire même de l’impôt sur CTO. Les faux signaux risquent de vous frustrer, et à l’inverse au moment du rebond, comme par définition une MM200 est toujours en retard, vous en fera manquer une partie…

Bonjour Matthieu
J’avais oublié une petite question, étant dans la même situation, je possède du S&P500 Amundi sur PEA et ISHARES sur Degiro, actuellement quand je renforce tous les mois le S&P500 je le fais sur PEA, je me pose la question de l’intérêt de garder le ISHARES, donc la question pourquoi ne vends-tu pas le ISHARES pour le re-basculer avec l’achat sur l’Amundi?
Bon dimanche

Parce que je suis en PV dessus et ne veux pas payer d’impot inutilement. Et lorsque mon PEA sera plein, il faudra bien potentiellement investir ailleurs si je le souhaite, du coup je conserve la ligne. Mais je ne fais plus d’investissement dessus pour le moment tant que je peux acheter sur PEA des ETF

Bonjour Matthieu et merci encore une fois pour toutes les infos que tu partage avec nous.
Pour ma part je suis sur mon PEA sur l’ETF classique CU2, Amundi MSCI USA UCITS ETF – EUR.
J’avoue que j’ai du mal à voir la différence entre du coup le CU2 et le P500H, les deux sont basés sur le SP500, éligibles au PEA. Peut-être cela à déjà été posé comme question…je n’ai pas pu tout lire.
Encore merci pour tes postes !

Bonjour Dorian

Ton ETF correspond au MSCI USA qui est un indice différent du S&P500 : https://www.msci.com/documents/10199/67a768a1-71d0-4bd0-8d7e-f7b53e8d0d9f

Le MSCI USA contient un peu plus de 600 entreprises (donc un peu plus de mid, même si leur pondération est faible), et n’intègre pas les mêmes critères que le S&P500 (pour qu’une entreprise y soit en plus du critère de capitalisation, elle doit être profitable sur plusieurs trimestres de suite et doit avoir un volume d’échange quotidien minimum)

Personnellement je préfère le S&P500 qui est d’avantage « quality » de par le fait de ne pas prendre des sociétés qui ne sont toujours pas profitables

Bonjour Matthieu,

J’ai une question  » technique  » vous utilisez DeGiro, si je me rappel bien vous utilisez aussi Yahoofinance, avez vous créer votre portefeuille dessus ayant ces 2 support + googlesheet pour établir mon portefeuille je remarque une chose :
exemple pour une action  » Medifast  » j’ai DeGiro et Gsheet qui eux marque un PRU est un PRIX idem a Yahoofinance mais dans la partie P/L lantent DeGiro et Gsheet eux m’indique que je suis en P/L + 12% alors que le prix est à 185 $ contre un PRU de 198 $, alors que Yahoo lui indique bien un -6% de P/L

Comprenez vous quelque chose ?
Merci

Bonjour Jean

C’est simplement que contrairement à YahooFinance, Degiro calcule une performance en euro en total return (donc variation prix + change). Or l’euro s’effondre face au dollar, donc votre gain réel est supérieur à celui uniquement basé sur les variations du prix de l’action

Ok donc il vaut mieux si je dois passer un ordre prendre en considération le prix de mon portefeuille sur YahooFinance ?

Non justement, il faut prendre en compte et le prix en dollar, et la variation de l’euro dollar (si une action chute de 10% mais que le dollar monte de 10% en vrai c’est comme si elle n’avait pas baissé).

Bonjour Matthieu,
Pourrai-je avoir votre avis sur Cisco ?

Bonjour Arthur

Difficile de me prononcer car c’est un secteur compliqué que je ne maîtrise clairement pas, j’ai donc du mal à comprendre l’activité réelle de l’entreprise.

En tout cas en terme de chiffres, c’était une belle entreprise de croissance dans le passé (de 1980 à 2010 en gros). Mais depuis 10 ans, les résultats ne bougent plus vraiment. À mon sens le business est un peu has been. Les fondamentaux restent bons (marge élevée, bilan financier sain) mais personnellement je ne suis pas intéressé. Ça risque de finir comme IBM à mon sens. Certes ce n’est clairement pas cher, mais il y a potentiellement de bonnes raisons.

Merci (encore une fois). C’est vrai qu’en faisant la comparaison, cela ressemble à IBM par le passé.

Bonjour,

J’ai trouvé votre idée de prendre un ETF S&P500 hedgé intéressante et je m’en suis inspiré (12 000 euros investis il y a 3 jours, autant dire que j’ai eu de la chance.

Je m’interroge toutefois sur la gestion de ce produit : clairement, il va falloir arbitrer en faveur d’un ETF S&P500 non hedgé à un moment ou un autre, mais quand ?

Le hedge, si j’ai bien compris, me garantit des fluctuations du cours euro/dollar à partir du jour d’investissement. Que l’euro baisse ou monte, je n’en subis pas les conséquences. De ce que je comprends, plus l’euro baisse, plus il y a une pertinence à m’être hedgé. À votre avis, quand faut-il dire stop ? Je crois que vous proposez 1,1 ; 1,14.

Autre question, imaginons que l’euro retrace jusqu’à atteindre 1,1 dollar / 1 euro, est-ce que cela se traduirait effectivement par une progression de 10 % d’un ETF en dollars même s’il ne progressait pas en dollar. L’effet de levier induit par l’effet devise me semble énorme (et jamais pris en compte dans mes calculs, d’ailleurs).

Merci,

Bonjour

Non c’est plutôt l’inverse, quand vous achetez un ETf classique, vous subissez le change. Donc quand l’euro baisse (donc le dollar monte) vous gagnez de l’argent via le change sur un ETf S&P500. Avec du hedge, vous ne subissez pas les fluctuations.

Or ces derniers temps, l’euro s’est effondré face au dollar. Il ne vallait donc mieux pas être hedgé. Vous avez donc fait moins bien avec un hedge qu’avec un ETF classique.

Le hedge est intéressant si vous pensez qu’à CT – MT l’euro va remonter face au dollar (ce qui est mon cas, car l’euro est actuellement sur un plus bas de 20 ans). Mais évidemment rien n’est certain. Se hedger permet donc d’effacer la perte que verrait un ETF S&P500 si l’euro venait à remonter.

Maintenant quand arreter le hedge, ça dépend de vos objectifs. De mon coté je coupe cette protection lorsque l’euro sera retourné vers 1,15 environ. Je précise par ailleurs que je reste massivement investi sur le dollar, le hedge n’est que sur une petite partie de mon portefeuille.

Sur le long terme, je suis très favorable au dollar face à l’euro.

Hello,
Pourquoi n’as-tu pas opté pour l’ETF Lyxor couvert en euros qui a des frais de 0,15 %(ISIN
FR0011871136) sur le SP 500 à la place de celui de amundi ?

Bonjour Adrien

Cela n’a pas vraiment d’importance le choix de l’émetteur ou de l’ETF. Ce qui compte surtout est l’indice suivi.

Je ne connaissais pas la version de Lyxor, donc j’ai pris l’ETF d’Amundi, qui en effet a des frais plus élevé (donc la version de Lyxor est meilleure vous avez raison).

M’enfin 0,13% d’écart sur une position qui est temporaire, cela ne représente pas grand chose. Il faut voir aussi si la liquidité est aussi bonne, car sinon le spread peut largement compenser l’écart de frais. A priori le volume d’échange est également meilleur sur la version de Lyxor, donc c’est une bon’e remarque tout pousse en effet à le privilégier 👍

OK très bien je te remercie pour ta réponse.
Je pensais qu’il y avait une raison.
J’en profite pour te remercier pour tes articles pertinent et ton partage de tes connaissances.

Adrien

Salut Matthieu
J’hésite à prendre mes pertes sur 3 valeurs US afin de récupérer du cash et le réinvestir sur d’autres valeurs qui ont peut-être un meilleur momentum ou tout au moins un meilleur potentiel. L’objectif de ces lignes étaient long terme mais pas convaincu du rebond de celles ci à moyen terme. Qu’en penses tu, ferais-je une erreur selon toi ?
– Paypal je suis à -66%
– Netflix à -51%
– Meta à -38%
Merci de ton aide 😉

Bonsoir Ludovic

Personnellement je conserve les 3 car les fondamentaux restent bons malgré le newsflow négatif (surtout chez FaceBook qui a des fondamentaux très solides en tout point). Vu la baisse ce n’est clairement pas le moment de prendre les pertes à mon avis car le probabilité de rebond est élevée et celui-ci sera certainement tout aussi violent que la baisse. Maintenant ces boites n’ont pas les fondamentaux d’un Google ou Microsoft donc doivent etre plus faiblement pondérées dans le portefeuille

La question ne m’est pas posé, mais si vous vous trouvez dans une optique long terme, je ne vois pas en quoi vous vendriez ces entreprises qui ont une croissance forte et de forts cash flow (sauf pour netflix) et des marges d’exploitations très conséquentes voir insolente.
Les seules questions à se poser, c’est de savoir si leur business pourra continuer à se développer (marché porteur) et si la concurrence va les manger. On peut s’interroger sur le business de paypal, et la concurrence pour netflix, mais au cours actuels, c’est 3 entreprises sont peut être les plus belles opportunités du marché. A moins que vous soyez déjà trop exposé à ces titres, ce sont plutôt des entreprises à renforcer.

Je suis d’accord avec vous, les prix actuels pricent presque que ces boites n’auront plus jamais de croissance et ne gagneront plus d’argent, ce qui me semble fortement improbable. Elles arriveront à trouver des solutions, de par leur taille et le cash flow qu’elles dégagent (sauf Netflix en effet

Bonjour Matthieu,
Qu’enest-Il de ta confiance dans les entreprise comme EQT et MIpS (par exemple) qui ont très sérieusement chutées depuis environ 8-10 mois

Merci Matthieu pour les derniers articles.

Et Felicitations pour cet été 😉

Charlotte

Hello, merci beaucoup Charlotte 🙂 !

Bonjour Matthieu,
Merci pour ce suberbe suivi en toute transparence.
Je cherche à entrer sur le titre Evolution coté à Stockholm mais elle n’est pas disponible à frais raisonnable chez mon broker (BD). Je me suis créé un compte de démo chez CA Invest Store pour vérifier la disponibilité sur PEA mais il ressort « L’instrument que vous recherchez n’est pas disponible ».
Puis-je vous demander confirmation du broker via lequel vous avez acquis cette valeur ?
Merci beaucoup et bel été,
Warren

Bonjour Warren

BD ne donne pas accès à la bourse Scandinave, vous ne pourrez donc pas l’acheter. Je confirme que c’est disponible au CA, qui est l’un des rares courtiers PEA à donner accès à toutes les places de cotation.

Laisser un commentaire