Suivi Portefeuille Boursier : Reporting Novembre 2022

Cet article concerne le suivi de mon portefeuille boursier. La stratégie d’investissement du portefeuille repose sur un ensemble d’actions de qualité avec d’excellents fondamentaux et en pleine croissance.

L’objectif principal du portefeuille est de faire croitre le plus efficacement possible mon patrimoine dans le temps et de réaliser une performance supérieure à celle du MSCI World sur le long terme.

Le second objectif (un fois le patrimoine atteint) sera de construire un flux régulier de cash-flow avec les dividendes croissants perçus chaque année. Cela me permettra à long terme d’atteindre l’indépendance financière en couvrant mes dépenses avec ces revenus passifs.

 

Actions détenues et bilan

 

Ce mois est marqué par un fort rebond des indices (et du portefeuille) suite à plusieurs facteurs, notamment des premiers signaux de baisse de l’inflation.

La hausse des taux aux US commence donc à avoir des conséquences sur l’économie (baisse de l’inflation, ralentissement de la croissance…), chose qui n’est pas encore constatée en Europe où les effets sont souvent retardés. Néanmoins l’Europe, étant plus fragile économiquement, pourrait bien entrer en récession en 2023.

 

Comme souvent les marchés sont incertains, mais ce qui ne veut absolument pas dire qu’il faut stopper l’investissement. Le dernier mois est encore un exemple très parlant. On entendait souvent dans la presse financière (qui a pour but de vendre de la peur) que les marchés allaient s’effondrer avec toutes les incertitudes, et pourtant les indices ont repris près de 10% sur le mois de Novembre. Qui l’aurait parié ? Personne…

Il faut donc rester humble et cela montre aussi que faire du timing et être désinvesti par moment peut faire très mal financièrement. C’était clairement un mois qu’il ne fallait pas rater sur les marchés financiers.

 

Du côté de mon portefeuille, l’affaire Teleperformance continue fortement de m’inciter à augmenter la part d’ETF dans mon portefeuille au détriment du stock picking.

Que les faits soient réels ou pas dans cette affaire, le doute est installé, et risque de rester un moment. Il est totalement impossible de prévoir ou d’anticiper ce genre de situation, et seule la diversification indicielle permet de limiter la casse de par le renouvellement automatique et récurrents des lignes dans les indices. Les perdants sortent, les gagnants restent.

Aussi belle une entreprise soit-elle, le risque zéro n’existe pas. Je n’en suis pas à mon premier « black swan » de ce genre, puisque j’ai également été touché par l’affaire Solution30, ainsi que Xebec (au Canada), et que j’ai évité de peu le cas Orpéa…

Tout ceci peut et aurait pu avoir un impact financier conséquent. D’où l’intérêt de la diversification.

 

Rien donc de très excitant au niveau du portefeuille, je continue de renforcer les ETF. Le stock picking reste un plaisir pour moi mais qui doit encore clairement diminuer en proportion de mon portefeuille. Mon objectif à moyen terme étant de terminer le remplissage du PEA en priorité avant de poursuivre les plus gros apports sur CTO.

 

 

 

Transaction du mois

 

Ventes

 

Teleperformance : vente forcée et à contre coeur, mais après l’affaire en Colombie qui a fait couler beaucoup d’encre, je préfère me séparer du titre pour éviter un éventuel futur scandale à la Orpéa.

 

ETF S&P500 Ishares (CTO) : rappatriement du cash sur PEA pour renforcer ETF S&P500 par simplicité (objectif de rapidement remplir à 100% le PEA). Pas d’impact fiscal car utilisation de mon stock de MV.

 

Alexandria Real Estate

 

 

Achats

rien

 

 

Renforcements :

ETF S&P500 hedgé (P500H)

 

 

 

Sans plus tarder, voici le détail du portefeuille :

 

Portefeuille

 

Les actions détenues sont les suivantes :

 

 

Santé

🇫🇷 Sartorius Stedim
🇪🇺 Novo Nordisk
🇺🇸 ThermoFisher Scientific, Abbott Laboratories, Johnson & Johnson, Merck

 

Finance

🇪🇺 Adyen
🇺🇸 Visa, S&P Global, Blackrock, Intercontinental Exchange

 

Industrie

🇫🇷 Schneider Electric
🇪🇺 Linde
🇺🇸 Air Product & Chemicals, Lockheed Martin

 

Technologie

🇫🇷 Dassault Systèmes
🇪🇺 ASML Holding, Accenture
🇺🇸 Google, Apple, Microsoft, Amazon

 

Consommation non cyclique

🇫🇷 L’Oréal
🇪🇺 Nestlé
🇺🇸 Procter & Gamble, Mondelez

 

Consommation discrétionnaire

🇫🇷 LVMH, Hermès
🇺🇸 Nike, Home Depot, Starbucks

 

Energie

🇺🇸 Nextera Energy

 

Telecom

🇺🇸 Comcast

 

Immobilier

🇺🇸 Realty Income, Agree Realty, Prologis, American Tower, Essex Property

 

 

PEA (Crédit Agricole Investore Integrale)

 

Suivi Portefeuille PEA Novembre 2022

 

 

CTO DEGIRO

 

Si vous souhaitez ouvrir un CTO chez DEGIRO en utilisant mon lien de parrainage, contactez moi à etre.riche.et.independant@gmail.com ou passez directement par le premier lien présent sur cette page. Vous ne gagnerez rien mais je toucherais une petite commission à l’ouverture de votre compte, c’est un bon moyen de me remercier si le site ou l’article a pu vous aider.

 

Suivi Portefeuille CTO Novembre 2022

 

 

ETF

 

Suivi Portefeuille PEA Novembre 2022 2

 

 

La valorisation totale du Portefeuille est à ce jour de 160 100€.

 

Remarque : les valeurs étrangères affichées plus haut sont toutes en euro, elles sont converties avec la parité du jour.

 

Voici également l’évolution du portefeuille depuis Janvier 2019 VS MSCI World :

 

Performance Portefeuille Novembre 2022

 

 

Performance du Portefeuille depuis Janvier 2022 : -19.9%.

Performance du MSCI World depuis Janvier 2022 : -7.6%.

Performance du CAC40 GR depuis Janvier 2022 : -5.0%.

 

 

Le portefeuille reste en retrait vs le MSCI World sur l’année, principalement en raison de son exposition aux valeurs de croissance qui subissent la remontée des taux.

 

 

 

Revenus passifs et perspectives annuelles futures

 

Je rappelle que la nouvelle façon de calculer la rente mensuelle est via la règle des 3.5% (règle des 4% sévérisée) de la valeur de mon portefeuille. J’ai effectué pour le tracé et le calcul une moyenne glissante de 3 mois afin de lisser légèrement la volatilité.

De ce fait, je ne regarde plus le rendement des dividendes avant d’acheter/renforcer afin de me concentrer 100% sur les fondamentaux.

Les 3.5% correspondront donc au montant global que je pourrais toucher avec des valeurs de rendement si je choisissais d’arbitrer une partie de mes valeurs de croissance actuelles contre elles.

J’ai pu reconstituer ce que cela donnerait sur mon portefeuille depuis le 01/05/2018 :

 

Suivi dividendes Novembre 2022

 

La rente mensuelle moyenne actuelle (fictive) serait de 451€.

 

 

Date Publication : 29/11/2022

 

Me contacter pour une question ou pour la rubrique Conseils Boursiers & Services 🛒 :

etre.riche.et.independant@gmail.com

 

N’hésitez pas à poster un commentaire.

Si jamais le commentaire ne s’affiche pas directement, c’est normal car je dois d’abord le valider pour qu’il apparaisse (anti-spam).

 

Mentions légales : 

Toutes les informations disponibles sur ce blog sont données à titre indicatif et ne sont en aucun cas des conseils d’achats ou des recommandations au sens de l’AMF.

L’auteur ne saurait être tenu responsable des pertes que pourrait engendrer le lecteur et décline toute responsabilité à l’égard des conséquences éventuelles de l’utilisation du blog.

De plus, les informations pourraient ne pas être actualisées et donc ne fournissent aucunes garanties. Il appartient à chacun de vérifier les données personnellement.

 

53 commentaires

Bonsoir, pourquoi la vente d’Alexandria ?!
Merci.

Bonjour

Principalement pour réduire le nombre de REITs en portefeuille qui devient trop élevé. Je considère Prologis et Alexandria en immobilier professionnel et préfère n’en garder qu’une : Prologis qui est sur un domaine plus diversifié et qui a une meilleure présence à l’international. Alexandria est d’avantage sur une niche présente uniquement aux US.
Comme je réduis progressivement et sensiblement mon nombre de ligne, il faut nécessairement faire des choix.

Je précise également que ce n’est pas parceque je vends une entreprise qu’il faut forcément en faire de même.

Bonjour,
Même raison pour la vente d’Honeywell ? (réduction de lignes ?)
Merci.

Ce n’est pas la principale raison. Je travaille dans un domaine d’activité relativement similaire, et mon employeur va verser une certaine quantité d’actions gratuites aux salariés. Cela permet donc d’éviter de faire doublon et de redéployer l’argent ailleurs. Aucun problème sur les fondamentaux du titre, c’est uniquement en ajustement à ma situation personnelle.

Bonjour,

Merci, comme toujours, pour ce compte rendu !

Sachant déjà ce que pense certains ici, je ne peux quand même m’empêcher de revenir sur la pondération des titres unitaires en parallèle des Etfs.

Actuellement, certaines valeurs sur-performent largement sur les 12 derniers mois les indices généraux et Etfs donc.
Dans des domaines divers et variés, je pense par exemple avec à :
– Total : +48% en 12 mois
– Edenred : +33% en 12 mois
– Genmab : +29% en 12 mois
– Deutsche Borse : +26% en 12 mois

Or même quand les tous les Indices Généraux baissent, certains titres comme les 4 ci-dessus font exception en stagnant ou même mieux en sur-performant. Le fait de se priver de beaucoup de titres vifs nuit à de potentielles bonnes performances.

Par exemple et si à partir de « demain » les indices généraux baissent largement, presque 40% de votre portefeuille va subir cette baisse pendant que peut-être certains de vos titres unitaires vendus récemment ne vont pas baisser autant voir même plutôt bien performer.

Je pense donc qu’il est judicieux de répartir équitablement son PF en terme de titres vifs et Etfs et de ne pas se retrouver à 95% d’Etf.
En effet, je suis par exemple très satisfait d’avoir bien conservé les valeurs ci-dessus au lieu de les « échanger » en Etfs ».

Enfin certes, « Orpéa », Solutions30 ou encore Téléperformance sont de très mauvais élèves mais doit-on pour autant, à cause de quelques exceptions, tout pondérer dans les Etfs alors que bon nombre de pépites existent et existerons dans le futur…

Cordialement,
Laurent

Bonjour Laurent

Le problème dans votre remarque c’est que vous focalisez votre attention sur ce qui a fonctionné, et pas sur les autres valeurs. Certes les entreprises citées ont fait mieux que les indices, mais qu’en est il de (juste à titre d’exemple) : ASMl -19%, Dassault Systèmes -34%, Adyen -40%, Sartorius -37% etc…

On trouvera toujours des titres qui feront mieux, d’autres qui feront moins bien.

Avez vous calculé la performance totale de votre portefeuille sur l’année ? Cela serait intéressant de comparer vs les indices.

Bonjour Matthieu

Le plus gros problème selon moi est le changement de stratégie en permanence, c’est souvent ce qui contribue à la sous performance et conduit une réorientation vers des ETF inévitablement, on fait tous la même erreur, il faudrait suivre les conseils de Warren Buffet, n’investir que sur des ETF si l’on a pas la possibilité de lire, analyser en permanence les sociétés en portefeuille et surtout se limiter à quelques valeurs que l’on connait parfaitement et dont l’investissement serait pour toute une vie.
Je constate mais ce n’est en aucun cas une critique, que depuis le début du portefeuille, vous n’avez eu de cesse de changer, peut-être aussi cela fait parti de votre plaisir et c’est bien ainsi, mais rappelez-vous ce que je disais en 2021, les entreprises dont la courbe est stratosphérique après mars 2020 vont s’écrouler ou revenir sur leur vraie valeur, c’est ce qui s’est passé.
La question à se poser est comme le dit Buffet: si vous n’aviez durant toute une vie que le pouvoir d’acheter que 20 valeurs maximum, qu’achèteriez-vous, auriez vous acheté TELEPERFORMANCE, ADYEN, ORPEA, SARTORIUS, NEOEN….
En dehors de mon portefeuille rendement, parce que je suis en situation ou je dois maintenant un peu profiter des dividendes, je n’investirai plus jamais dans des valeurs que je ne connais pas vraiment et que moi-même ou mes connaissances n’utilisent très peu au quotidien.
Dans tous les cas je n’aurais par exemple pas LINDE et AIR PROD en même temps, peut-être même certainement aucune des deux si je ne devais pour toute une vie acheter que 20 valeurs maxi, un ETF fera l’affaire pour ces valeurs.
Moi-même et autour de moi, qu’est-ce que l’on utilise au quotidien et qui est essentiel même si pour certaines choses on ne le reconnait pas facilement:
De l’énergie fossile pour l’instant et pour un bon moment encore (TOTAL, EXXON, CHEVRON….), des moyens de télécommunications, des ordinateurs, des réseaux sociaux (APPLE, MICROSOFT, META, ALPHABET, VERIZON, COMCAST….), des services bancaires, moyens de paiement et assureurs (JP MORGAN, BNP, VISA, MASTERCARD, ALLIANZ, AXA…..), des soins (PFIZER, MERCK, J&J, SANOFI, ABBVIE, NOVO…..) la consommation en général (OREAL, COCA-COLA, PEPSICO, MONDELEZ, GENERAL MILLS, WALMART, COLGATE, PROCTER….)
viennent ensuite ce dont on peu se passer pour un certain temps quand tout va mal, la consommation discrétionnaire (NIKE, LVMH, HERMES, MCDO, STARBUCK…….) les médias avec abonnements (NETFLIX, WD, PARAMOUNT……) le secteur industriel et utilities je laisse cela en ETF en dehors de LOCKHEED MARTIN
Plus de 30 entreprises de qualité citées et pourtant je ne dois en retenir que 20, voilà en gros comment je procède après être passé aussi par des changements de cap à mes débuts.
Le tout ensuite est quand on a fait son choix définitif, de choisir son niveau de pondération ACTIONS/ETF en fonction de l’âge, de sa sensibilité (à 20 ans je n’aurais probablement pas d’ETF), mais aussi le plus important, le moment ou l’on achète sa valeur, même si il faut attendre de longues années.
A 59 ans j’ai en gros 33 valeurs dont 16 de croissance, 9 de rendement et 8 REIT (l’âge LOL), mais aussi 2 ETF qui représentent 15% de mon portefeuille.
Pour les passionnés du rapport de performance entre Actions/ETF, je suis à +4% pour les actions grâce à TTE entre autre qui est une grosse ligne.
PS (aucune valeur à l’exception d’ALPHABET ne verse pas de dividende)

Merci pour le travail, bonne journée

Bonjour Matthieu et Bonjour Fred,

>> Ma situation personnelle

En effet désolé 😉, j’oubliais bien sûr de citer mes valeurs ayant sous-performées les indices. Sur 1 an :
> Harvia : -65% / Etsy : -40% / Scatec : -40% / Admicom : -37% 📈
Ps : comme mes 4 valeurs du dernier commentaire ayant sur-performées 📉, je précise que ce sont les performances des 12 derniers mois et non mes latentes.

Performances latentes de mon PF :
– Samedi 1 Janvier 2022 : +12,68%
– Aujourd’hui 3 Décembre 2022 : +3,63%

Pour préciser, mon PF est plutôt volatile étant pondéré à 25% d’Alibaba.
Valeur initiée en Aout 2021 et renforcée de multiples fois pour un Pru d’environ 90$.

>> Stratégie Etf vs Stock Picking
Bien sûr, Fred et vous adopté une stratégie mieux sûre et rapportant  » moyennement », enfin « sûre » SI et seulement SI les performances passées des indices correspondront aux performances futures.

Le Stock Picking, en plus d’être un plaisir, est la seule manière « d’essayer » dans un monde idéal de battre les indices ou au moins plus raisonnablement de trouver des pépites 👍.

Le principal problème des Etfs, concentrés avec toujours les mêmes valeurs, est la période éventuelle ou de gros fonds vendront leurs plus grosses positions.
Cela se produit actuellement avec Tesla, s’est produit avec la majorité des Techs Us ayant subit des -70%, et pourrait bien se produire dans le futur avec Microsoft, Apple…

>> Comparaison Indices Généraux vs Mon PF

Sur les 12 derniers mois :
> Nasdaq : -24% / Sp500 : -11% / Msci World -5% / Cac40 : -0,5%
En comparaison, mon PF avec ses -9% fait donc mieux que « SP500 » et « Nasdaq » et moins bien que « World » ou « Cac40 ». Rien de catastrophique en comparaison de ceux possédant des Ets liés à ces 4 indices.

Aussi, dans le cas d’un marché baissier, je tiens à penser qu’on peut s’adapter avec des valeurs individuelles alors que l’on a aucun autre choix de subir les baisses de nos Etfs dans cas cas là…

Au plaisir de vous lire,
Cordialement

Laurent,

Vous faite la grave erreur de vous comparer à l’indice S&P500 qui est en dollar…

Un ETF S&P500 est à -3% sur un an glissant et -7% depuis le début de l’année

Dans un marchen baissier, par définition tout baisse, certes pas forcément dans les mêmes proportions, mais quand même. Par exemple au début du covid des boites comme Johnson & Johnson et Coca Cola qui pourtant profitaient globalement de la pandémie ont baissé, bien que les fondamentaux n’étaient pas impactés.

Il est illusoire de croire qu’il est possible de trouver les titres qui montent dans un marché baissier. Certes il y en a quelques uns, mais de les à tous les avoir en portefeuille et de ne pas avoir de titres baissiers est utopique

Grave erreur, oui et non :
– la performance réelle du SP500 est bien celle que j’ai citée plus haut 👍.
– la performance que vous citez est celle des obtenue avec les taux de change nous arrangeant certes bien cette année nous Français par exemple 😉.
Mais cela peut vite changer : par exemple, le dollar vient de perdre 10% ou presque ces dernières semaines…

Chacun sa stratégie, comme celle de Fred et vous même maintenant.
– Mais d’une part, vous ne relevez pas mes remarques sur le « Stock Picking » ou encore la « Concentration des Etfs »
– Et d’autre part, la stratégie « Tout Etf », et je précise bien que je ne la critique pas et dont je comprends bien le choix, donne par contre l’impression que de plus en plus d’investisseurs perdent confiance dans la majorité des Entreprises en général et son ainsi effrayés par l’investissement.
– Enfin, beaucoup de grands investisseurs sont positionnés sur des valeurs unitaires. Warren Buffet pour ne citez lui.

En conclusion, la Bourse est question de cycles. Les valeurs Techs Américaines à la Mode étaient les favorites y a quelques mois, les cycliques reviennent à la mode maintenant, peut-être que bientôt ce seront les SmallsCaps…

Lorsque les Techs Américaines prenaient 50%, 75% ou même 100%, la majorité achetait ces valeurs unitairement qui surperformaient largement les bonnes perfs du Nasdaq et maintenant qu’elles baissent fortement, la majorité dit « Bonjour » aux Etfs.
C’est juste la « peur » tout simplement et sachez bien que je suis le premier à être effrayé.

Il faut donc avoir un portefeuille équilibré que ce soit en Domaine d’Activité, en Pays… et donc aussi en pondération Etf / Stock Picking,

Cordialement,
Laurent

Bonjour Laurent

Sauf erreur de ma part, lorsque vous avez donné la performance de votre portefeuille, c’était change inclus non ? Votre courtier calcule toujours la performance en tout convertissant en €. C’est pour cela qu’il faut comparer votre portefeuille US à un ETf S&P500 et non à l’indice S&P500.

La différence entre nous petits investisseurs et WB, c’est que nous n’avons aucun contrôle en tant qu’actionnaire ultra minoritaire. Vous remarquerez que WB ne fait pas qu’investir, il est également activiste et participe au conseil d’administration des entreprises. Ses choix sont selon sont intérêt personnel qui n’est pas toujours celui des petits investisseurs. Ses décisions ont directement du poids, contrairement aux nôtres, ce qui réduit son risque. D’une manière générale, vous remarquerez également que les gestionnaires gèrent l’argent des autres, et donc si jamais problème il devait y avoir, cela les concerne peu.

Laurent

A posteriori, comme vous le faites sur les 12 derniers mois, tout le monde peut identifier les bons titres qui ont eu les plus fortes hausses et alors dire « vous voyez, tels titres ont battu l’indice ».
Mais se baser sur les performances passées n’est pas un indicateur prédictif, loin de là !
Par contre, en avance, c’est beaucoup plus compliqué de « deviner » les bons titres … sauf à savoir prédire l’avenir.

Votre commentaire rejoint une des critiques que l’on entend très souvent contre les fonds indiciels.
Il « suffirait » d’écarter les mauvais titres de l’indice pour ne choisir que les « bons » et ainsi battre l’indice.
Le problème pour cela:
– il faut savoir prédire l’avenir, les perdants de hier peuvent devenir les gagnants de demain et inversement.
– il faut avoir en tête la forte asymétrie (skewness en anglais) de la distribution des gains en bourse : seule une minorité de titre (moins de 5% selon les dernières études) tirent les indices vers le haut, en choisissant un titre « au hasard », vous avez déjà 95% de chances de vous tromper.

La force des fonds indiciels, c’est que vous êtes certain de posséder les pépites, et si elles grossissent suffisamment, les indices étant construits par pondération de la capitalisation boursière, votre performance suivra.
Si vous faites du stock picking, rien ne vous garantit que vous trouverez ces pépites.
C’est pourquoi il est raisonnable de limiter son stock picking, pour ceux qui veulent vraiment en faire, à une portion réduite de son portefeuille.

Salut Matthieu
Pas trop surpris par les décisions prises pour ton PF ce mois ci.
Tu avais évoqué la possibilité d’investir dans un ETF world mais au final tu as réinvesti le cash du CTO sur le sp500 en PEA. Penses tu y venir un jour sur le World et si oui à quel horizon ?
Pour les réponses faites à Laurent rien à ajouter et je partage pleinement vos remarques.
Enfin je constate avec plaisir que finalement Fred est toujours de la partie et c’est tant mieux 😉
Bon les 170 commentaires et réponses du mois dernier vont ils être battus 😁
Très bonne soirée à tous

Bonsoir Ludovic

J’ai répondu à Laurent car son commentaire m’a fait penser à une anecdote vécue il y a quelques temps (c’était fin 2020). Un collègue de travail m’avait demandé conseils car il venait de recevoir une somme d’argent, il voulait savoir comment l’investir. Je prends le temps de tout lui expliquer (la mécanique indicielle, l’importance des frais, pourquoi il faut fuir le stock picking et les fonds actifs, l’histoire des marchés boursiers etc …). J’étais assez confiant sur le fait qu’il puisse gérer lui même un simple portefeuille de quelques ETF, dans le cadre d’une assurance vie en ligne. Quelle ne fut pas ma surprise quand quelques semaines plus tard, je le revois et il m’explique que, ne se sentant pas capable de le faire par lui même, il avait souscrit une assurance vie auprès d’un « conseiller ». Avant même qu’il ne me présente le portefeuille, je savais déjà ce que j’allais y trouver. Bingo ! Une multitude de fonds, actions et obligations, tous plus chargés en frais les uns que les autres (et donc avec une grosse retro commission pour le « conseiller ») et impossible à gérer/arbitrer entre eux vu leur nombre (donc on est « obligé » de laisser faire le fameux « conseiller »). Je m’énerve et je lui demande pourquoi il a accepté tout ça. Réponse : « mais il m’a montré que c’est fonds avaient fait mieux que l’indice l’année dernière …. « . J’ai presque pété un plomb : « mais enfin XXX, tu t’en fous de savoir si ces fonds ont été bons sur une seule année l’année dernière, toi ce qui t »intéresse, c’est de savoir quel fonds sera bon sur les 30 prochaines années. Et ça, personne ne le sait, surtout pas ton « conseiller ». Ce qui est sûr par contre, c’est qu’un fonds indiciel te donnera le marché à moindre coût, et parce qu’il comprend tous les titres, tu auras les bons et sur la durée, tu feras mieux que tous les fonds actifs et autres stock picker. On en est resté là. Début 2022, on a reparlé de son investissement, il a vu la performance de ses fonds actions, et il a vu la performance du « bête » MSCI World … il m’a demandé « mais comment est-ce possible qu’il y ait autant de différences ? ». Et bien je lui ai redit exactement ce que je lui avait dit avant qu’il n’ouvre cette assurance vie : l’importance des frais, pourquoi le stock picking (qu’il soit fait par des pros ou des particuliers) était un jeu avec les probabilités contre soi vu l’asymétrie des rendements des actions etc … Résultat : il a tout cloturé, ouvert un PEA et un AV en gestion libre, avec 100% fonds indiciels. Encore une fois, il a fallu faire soit même la « connerie » pour apprendre.

Et donc chaque fois que je lis, comme plus haut : « oui mais l’année dernières, ces titres ou ces fonds ont fait mieux que l’indice », je me dis que c’est pas possible, c’est une éducation financière sans fin qu’il faudrait faire.

Bonne soirée à tous

Ceci étant dit, je m’arrête là au moins pour cette fois.

Vu que je n’ai qu’une vision incomplète et partiale de l’investissement action en général et que donc je suis une mauvaise influence pour les lecteurs de ce blog (puisque c’est à peu près en ces termes que l’on m’a critiqué), je ne voudrais pas trop donner de mauvaises idées à ceux qui débutent 🙂

salut Ludovic

Je compte bien rebasculer sur du World à terme mais ce qui m’intéresse actuellement c’est surtout le hedge, et il n’existe pas d’ETf World hedgé sur PEA. J’ai déjà pu profiter récemment de la remontée de l’euro et j’aimerais éviter de sortir du hedge avant un retour vers les 1,10.

Hello,

Idem pour un ETF NASDAQ Peable, je n’en ai pas trouvé couvert contre le risque de change mais si je me trompe je suis preneur du code ISIN.

Bonjour

Non a priori il n’y en a pas dispo sur PEA

https://youtu.be/zUtC3DV3L60 Je vous invite à regarder cette étonnante vidéo très récente et en plein dans le sujet dans nos discussions controversées ! Toutefois les chiffres donnés sont tellement indiscutables . Après cela explique aussi pourquoi les particuliers arrivent quand même à faire moins bien que les etf qu ils achètent ! Pour moi une vrai richesse cette vidéo et qui démontre la seule vraie possibilité d investissement.

Bonjour Matthieu, Bonjour à tous,

Y a t il au sein des lecteurs des personnes qui ont déjà expérimenté le transfert de PEA ou de CTO ?

Les délais ont ils été acceptables? Y a t il eu des erreurs?

Savez vous si dans le cas d’un transfert d’un courtier A vers un courtier B, le courtier A procède à une vente des titres sur le marché, et le courtier B à un achat de titres sur le marché?

Ou s’agit il plutot d’un jeu d’écriture comptable entre courtier, avec un transfert de propriété?

Ce serait plus rassurant si c’etait sans passer par des achats/ventes, car on n’aurait pas à se poser la question du prix des transactions. 😅

Bonjour Tristan

Cela se passe rarement bien car ils font souvent tout pour faire trainer et allonger le délai. Entre courtier purement français et sur PEA c’est plus simple, mais quand on introduit des courtiers étrangers comme Degiro c’est ultra pénible (et le transfert de ligne peut être très cher !).

À noter qu’ils se trompent souvent également dans la reprise de vos PRU. C’est uniquement un transfert donc pas de vente/achat. Mais il faut parfois les contacter pour régulariser vos PRU. Je vous conseille de prendre une capture d’écran avant avec tous vos anciens prix au cas où.

Bonjour Matthieu,

Merci pour tout ton travail sur ce blog qui est très intéressant. Avec la réorientation de ton portefeuille vers plus d’etf, est-ce que tu comptes garder des valeurs comme sartorius ou adyen sur le long terme ?
En te souhaitant une bonne journée

Bonjour Alex

Oui je compte et souhaite garder quelques valeurs de qualité. Je ne cherche plus nécessairement la sur performance à tout prix (que je n’ai clairement pas eu dans le passé) mais simplement conserver quelques valeurs que j’apprécie pour le plaisir.

Pour mon PEA je suis assez content de mon courtier, mais j’ai regardé de plus près l’offre PEA du Crédit Agricole que vous utilisez, et j’avoue que c’est intéressant, notamment pour les ordres entre 500€ et 1500€, le niveau des frais et la facilité de lecture. C’est pour ça que j’envisage un transfert.

Par contre pour mon CTO, les frais pour l’achat d’actions américaines pose problème (acceptable seulement en mode buy and hold total, et en passant des très gros ordres).

Pour le nouveau CTO, je regarde entre DeGiro et IBKR.

Si quelqu’un a déjà fait le grand saut pour transférer des PEA ou CTO, je suis preneur du retour d’expérience. 😅

Je confirme ce que dis Matthieu pour un transfert c’est vraiment pénible.
Transférer mon PEA Boursorama vers CA, long mais à l’issue tout été ok.
Transférer mon CTO Boursorama vers DeGiro, très long, à l’issue comme dit Matthieu des PRU non réel, fixer sur le moment de l’intégration de vos lignes dans le compte.

Et je ne parle pas des frais !
Je ne recommande pas personnellement.

Pour un transfert CTO je préfère largement ouvrir un deuxième CTO quitte à avoir les mêmes valeurs deux fois, puis petit à petit quand c’est le bon moment au regard des +/- value /PRU, solder le premier CTO, pas de perte de temps et cela est moins stressant, pas de frais de transfert.

Merci Gérard, ça semble sage en effet : commencer à utiliser son deuxième CTO, et vider le premier au moment opportun.

Idéalement par petits bouts afin d’avoir la liquidité nécessaire pour vendre et acheter simultanément. Mais pas trop par petits bouts non plus, car mon courtier facture les virements sortants.

Par contre, pour mon CTO cible, j’hésite entre DeGiro et Interactive Broker.

D’un côté IBKR est aux USA avec filiale irlandaise, donc plutôt secure (en cas de guerre en Europe). Mais d’un autre côté, les frais de courtage pour les actions européennes sont plus élevés (ce qui peut poser un problème lorsque le PEA est plein).

Merci Jean pour ce retour d’expérience.

Je vais donc commencer par transférer mon PEA BD vers CA, puisque ça semble moins problématique. On verra plus tard pour le CTO (quitte à commencer à alimenter le deuxième CTO, sans vendre les lignes du premier CTO). 😉👌🏻

Lorsque vous avez transféré votre PEA, l’opération a finalement pris combien de temps? Plutôt 2 semaines? Plutôt 1 mois? Ou plus encore?

Pendant cette période vous ne pouviez évidemment pas procéder à des achats ou ventes j’imagine? Concrètement le passage d’ordre est bloqué, et peut-être même la consultation des comptes?

NB : petite considération qui n’a rien avoir : je constate que le Crédit Agricole se distingue positivement des banques traditionnelles pour son offre de bourse (cf PEA). Cela corrobore ce que j’avais remarqué dans le domaine de l’immobilier, ou le CA se distingue positivement aussi.

Lorsqu’on a un prêt immobilier au CA, c’est très rapide, facile et souple de procéder à des remboursements anticipés (je l’ai fait plusieurs fois). Au CA ça leur prends 5 minutes. Alors que dans d’autres banques (que je ne citerai pas), ça prends parfois des mois et des mois.

Oui pour le PEA vers le CA plus facile mais parce que j’avais tout bien préparé et avait un contact au CA a la partie bourse car sinon ils sont perdu quand vous leur demander quoi que ce sois. Je sais plus trop mais disons 3 semaines a 5 semaines je sais plus vraiment et c’étais en pleine période covid et ou les marché été fou, mais de Boursorama a DeGiro je crois que ça avait mit 2 mois facile.
Non vous pouvez rien faire j’avais louper de belle opportunité d’ailleurs.

Après a noté comme Matthieu me l’avais fais remarquer a l’époque chaque caisse du CA est différente des unes des autres et les tarifs et service peuvent varié.

Ah oui, effectivement, le CA IDF semble mieux disant que les autres caisses (pour un PEA Investsore Integral) :

1/ commission 0.09% au-delà de 1100€ (au lieu de 0,10%)

2/ pas de de faible activité en CA IDF (au lieu de 97€ si on passe moins de 25 ordres par an)

Bonjour,
Tu évoques vouloir rebasculer sur l’ETF World à terme ; et pourquoi pas sur la configuration :
40% PE500,
20% PANX,
30% partagés entre TNO, HLT et PHG,
10% PAASI.
C’est une configuration que tu avais présenté dans un précédent post et ça permet une certaine sélectivité que tu sembles apprécier.
Merci.

Bonjour

Cela simplifie surtout la tâche, notamment pour les renforcements, en évitant d’avoir autant d’ETF différents. Je vais garder cependant une ligne d’ETF Nasdaq.

Pour l’Asie, je ne suis pour le moment pas prêt tant que la Chine continuera dans sa politique communiste qui n’apportera clairement rien de positif.

Je ne souhaite pas non plus m’exposer autant à l’Europe dont la situation s’empire d’année en année. L’Europe représente moins de 10% du MSCI World. C’est sur que niveau diversification c’est très concentré, mais c’est la réalité des choses.

bonjour Matthieu,

comme d’habitude, j’attends tes publications avec impatience. Un grand merci à toi de nous permettre d’échanger comme cela

En ce qui concerne l’ETF Word, quel est ton favori, CW8 ou EWLD?

Bonjour Cyrille

Cela n’a aucune importance, la performance sera la même. Si les apports ne sont pas un soucis, CW8 est à privilégier car les frais sont un poil plus faible et aussi car sa liquidité est meilleure donc il aura moins de chance de fermer que EWLD (même si les chances sont faibles pour celui ci aussi)

Bonjour

Dans l’optique de mettre une ligne d’investissement sur un ETF obligatoires en CTO, que pensez vous de l’ETF d »Amundi 7USH (10 ans US) par rapport à un ETF EUNA- AGGH de ishares ?

https://www.amundietf.fr/fr/particuliers/produits/fixed-income/amundi-us-treasury-710-ucits-etf-dr-hedged-eur-c/lu2153616169

Cordialement,

Cédric

Bonjour Cédric

L’ETF d’Ishare est World, donc les rendements ne seront pas forcément les mêmes que ceux du 10 ans US. La Chine pourra par exemple offrir plus, pendant que l’Europe offrira moins. C’est donc une question de choix. À noter que les zones n’ont pas toutes le même risque, même si elles sont notées en Investment grade. Leur notation S&P ou Moodies ne sont pas pareilles

Le fait de prendre du hedgé est intéressant car cela évite les effets de change, mais attention, il y a une chose à vérifier : certe le cout de l’ETf semble faible, mais bien vérifier que le tracking error causé par les coûts internes liés au hedge ne soient pas trop élevés. Pour info sur S&P500 hedgé je le calcule à 1%/an. Si c’est similaire sur les ETF obligataires, c’est rédhibitoire

Bonjour
J’aimerai témoigner sur le thème des frais de transactions et de son coût cumulé au regard de la valorisation du PF.
A tous, avez vous déjà calculé ce coût cumulé?
Me concernant, je savais que j’avais « le clic » trop facile, mais 1,7K€ de frais de transactions en 3 ans pour un PF de 40K€, c’est aberrant et triste d’avoir un cout de 4%, deux fois pire qu’une gestion active lambda. Pauvre investisseur 🤨
Du coup, j’ai simplifié encore le PF et la bonne résolution 2023 est déjà prise avec un nombre d’ordres limités par an, DCA a date fixe, représentant un cout annuel de 0,10% du PF.
😉

D’où l’intérêt de réfléchir à migrer vers des courtiers aux tarifs compétitifs, tout en restant dans le cadre de courtiers « sérieux » (régulés dans des pays sérieux et adossés à des banques solides).

Pour ma part j’ai examiné récemment mes relevés 2021 pour PEA et CTO, et j’ai aussi été surpris par le montant cumulé et le nombre de mes « petits clics » 😉 … heureusement 2021 était quand même une année faste, donc ça n’a mangé qu’une partie de la perf …

Bonjour Matthieu, Bonjour à tous,

J’ai examiné la brochure tarifaire 2022 du CA IDF. Il y a deux petites ambiguïtés que vous pouvez éclaircir si vous êtes utilisateur d’un PEA ou d’un CTO au Crédit Agricole de type Invest Store Integral.

1/ la brochure indique que le tarif pour passer un ordre de bourse via internet avec Invest Store Integral est :
– « Sur Bourse française » : 0,99€ sous 1100€ et 0,09% au delà de 1100€
– « Sur Bourse étrangère » : 0,50%

Lorsque vous passez un ordre pour acheter ou vendre des actions aux Pays-Bas (ASML, Euronext, Adyen) sur votre PEA du Crédit Agricole Invest Store, vous voyez vous appliquer le tarif « Sur Bourse française » ou bien le tarif « Sur Bourse étrangère » ?

2/ la brochure du Crédit Agricole IDF 2022 indique que le tarif est le même pour l’achat d’actions sur PEA et sur CTO (il n’est pas mentionné de montant minimum pour les ordres à l’étranger, contrairement aux autres brochures des autres caisses du CA).

Cela voudrait dire que sur CTO, on pourrait acheter des actions américaines pour un tarif de 0,50% si on a Invest Store Integral (ce qui me semble trop beau pour être vrai, même si ça resterait plus cher que DeGiro ou IBKR).

Avez-vous relevé ce point ?

Bonjour Tristan

En réalité la première ligne est un tarif Euronext qui inclut Paris, Amsterdam ou Bruxelles. Les 0,5% s’appliquent au reste.

Concernant les 0,5%, cela concerne la loi pacte, donc uniquement sur les places Européennes. Donc sur CTO pour l’Europe (par exemple bourse Allemande) = oui. Pour bourse Américaine = non, c’est plus cher. Généralement un minimum d’une vingtaine d’euro. Ensuite le tarif n’est pas clair mais ca tourne souvent autour de 0,7% pour les ordres plus élevés. À noter également que la grande majorité des caisses régionales imposent un ordre minimum à 1500€ À l’achat (pas à la vente)

Je vais quand même demander au CA IDF s’il y a toujours ce montant minimum de frais sur CTO, ou s’il s’agit d’un oubli dans leur brochure.

S’il s’avère qu’il n’y a plus de montant minimum, je migre aussi le CTO chez eux.

Comme je vous l’ai dit, cela dépend des caisses régionales. La plupart l’imposent (c’est mon cas en IDF). Celles qui ne le font pas sont exceptions

Ça aurait pu peut-être changer récemment (je vous dirai du coup) 😉👌🏻

J’ai appelé la salle de marché du CA pour avoir le fin mot de l’histoire concernant le montant minimum de frais pour les ordres passés aux USA sur CTO : c’est bien 16€+7$, donc pas intéressant (mais je voulais quand mêle le vérifier car ce n’était pas mentionné sur la brochure tarifaire 2022). 😉👌🏻

D’après mes recherches, le tarif le plus compétitif parmis les courtiers « sérieux » sont sur IBKR : on peut se débrouiller pour ne payer que 0,35$ pour la plupart des ordres sur actions US.

Bonjour Matthieu,
Concernant votre allocation sur vos 2 ETF (S&P500 et Nasdaq-100), actuellement vous êtes sur du (72% S&P500 et 28% Nasdaq-100).
Quel est votre objectif d’allocation visé à l’avenir ?
Merci à vous.

Bonjour Julien

80-20 serait cohérent dans une logique de gestion du risque. À titre personnel j’hésite encore à rester sur 80% d’ETF S&P500 ou du prendre du MSCI World. Il y a en gros 0,2% de frais par an de plus sur du world et un peu plus de précompte sur les dividendes.

Bonjour;

Petite question ; Malgré la diversification qu’apporte l’ETF World Amundi couplet à un PAASI, j’ai quand même une interrogation sur le fait que tout mon portefeuille soit en USD ce qui n’est pas la monnaie que j’utilise au quotidien, quel est votre avis et quelles sont les solutions ? est ce qu’ajouter une assurance-vie en Euro peut être un bon contrepoids dans la balance ?
Merci pour vos renseignements

Bonjour

La réponse est propre à chacun. On ne parle pas ici d’acheter la monnaie du Zimbabwe, mais d’acheter du dollar qui est une devise beaucoup plus ancienne et solide que l’euro. À partir de là c’est à vous de voir. Théoriquement vous percevez déjà un salaire en euro, vous avez déjà des livrets, éventuellement un bien immobilier en euro. Donc mettre une forte partie de son investissement boursier en dollar n’est pas nécessairement mauvais. Tout dépend de votre vision à long terme de l’évolution du dollar par rapport à l’euro. Personnellement je ne vois aucune raison pour que l’euro prenne fortement de la valeur face au dollar à long terme, bien au contraire.

Bonjour à tous,
Petite question pour Fred s’il passe par ici. Dans la gestion de votre PF, vous aviez expliquez que vous rebalanciez ce dernier dès qu’il s’écartait de 5% / votre objectif et ce, pour les différentes poches (au sein même de la partie actions entre World, PAASI, Nasdaq… mais aussi entre la partie risquée et la partie sécurisée).

A partir de là j’ai une question si d’ici qqs semaines, mois, les marchés actions s’effondraient ou du moins reperdaient 20% supplémentaires. On ne peut pas prévenir l’avenir comme vous le dites souvent mais au cas où, je pense qu’il est plus que judicieux d’être prêt.

Dès lors, qu’en est-il dans ce cas de figure de la gestion de vos deux poches principales à savoir partie « risquée » vs partie « sécur ». Est-ce qu’en cas de krach, vous renforcez vos positions en suivant à la lettre votre objectif rappelé ci-dessus (exemple : vous avez une allocation 80/20 ; avec le krach vous vous retrouvez à 70/30 dès lors vous injectez 10% de la partie sécurisée) ou vous allez au-delà pour profitez davantage de ce krach ? Dans ce dernier cas, quelle limite (en % de la partie sécurisée) vous vous fixez ?

Pas certain d’être très clair mais l’idée est là 🙂

Amicalement
Ludovic

Bonjour Ludovic

Je ne réponds pas à la place de Fred mais dans une logique d’allocation, il faut s’y tenir !
Donc en l’occurrence cela impliquerait de renforcer les actions jusqu’à 80%, et pas plus.
Sinon vous risquez de vous retrouver largement surpondérer en action car quand le marché remontera, mathématiquement la pondération action augmentera toute seule

Merci Matthieu
Oui mais l’idée est ensuite de rééquilibrer et retrouver l’allocation de départ (80/20 dans mon exemple) en revendant et en re injectant les plus values dans la partie sécurisée du PF.

Bonjour, quels sont les ETF S&P500 et Nasdaq à privilégier pour un CTO. Et est-ce toujours une bonne idée de continuer à investir régulièrement dans un ETF World dans la situation actuelle ?
Que pensez-vous de l’ETF ICW5 3 et de Wisdomtree Cloud Computing ? I’m me semble que vous les aviez recommandé à une époque ?

Bonjour

Privilégiez Blackrock (Ishares) comme émetteur. Vous avez CSPX pour le S&P500 et IWDA pour le MSCI World.

En période de remontée des taux comme actuellement il vaut mieux oublier les ETF trop spéculatif comme cloud computing qui contient de nombreuses entreprises peu ou pas profitables et avec des valorisations élevées

Laisser un commentaire