Diversification ou performance boursière

On entend régulièrement que pour obtenir une bonne performance boursière il faut avoir un portefeuille relativement concentré.

L’argument étant que si le portefeuille contient beaucoup de valeurs, alors il ressemble à la moyenne du marché, et aura donc une performance similaire au marché.

Ceci est vrai pour la « fausse diversification ». Je pense personnellement qu’une réelle diversification n’est pas une entrave à la performance, et nous allons voir ici son intérêt.

 

La diversification boursière et les statistiques

 

Mathématiquement parlant, plus un portefeuille contient de valeurs et plus le risque idiosacryntique est faible (c’est à dire le risque pris sur le choix d’une valeur particulière et ses conséquences).

Statistiquement, un portefeuille de 20 valeurs est le minimum optimal pour que le risque soit réduit d’environ 80%. Ensuite l’ajout de nouvelles valeurs a de moins en moins d’impact sur ce risque.

 

reduction risque bourse nombre d'actions portefeuille

 

Ensuite, je rappelle que la performance boursière se décompose en deux variables : le rendement et la volatilité.

Le rendement est tout simplement le gain moyen d’un portefeuille sur un ensemble d’année. La volatilité est l’écart de ce gain par rapport à sa moyenne.

La performance d’un portefeuille est généralement considérée en mathématiques comme une loi normale (c’est à dire Gaussienne et qui évolue selon le couple moyenne / écart-type). La moyenne correspond ici à notre rendement et l’écart-type à notre volatilité.

 

À partir de cette loi, on peut analyser la dispersion possible des résultats obtenus sur le long terme :

 

En bourse disons que nous avons un gain moyen de 7%, et une volatilité pouvant aller à +/-40% autour de cette moyenne (courbe bleue).

On peut donc dans ce modèle (simplifié) obtenir un gain maximum probable de 47% et une perte de 33% (ce n’est qu’un exemple mais pas si éloigné que ça de la réalité).

 

distribution statistique performance bourse

 

Comment intervient le nombre de valeur en portefeuille ?

 

Disons qu’il va généralement jouer sur le paramètre volatilité (ou dispersion autour de la moyenne). Autant le gain moyen ne changera pas nécessairement, mais la volatilité sera plus forte. Cela implique que nos bornes extrêmes de gaussienne seront plus éloignées de notre moyenne (courbe orange). On aura donc généralement des années plus contrastées que les indices (soit en mieux, soit en moins bien) d’où la croyance que cela améliore nettement la performance (ce qui a mon sens n’est pas vrai sur la moyenne).

 

Peter Lynch en est un parfait exemple. Il a été le gérant très talentueux du fond Magellan de Fidelity de 1977 à 1990 avec une performance exceptionnelle de 604% vs 233% pour le S&P500 sur la même période. Et pourtant, son portefeuille contenait plus de 1000 lignes (allant jusqu’à 1400 à son maximum).

 

 

Rappel sur les secteurs boursier et la diversification 

 

Il y a environ une dizaine de secteurs en bourse.

Dans chaque secteur, il y a plusieurs sous-secteurs. Par exemple dans la santé on trouve : les maisons de retraite, le pharmaceutique, les technologies médicales (imagerie, scanner), le matériel d’analyse (fiole…), les dispositifs (lunettes, aide auditive), les biotechnologies, les logiciels (base de données de médicaments, suivi des patients…).

Souvent les gens pensent qu’avec une bigpharma seulement (Sanofi en France par exemple) ils couvrent tout le secteur de la santé : c’est une hérésie. Je n’ai donné ici uniquement que les sous-secteurs de la santé, imaginez lorsqu’on liste tous les domaines existants de tous les secteurs…

 

20 entreprises ne peuvent évidemment pas suffire à se positionner sur les nombreux domaines d’intérêts qui existent (à mon sens il en faut au minimum une quarantaine).

 

Ensuite, avec 20 lignes, on ne peut savoir si la performance obtenue est réelle ou si elle est due uniquement au facteur chance. Clairement, chaque choix va peser lourd. Si jamais un choix est bon, le gain sera très important (et inversement en cas d’erreur). Si jamais vous avez un gros coup de chance, la performance pourrait ne pas être reproductible. Vous ne savez jamais si le gain vient d’un bon stock picking ou du hasard.

C’est tout le danger d’être aussi concentré. Vous courrez clairement un risque. À moins d’être investisseur professionnel et de connaître de manière ultra détaillée ses entreprises (contact régulier avec le management, info d’insiders, maitrise parfaite de l’analyse financière et de la lecture de bilan…), il vaut mieux selon moi détenir un portefeuille plus large.

C’est d’ailleurs encore une fois que les mathématiques interviennent car sur un portefeuille large, le facteur chance intervient très peu. S’il performe bien, cela sera clairement en raison de la sélection des valeurs. On peut avoir de la chance sur 2-3 choix, mais probablement pas sur plusieurs dizaines.

 

 

Exemple de risques inutiles et pourquoi diversifier 

 

Nous allons ici montrer qu’il est parfois totalement impossible de savoir quelle valeur performera mieux que les autres. L’idée est donc de se dire que si toutes ces valeurs ont un fort potentiel, diversifier entre elles ne diminuera pas nécessairement la performance mais augmentera au contraire vos chances d’obtenir des gains élevés.

 

Visa ou Mastercard ?

 

Les deux entreprises exercent exactement les mêmes activités, ont des fondamentaux très similaires et exceptionnels, et avec des potentiels et perspectives très proches. On pourrait donc se dire de n’en choisir qu’une sur les deux et que c’est suffisant en terme de diversification.

Mais finalement si les deux entreprises sont exceptionnelles, pourquoi ne pas acheter les toutes les deux ?

Avec un courtier comme Degiro, les frais de courtage sont de 0,50€. Voilà ce que vous coûte la diversification.

Imaginons qu’initialement vous aviez choisi Visa mais que finalement vous avez acheté les deux :

 

  • Si Mastercard performe mieux vous êtes gagnant car vous l’avez en portefeuille
  • Si les deux entreprises se comportent de la même manière (hypothèse probable ici tant les business sont proches) vous ne perdez que 0,50€ et vous avez 2 belles performances
  • Si Visa performe mieux, vous aurez mieux fait de n’avoir que Visa. Mais qui aurait pu sérieusement le prédire avec certitude ? Personne !

 

Vous gagnez ici dans 2 cas sur 3.

Vous réduisez également au maximum le risque d’avoir des cygnes noirs avec des fraudes ou autre événement négatif comme Wirecard, Solution30…

 

 

Admicom, NetCompany ou QT Group ?

 

La magie de la bourse est que les pertes sont finies (100% max) mais les gains sont infinis. Il n’est donc pas nécessaire d’avoir tout le temps raison. Il faut simplement l’avoir de temps en temps et en maximisant ses chances de réussite. Vous avez plus de chance de détenir une belle entreprise en piochant 3 forts potentiels plutôt que 2. 

 

Voici par exemple un petit bilan sur 3 achats récents d’entreprises technologiques qui travaillent plus ou moins dans les mêmes domaines :

 

  • Un a très bien performé (QT Group : +90%)
  • Un a moyennement performé (NetCompany : +20%)
  • Un a fortement baissé (Admicom : -20%)

 

Qui aurait pu le prédire ? Personne ! Sur le papier ces 3 entreprises étaient globalement équivalentes en terme de potentiel et de qualité des fondamentaux. N’en détenir qu’une laisse selon moi beaucoup trop agir le facteur chance (on peut choisir la meilleure comme la moins bonne) ! C’est pour cela que je préfère détenir les 3, afin d’éliminer tout facteur chance et de rendre reproductible la performance.

 

 

Peter Lynch constatait que régulièrement sur 5 achats qu’il faisait :

  • Un performait de manière exceptionnelle
  • Un se transformait en très mauvais investissement
  • 3 se comportaient globalement comme prévu

 

 

Mettons donc toutes les chances de notre côté et n’hésitons pas à élargir nos positions. Évidemment, il ne faut pas diversifier pour diversifier. Il faut que chaque nouvel ajout ait un potentiel équivalent ou supérieur aux autres. Et dans ce cas, ajouter ce genre d’entreprises est généralement positif pour le portefeuille sur le long terme.

 

 

Me contacter pour une question ou pour la rubrique Conseils Boursiers & Services 🛒 :

etre.riche.et.independant@gmail.com

 

N’hésitez pas à poster un commentaire.

Si jamais le commentaire ne s’affiche pas directement, c’est normal car je dois d’abord le valider pour qu’il apparaisse (anti-spam).

 

Mentions légales : 

Toutes les informations disponibles sur ce blog sont données à titre indicatif et ne sont en aucun cas des conseils d’achats ou des recommandations au sens de l’AMF.

L’auteur ne saurait être tenu responsable des pertes que pourrait engendrer le lecteur et décline toute responsabilité à l’égard des conséquences éventuelles de l’utilisation du blog.

De plus, les informations pourraient ne pas être actualisées et donc ne fournissent aucunes garanties. Il appartient à chacun de vérifier les données personnellement.

24 commentaires

Bonjour,

Merci pour cet article plein de bon sens sur un sujet qui est vraiment important.
J’apprécie de lire chacun de tes articles depuis quelques mois maintenant et j’ai énormément appris grâce à ton site qui est vraiment de qualité.
J’ai juste une question, quel genre de lecture pourrais tu me conseiller, dans le but d’apprendre l’art et la manière d’investir en bourse?
Tu cites souvent ces grands noms comme Buffet, Lynch et d’autres. Je suppose qu’ils ont laissé des écris inspirant, si tu en as lu, je serai intéressé de savoir lesquels tu me conseillerais. Plus sur l’aspect psychologique et approche que technique si possible.
Merci d’avance et encore merci pour ton site de qualité et tout ton partage.
J’apprends et j’investis grâce à toi.

Bonjour Caius et merci pour tes retours positifs !

Voici quelques exemples de livres que j’aime beaucoup :

-100 Baggers (Mayer) : sur l’investissement croissance et la psychologie à avoir lorsqu’on investit

– Et si vous en saviez assez pour investir en bourse (ou à lire en anglais one up on wallstreet), Peter Lynch : on en apprend plus sur sa psychologie d’investissement, ses conseils, sa façon de classer les différentes actions…

– Reussir en bourse sans spéculer (Haas) : sur le fait de sélectionner des actions de qualité sur le très long terme plutot que de spéculer sur des actions value

– les stratégies de Warren Buffett (Hagstrom) : mini bio de Buffett avec quelques détails sur ses investissements

– Le petit livre pour investir avec bon sens (Bogle) : sur l’intérêt des ETF

Voilà ça fait déjà quelques références, ensuite j’en ai beaucoup d’autres mais sur des thématiques un peu plus spécifiques ou du développement personnel.

Bonjour Matthieu,
Cela faisait très longtemps que je n’avais pas posté de commentaire. L’important est, je pense, d’avoir un maximum d’entreprises performantes dans divers domaines. Le choix entre elles doit plus être fait pour des raisons de confort vis à vis de son portefeuille (être à l’aise avec le nombre de positions) et/ou financières (impossibilité d’acheter l’ensemble des valeurs qui répondent aux critères établis). Si des entreprises se recoupent, tant que la performance est là, ce n’est pas un problème selon moi. C’est aussi une manière de s’acheter de la tranquillité d’esprit, et ça n’a pas de prix !
Je profite du commentaire de Caius pour réitérer l’idée d’un article sur tes inspirations boursières (livres, blog, chaine youtube…) et, pourquoi pas plus largement, sur des loisirs que tu aimerais partager.
J’irai peut être posté quelques idées de REIT sur le screener puisque cela semble être le thème principal du dernier article 😉

Bonjour Flop,

Merci pour le commentaire, en effet ça fesait longtemps 😉

Tu as raison, la tranquilité n’a pas de prix !

Je pense faire un article prochainement sur des idées de livres ou de chaine YouTube, c’est un sujet intéressant.

Et je suis preneur sur les idées de REITs 😉

Bonjour Matthieu et merci pour cet article.

Grace à ton article j’ai une vision un peu plus complète de la diversification.
Pour moi il faut associer la pondération au nombre d’action pour savoir si on est diversifié ou pas. On le voit d’ailleurs dans le portefeuille de Warren Buffet il a pas mal d’entreprises mais il est quand meme pas mal concentré sur quelques unes (coca cola, Apple par exemple). Je ne suis pas non plus sûr que Peter lynch avait une pondération identique lors ce qu’il avait 1400 lignes.

La question est donc comment définir la pondération pour les 20-40 lignes que tu conseilles?
Merci

Bonjour Larbi,

Vous avez totalement raison. On peut avoir beaucoup de lignes mais pondérer d’avantage nos convictions (comme Buffett ou Lynch). C’est d’ailleurs aussi le principe des indices par capitalisation boursière : les entreprises de petites tailles sont nombreuses mais ne pèsent presque pas.

Il n’y a pas de formule miracle malheureusement. Dans la logique il faudrait prendre en compte 2 critères :

– la volatilité : plus une action est volatile, plus sa pondération doit être faible pour respecter une pondération à parité de risque égale.

– votre confiance dans l’entreprise : plus vous êtes confiant sur la solidité et les fondamentaux, plus vous pouvez augmenter la taille de ligne. Généralement on est d’avantage confiant sur les bigcaps, ce qui revient à sous pondérer les small qui présentent plus de risque.

Il y a sûrement d’autres critères à étudier, qui peuvent être propres à chacun.

Bonsoir Matthieu

Très bel article même si je ne partage pas forcément tout, pour ma part je rebondi sur votre dernier tiret du message précédent:
Plus vous êtes confiant sur la solidité et les fondamentaux, plus vous pouvez augmenter la taille de la ligne.
Et bien c’est mon approche, c’est ainsi que j’ai non pas 40, non pas 20 mais 10 lignes
Cela me permet de suivre plus facilement ces 10 entreprises, ce que je ne pourrais pas faire avec 40, 20 étant pour ma part un maximum.
Après effectivement j’ai fait des choix, aucune entreprise par exemple dans les médias télécom etc.. trop de volatilité pour moi pour intégrer une ligne sur ces valeurs.
Néanmoins je fixe à 50% / 50% le rapport entre mes 10 lignes et l’ETF msci world qui lui va pondérer 1600 lignes afin de me garantir en gros 7% net, ce qui est difficile à battre pour les petits porteurs qui n’ont pas les infos suffisamment tôt.
Voici pour info mes 10 valeurs, celles notées par (B) sont mes valeurs de base qui ont une courbe sans me faire des nuits blanches et ceci depuis toujours, ça monte régulièrement avec des phases de baisse qui n’excèdent pas 4 à 5 mois et qui superforme le MSCI World presque tous les ans.
En (R) mes lignes rendement (j’ai 57 ans et je prends donc quelques dividendes, je conçois très bien que ce n’est pas des valeurs qui vous concernent) je ne garderai pas forcément BNP c’est seulement pour ma part la plus grosse banque Européenne et l’avenir proche me parait intéressant, changement de paradigme pour revenir à une croissance régulière plus importante ces prochaines années.
Pour Total, au delà d’un bon rendement qui me rembourse mon investissement sur maximum 15 ans, je crois en cette entreprise pour poursuivre sa révolution et je l’a vois bien faire quelques achats de valeurs modestes green qui en ce moment reviennent à des niveaux plus adéquats et un PER plus cohérent, la baisse n’est cependant pas terminée je crois et un gros groupe comme Total sera là je pense.
Pour ce que j’appelle mes Spéculations moyen à long terme (SLMT) c’est des entreprises qui pourraient devenir une base (B) mais leur graphique pour l’instant ne me donne pas encore une sérénité, d’ailleurs ASML quand ils auront bien vendu leur outil et que le retard sera rattrapé sur les semi-conducteurs, je ne suis pas sur qu’il faudra la garder, Schneider peut-être
Après ma stratégie implique des choix, le secteur logiciels, cloud etc.. j’ai choisi Microsoft mais j’ai tout de même les autres par l’ETF, simplement c’est une pondération différente.
Pour finir vous allez surement observer que j’ai seulement 3 lignes USA pour 7 Europe, c’est tout simplement que je maîtrise mieux les infos de nos entreprises et le change peut nous faire très mal assez souvent.
COSTAR GROUP (B)
ASML HOLDING (SLMT)
MICROSOFT (B)
LVMH (B)
SCHNEIDER ELEC (SLMT)
AIR LIQUIDE (R)
L’OREAL (B)
ABBOTT LABO (B)
TOTAL (R)
BNP (R)
Merci pour votre travail qui nous permet de nous remettre en question, de tester, de douter, mais toujours de prendre le même plaisir dans l’attente de vous lire hebdomadairement.

Bonne soirée

PS: j’oubliais, en hors sujet, je détiens aussi afin de me diversifier de l’ETHEREUM, je sais ce que vous pensez des cryptos et vous avez certainement raison, j’ai misé quelques 5000€ d’Ether sur un portefeuille de 100K, tout simplement parce que les smarts contrats qu’ils proposent sont bien au dessus et seront uniques avec l’Ethereum 2, cette monnaie deviendra je pense la référence dans 2 ans pour les transactions entre entreprises, entre établissements bancaires, déjà maintenant pour acheter de l’art ou une Tesla, on peut depuis hier (article dans le Figaro) désormais acheter en salle des ventes aux enchères avec de l’Eth ou du bitcoin, wait and see, depuis 1 mois et demi j’ai quand même 98% de plus value

Bonsoir Gérard et merci beaucoup pour votre partage.

En effet, je vois beaucoup de ligne comme des potentiels à forte croissance. Si jamais ça se passe mal, ce n’est pas gênant car je mets des petits montants.

Il y a cependant certaines valeurs qui sont pour moi des fortes convictions (retour des étoiles en screener) et pour lesquelles je souhaite pour la suite augmenter vraiment leur pondération pour ne plus les faire passer pour des valeurs de seconde zone, mais vraiment au premier plan (Hermes, Microsoft etc…). Et comme vous le dites, le reste sera dans les ETF. Je pars du principe que les convictions doivent être concentrées, mais que cela n’empêche pas d’acheter de nombreux petits tickets de loteries à fort potentiel (ce n’est pas vraiment de la loterie puisque les fondamentaux sont bons mais vous m’avez compris).

Pour toutes ces valeurs, je les vois un peu comme des coffee-can portfolio (voir cet article pour comprendre le sens : https://etre-riche-et-independant.com/100-baggers-coffee-can-portfolio). Je les achète, puis je les oublies. J’ai d’ailleurs supprimé tous les tickers liés sur mes applications bourse. Cela me permet vraiment de les oublier et d’éviter de les vendre bêtement. Je peux ainsi me concentrer sur mes valeurs préférées.

Bonjour Philippe,

Je poste cela içi même si ce n’est pas forcément le lieu idéal.

Etes vous au courant d’une opération particulière à venir sur Philips N.V. ?
Sur le PEA de ma compagne, au crédit mutuel, il vient d’apparaitre une nouvelle écriture dans la liste des opérations :
– distribution de droits : 60 Philips DO21

Serait ce le dividende, détaché le 10/05, qui serait payable en actions ?

Cordialement

Bonjour Laurent,

Il s’agit simplement d’une proposition de réinvestissement automatique du dividende en actions. Beaucoup d’entreprises Néerlandaises le proposent (Philips, Wolters Kluwer, RDSA…)

Bonjour Matthieu,

Merci pour votre réponse.
Proposition courtier-dépendant donc, car aucune écriture de ce type pour moi chez Boursorama.
Savez vous s’il y a possibilité d’arrondir à l’action supérieure ?

Merci encore.

Bonjour Laurent,

Oui vous pouvez généralement arrondir au supérieur à condition de rajouter de l’argent du compte espèces.

Lorsque vous dites « Statistiquement, un portefeuille de 20 valeurs est le minimum optimal pour que le risque soit réduit d’environ 80% », attention, il faut que les valeurs soient prises sur des secteurs diversifiés pour que cela soit exact. En 2001, par exemple, je pense qu’un portefeuille de 20 valeurs technologiques n’auraient pas réduits le risque de 80%.

Bonjour Julien,

Oui évidemment l’hypothèse est que les valeurs ne sont pas corrélées entre elles donc oui il faut qu’elles soient au maximum sur des secteurs différents.

En tout cas en ce moment l’industrie, la techno , les énergies renouvelables, la sante et la Chine se cassent fortement les dents et font plonger mon portefeuille. On a beau être diversifié, quand ça veut pas , ça veut pas. Faut vraiment avoir foi en ses fondamentaux pour ne pas être tenter de vendre.

Bonjour Thomas,

En effet c’est une période qui n’est pas très simple, mais il faut tenir bon et prendre son mal en patience. Ce qui est amusant c’est l’incohérence du marché : on peut avoir des belles journées avec des valeurs qui prennent 5% mais qui sont massacrés le lendemain et qui retombent d’autant. La volatilité est très forte ce qui est toujours un facteur de stress.

Bonjour ,

Débutant total en bourse, J’ai commencé à investir 7k dans les actions/ETF sur mon PEA fin Avril 2021 grâce à toi !
Récemment je me suis rendu compte que il y a des droits de garde par lignes d’actions/ETF. J’ai 5 ETF (5k) et 6 actions de valeurs de 400 à 600 euros.

Mon conseiller bancaire me recommande de liquider les lignes qui vivovent pour éviter de payer des droits de gardes. Je vois que tu as des lignes entre 700 et 1600 euros. Payes tu des droits par lignes sur ton PEA au Crédit agricole ? Faut il avoir un nombre minimum d actions par lignes pour rentabiliser une ligne et ne pas perdre de l argent à cause des droits de gardes ?

PS : J’ai investi 5k dans des ETF suivant les proportions de ton lien https://etre-riche-et-independant.com/portefeuille-passif-etf-pea-reporting-avril-2021 + 2,5k en 6 actions diverses de valeurs 500 euros en moyennes . Mes 6 actions sont Danone, Total, Sodexho, Alfen, Euronext, prosus
J’ai 20k sur mon PEA dans les parts de ma banque que je n’ai pas touché. Que penses tu des parts proposés par les banques ?

Bonsoir,

Les courtiers sérieux n’ont normalement pas de droits de garde. Il n’y en a pas avec l’offre Integrale d’Investore (mais je crois qu’il y en a en Initial).

Si vous avez des droits de garde trop élevés, vous pouvez soit changer de courtier, soit prendre seulement une ligne : un ETF World (CW8 d’Amundi).

Les parts des banques sont de l’arnaque et totalement inutiles. Ça fonctionne un peu comme un fond en euro mais c’est très complexe à vendre ce qui bloque souvent les transferts de PEA…

Bonsoir Matthieu,

Merci de ta réponse , c’est très sympa de ta part. Je suis en train d’envisager de bouger mon PEA vers Fortuneo .
En effet ma banque prélève 5 euros par ligne + 0,4% par an ! La banque ponctionnera environ 85 euros à la fin de l’année si j’ai bien compris car j’ai 11 lignes de 500 euros environ. Donc la diversification a un prix pour les petits porteurs comme moi dans les banques tradi !!

Je me demande si ouvrir un Degiro CTO n’est pas moins cher au final qu’un PEA dans une banque tradi !
J’hésite également a attendre que degiro accepte les PEA . Car j envisage d ouvrir un CTO degiro également avec seulement 1000 euros sur le marché ricain par exemple sur une action sur.

Bonsoir Roger,

Il n’est pas certain que Degiro propose des PEA, ça traine depuis de nombreuses années.

Concernant les frais, il faut tout de même prendre en compte la fiscalité qui en théorie est plus impactante que les frais. En investissant sur des ETF S&P500 en PEA bous profitez du marché US avec la fiscalité du PeA

Merci de ta réponse rapide.

J’ai déjà un ETF SP 500 . Warren Buffet conseille d avoir 50% de son porte monnaie dans un « bond » et l’autre moitié dans les actions. Y a t il des « bonds » facilement transformable en liquidité sur un PEA ? Je vais surement transférer mon PEA vers Fortuneo qui d après un site comparatif est le meilleur des courtiers en lignes. Qu’ en penses tu ?

Bonjour Roger,

Au contraire Warren Buffett déconseille totalement actuellement les obligations. Ce sont des produits qui ne peuvent pas lutter contre l’inflation car les taux sont globalement fixes et quasi nuls en plus de cela. À l’inverse les entreprises (donc les actions) sont en mesure d’augmenter leurs dividendes chaque année car elles arrivent à faire croitre leurs bénéfices. Elles peuvent donc vous enrichir d’avantage chaque année.

Concernant Fortuneo c’est loin d’être le meilleur courtier, disons qu’il est équivalent à tous les courtiers en ligne classiques : corrects mais rien d’exceptionnel

D’après toi c’est quel courtier en ligne le meilleur pour les PEA ? Ou bien as tu un article la dessus ? D’après avenuedesinvestisseurs c’est Fortunéo(ils font un comparatif précis des tarifs). Bourse direct est bien aussi d’après eux pour sa spécialisation de courtage.

Bonjour Roger,

Il y a beaucoup de choses à regarder. Par exemple BourseDirect ne donne pas vraiment accès au marché étranger sur PEA, notamment le Scandinave, qui est selon moi l’un des plus intéressant d’Europe. C’est dommage..

Pour moi ces courtiers sont assez bas de gamme : service client catastrophique, pas d’accès à beaucoup de support. L’avantage c’est les tarifs. BD facture aussi un peu moins de 10€ pour chaque retrait d’argent. C’esr pour moi rédhibitoire…

Je suis personnellement à credit agricole investore integral qui est selon moi l’un des meilleurs courtiers : plateforme excellente, frais correcte, accès à toute les places boursières, très bon service client.

Laisser un commentaire