Suivi Portefeuille Boursier : Reporting Aout 2019

Cet article concerne le suivi de mon portefeuille boursier. Le portefeuille se base sur un ensemble d’actions de qualité. Elles possèdent également un solide historique de versement de dividendes croissants.

L’objectif principal du portefeuille est de construire un flux régulier de cash-flow avec les dividendes croissants perçus chaque année. Cela me permettra à long terme d’atteindre l’indépendance financière en couvrant mes dépenses avec ces revenus passifs. Le second objectif est de réaliser une performance supérieure à celle du CAC40 sur le long terme.

Voici le reporting du mois d’Aout 2019.

Actions détenues et bilan   

Après un screening complet des marchés, certaines entreprises Françaises de qualité me paraissent peu chères en comparaison de leur historique, ou des valorisations Américaines.

J’ai donc décidé en tant qu’investisseur dans les dividendes de larguer mes ETF sectoriels en Europe pour reprendre des titres vifs.

Je me sens moins à l’aise avec le principe boite-noire des ETF. Je ne maitrise pas mes positions, et je suis dans l’incapacité de percevoir des dividendes pour les réinvestir.

De plus, dans un futur marché incertain (voire baissier en cas de récession et de krach prochainement à venir ?), il est primordial de détenir de la qualité, et des entreprises solides en direct. En effet, le fait de percevoir des dividendes en cas de baisse des marchés nous rappelle que l’investissement en bourse doit être un INVESTISSEMENT et non une SPECULATION sur les cours. Si les fondamentaux des entreprises sont bons, elles verseront des dividendes et même croissants en cas de débâcle sur les marchés financiers.

C’est beaucoup plus facile à tenir psychologiquement plutôt que de prier pour que les cours remontent. Je rajouterai même qu’une baisse des cours peut être vue positivement. En effet, je pourrais ainsi acheter des actions de qualité à prix soldés. De cette manière, les rendements de dividendes seront plus élevés, ce qui accélèrera les objectifs d’indépendance financière avec les dividendes.

Concernant la partie US, je conserve mon ETF S&P500 qui m’évite fiscalement pour le moment de payer des impôts si j’avais des entreprises US en CTO. Une fois le PEA plein, il sera possible d’investir sur CTO progressivement. Je vais donc viser une répartition sur le PEA de 50% Dividend Aristocrats, 50% ETF S&P500.

Je tenterais de m’approcher de cette répartition dans les futurs arbitrages et investissements.

Si une belle entreprise est subitement décotée suite à une news, une publication ou autre, je ne me priverais pas cependant de piocher temporairement sur la poche S&P500 pour ne pas manquer d’opportunité.

Sans plus tarder, voici le détail du portefeuille :

 

PEA

Les 40 actions détenues dans mon PEA au 1er Septembre 2019 sont les suivantes :

Ahold Delhaize, Air liquide, Airbus, Allianz, Amundi, Arkema, ASML Holding, Axa, Bureau Veritas, Capgemini, Coca-Cola European Partner, Danone, Deutsche Telekom, Diageo,  HSBC, Imerys, Inditex, Kering, Legrand, L’Oréal, LVMH, Michelin, Nexity, Orpéa, Publicis, RELX, Robertet, Rubis, Saint Gobain, Sanofi, Schneider Electric, Scor, Siemens, Sodexo, Téléperformance, Thalès, Total, Unilever, Veolia Environnement, Vinci.

 

Suivi Portefeuille Aout 2019

 

La valorisation totale du PEA est à ce jour de 45 952€.

Voici également l’évolution du portefeuille depuis Janvier 2019 VS CAC40 NR et S&P500 :

 

Performance Portefeuille Aout 2019

Dividendes :

 

Les dividendes perçus ce mois-ci sont ceux de Ahold Delhaize et RELX.

 

 

Revenus passifs et perspectives annuelles futures

Sur une base annuelle, les revenus théoriques que je devrais percevoir en 2019 sont de 1332€. Cela correspondrait à un rendement/PRU= 3.50%.

De par le fait de choisir des entreprises de qualités à dividende croissant, ces revenus augmenteront chaque année quoi qu’il arrive.

 

Suivi dividendes Aout 2019

 

Il est à noter qu’une partie du portefeuille est constituée en ETF SP500. Elle ne génère donc pas de dividende. Le montant réel serait légèrement supérieur si le portefeuille était investi 100% en titres vifs.

 

N’hésitez pas à poster un commentaire.

Si jamais le commentaire ne s’affiche pas directement, c’est normal car je dois d’abord le valider pour qu’il apparaisse (anti-spam).

Mentions légales : 

Toutes les informations disponibles sur ce blog sont données à titre indicatif et ne sont en aucun cas des conseils d’achats ou des recommandations au sens de l’AMF.

L’auteur ne saurait être tenu responsable des pertes que pourrait engendrer le lecteur et décline toute responsabilité à l’égard des conséquences éventuelles de l’utilisation du blog.

De plus, les informations pourraient ne pas être actualisées et donc ne fournissent aucunes garanties. Il appartient à chacun de vérifier les données personnellement.

 

14 commentaires

hello

pourrais tu m’expliquer à quoi correspondent les 9.94% de croissance sur 2020 de ton tableau ?
comment fais tu pour définir ces valeurs?
ton ETF SP500, il te rapporte des dividendes?
j’essaye de comprendre pourquoi tu préférés miser sur cet ETF SP500 plutôt que sur des actions du SP500 dans ta stratégie basée sur le rendement/dividende

Bonjour Jac,

L’ETF SP500 ne rapporte pas de dividende. Il me sert simplement à investir sur le marché Américain sans passer par le CTO (et donc la case impôts). Cela me permet de garder une répartition géographique diversifiée, même sur le PEA. C’est également ma façon de garder du « cash liquide » sur le PEA. Je préfère posséder un ETF SP500 plutôt que de rester liquide totalement. Mais j’ai à nouveau repris quelques titres Américains (Dividend Aristocrats US) en direct sur le CTO, j’en parlerai dans le prochain reporting.

Concernant le montant des dividendes, les années futures sont tout simplement des extrapolations basées sur le consensus des analystes (vous pouvez trouver ces données sur ZoneBourse par exemple où les analystes affichent leur prévision de dividendes pour le futur). Mon fichier excel me calcule ensuite automatiquement (en fonction du nombre d’actions que je possède et les prévisions des analystes) le dividende annuel que je devrais percevoir pour les années futures.

Ces projections sont assez précises et me motivent car elles me donnent un objectif chiffré.

Cordialement,
Matthieu.

merci d’avoir pris le temps de me répondre.
Encore une fois , bravo pour la qualité de votre site.

Je vous en prie, n’hésitez pas si vous avez d’autres questions.

Super, merci pour toutes ces infos ! comme toujours =)

Bonjour

Merci pour ton blog, vraiment instructif!!

Une petite question comment gères tu ta répartition théorique, par rapport à ton pru ou à la valeur réelle?

je ne sais pas si ma question est bien claire, je m explique si je décide de prendre 20 valeur avec 5% de répartition théorique qui est de 5000 euros.

après plusieurs aller retour l action A à un pru de 10 mais cote 20 quelle valeur prends tu pour pondérer la ligne par rapport à ton portefeuille?

merci

Bonjour Sébastien,

Pour calculer le poids d’une ligne par rapport au portefeuille global, la formule est poids = (valeur actuelle de l’action x nbr actions) / valeur total du portefeuille

Pour regarder le poids il faut donc uniquement prendre en compte la valeur actuelle.
Le PRU ne sert qu’à calculer une performance. Par exemple, la performance sur l’action A est : (prix actuel de A – PRU de A)/(PRU de A)

Cordialement,
Matthieu.

Cher Matthieu,

Pouvez-vous m’expliquer l’intérêt de diversifier autant votre portefeuille alors que le seul fait d’avoir investit l’intégralité de votre patrimoine sur un ETF S&P500 ou CAC40 vous aurez apporté autant voir d’avantage ?

N’est-ce pas moins de travail pour un résultat quasi similaire ?

Je vous remercie de l’intérêt porté à ma question.

Cordialement.

Bonjour Ferhat,

Mon objectif principal est le flux de revenus passifs que je peux tirer de mon portefeuille via les dividendes (et non pas la performance en terme plus-values).
Le but étant à long terme de couvrir mes dépenses pour pouvoir être financièrement indépendant avec les dividendes. Un ETF ne peut donc pas vraiment réaliser cette tâche.

Certains disent qu’il est possible de vendre chaque mois une partie de son ETF pour en tirer une rente et que cela revient au même. Je ne suis pas tout à fait d’accord car c’est vrai en théorie mais psychologiquement en cas de krach ou de marché baissier, vendre son ETF serait vendre au pire moment (et on serait poussé à faire des erreurs avec la panique). De plus, en possédant de belles entreprises, je sais que le portefeuille sera solide et je n’aurais donc pas peur. Au contraire, je serais même serein pour renforcer à la baisse car cela fera grimper mécaniquement le rendement de mon dividende (et donc accélérera le temps que je mettrai à atteindre mon objectif).

En choisissant l’investissement en Dividend Aristocrats, mon état d’avancement est également très facile à suivre et prévisible. Je n’ai pas à attendre et à prier que le marché monte. Chaque année, mes apports + la croissance du dividende + le réinvestissements des dividendes perçus m’approchent de plus en plus de mon but. C’est beaucoup plus simple à gérer que de vendre un bout d’ETF (à mon sens et dans ma situation).

La diversification est naturelle car elle minimise le risque si une entreprise coupe son dividende (l’effet sera mineur sur le portefeuille global).
Concernant la performance, il est prouvé par de nombreuses études que les Dividend Aristocrats battent leur indice de référence à long terme. Je ne suis pas focalisé sur la performance mais c’est bon à savoir : http://etre-riche-et-independant.com/dividend-aristocrats-dividendes-croissants-bourse

N’hésitez pas si vous avez d’autres questions.

Cordialement,
Matthieu.

Merci beaucoup pour votre réponse.

J’y vois un peu plus claire.

Cordialement,
Ferhat

re
 »

Bonjour Sébastien,

Pour calculer le poids d’une ligne par rapport au portefeuille global, la formule est poids = (valeur actuelle de l’action x nbr actions) / valeur total du portefeuille

Pour regarder le poids il faut donc uniquement prendre en compte la valeur actuelle.
Le PRU ne sert qu’à calculer une performance. Par exemple, la performance sur l’action A est : (prix actuel de A – PRU de A)/(PRU de A)

Cordialement,
Matthieu. »

le problème de ce mode de calcul c est que pour garder la pondération réelle identique à celle théorique tu seras obligé de vendre une partie des actions qui surperforment et au contraire de racheter des actions qui sousperforment.. tu es d accord avec ça?
merci

Bonjour Sébastien,

Oui c’est tout à fait ça. Après il ne faut pas chercher nécessairement à avoir toutes les lignes exactement équipondérées. Ce n’est pas grave si il y a des écarts et ça vous coûtera cher en frais de courtage de tout le temps remettre à jour les pondérations. A titre personnel, c’est ma mise de départ initiale que j’essaye d’égaliser entre toutes les actions. Ensuite, je renforce en fonction des valorisations (je vais renforcer en priorité les bonnes affaires donc les actions de qualité sous-évaluées du moment). Ensuite, si rien n’est intéressant dans le mois (tout est cher ou à la juste valeur), je renforce en effet les lignes trop petites pour qu’elles rattrapent les autres.

Cordialement,
Matthieu.

Bonjour Matthieu

Je pense que serait judicieux de attendre une baisse dû marché pour pouvoir rentrer, la oui ca serait intéressant , pas maintenant . ( Ça chauffe)
Merci continuation de en bonne journée .
Ps;) excellente blog

Bonjour Miguel,

Je vous remercie pour votre commentaire. La bourse est en effet très (trop?) bien valorisée en ce moment. Néanmoins, en cherchant bien, il est toujours possible de trouver des belles entreprises au juste prix même en plein marché haussier. Par exemple, du côté des US, Johnson & Johnson ou Cisco ou 3M sont de bons exemples.

Cordialement,
Matthieu.

Laisser un commentaire