Fabriquer un Screener en bourse

Comme évoqué dans le dernier article de reporting mensuel, j’ai fabriqué un screener me permettant de classer les différentes actions présentes dans mon portefeuille et dans ma watchlist en leur attribuant un score global.

Réaliser ce genre de screener permet d’avoir un classement le plus objectif possible sur les actions analysées. Cela permet également de sélectionner les meilleures actions à acheter ou à renforcer à l’instant T selon les critères qui sont propres à chacun.

Il est aussi possible de tracer des évolutions quantitatives qui permettent de déceler quels sont les critères qui ont le mieux permis d’expliquer l’évolution des marchés boursiers.

Nous allons donc voir dans cet article comment élaborer un tel screener, puis à titre d’exemple comment cela fonctionne sur mon portefeuille.

 

Réaliser son screener boursier maison

 

Généralité

Pour commencer, voici le principe général de fonctionnement de ce screener.

J’utiliser à titre personnel un fichier Excel et je prends mes informations sur ZoneBourse.

Pour chaque action, je rentre diverses données dans le fichier Excel. Certaines données sont brutes, alors que d’autres sont calculées automatiquement sur Excel à partir des données d’entrées.

Pour information, je rentre les données manuellement sur Excel, mais il est tout à fait possible pour quelqu’un ayant suffisamment de connaissances en programmation de faire une macro qui met à jour automatiquement les données.

Les données utilisées correspondent à plusieurs catégories : croissance, valorisation, dividende, momentum, rentabilité, qualité du bilan, confiance personnelle dans la société.

Ensuite, en fonction de ces données, j’attribue un score sur 10 pour chacune de ces catégories (ce score est calculé de manière automatique suivant plusieurs conditions).

Pour terminer, le score global sera la moyenne pondérée des scores de chaque catégorie. Les coefficients choisis pour les pondérations dépendent de chacun.

Par exemple, les gens intéressés par la croissance lui appliqueront un gros coefficient. Ceux intéressés par des dividendes élevés feront de même pour le score dividende etc…

 

Les catégories pour son screener boursier

Voici les différentes catégories que j’utilise dans mon screener et comment les scores sont calculés.

 

Score Croissance

Je rentre dans le screener les valeurs des chiffres d’affaires sur les 3 dernières années ainsi que les prévisions des analystes sur les 3 années suivantes.

Je fais de même pour le bénéfice net par action.

Ensuite, Excel calcule automatiquement à partir de ces données la croissance annualisée du CA et du BNPA sur ces années.

La formule utilisée est la suivante : croissance annualisée = (1+(valeur finale-valeur initiale)/valeur initiale)^(1/nombre d’années)-1

Par exemple, pour un BNPA qui passe de 1 à 3 en 5ans : (1+(3-1)/1)^(1/5)-1 = 0.15 = 15% par an.

J’ai donc en données d’entrée le CA et le BNA, et en données de sortie les croissances annualisées.

À partir de ces valeurs, je peux calculer un Score Croissance noté sur 10.

Dans mon cas, la croissance CA compte pour 6/10 et la croissance BNPA compte pour 4/10 (je donne légèrement moins d’importance au BNPA car il est plus facilement manipulable par des artifices comptables).

Voici ma manière de calculer le score :

=SI(Y4>15%;6;SI(Y4>10%;5,5;SI(Y4>8%;5;SI(Y4>7%;4,5;SI(Y4>6%;4;SI(Y4>5%;3;SI(Y4>4%;2;SI(Y4>3%;1;0))))))))+ SI(Z4>15%;4;SI(Z4>10%;3,5;SI(Z4>8%;3;SI(Z4>6%;2,5;SI(Z4>5%;2;SI(Z4>4%;1,5;SI(Z4>3%;1;SI(Z4>2%;0,5;0))))))))

J’utilise pour ce calcul la fonction Si() de Excel. Vous pouvez copier/coller le code en adaptant les cellules ciblées si vous le souhaitez. Y4 correspond à la croissance du CA et Z4 à celle du BNA.

Évidemment, toutes ces notes sont choisies de manière arbitraire et vous pouvez en attribuer des différentes dans votre cas.

Au final, on obtient une note croissance sur 10.

 

 

Score rendement

Je rentre dans le screener le prix de l’action, ainsi que le dividende attendu pour l’année en cours.

Le rendement du dividende est alors calculé automatiquement par dividende/ prix action. Plus le rendement est élevé, meilleur est le score.

J’attribue ensuite un score de cette manière :

=SI(X4>5%;10;SI(X4>4,5%;9;SI(X4>4%;8;SI(X4>3,5%;7;SI(X4>3%;6;SI(X4>2,5%;5;SI(X4>2%;4;SI(X4>1,5%;3;SI(X4>1%;2;SI(X4>0,5%;1;0))))))))))

X4 correspond au rendement de l’action pour l’année en cours.

 

 

Score dividende

Ce score calcule la qualité du dividende et ne s’intéresse pas au rendement contrairement au score précédent.

En ayant déjà rentré le BNPA ainsi que le dividende, le payout ratio (part des bénéfices distribués/bénéfices totaux) se calcule automatiquement.

Plus le payout ratio est faible, plus le dividende sera soutenable pour l’entreprise et a de la marge de progression. Le score payout ratio compte pour 4/10 du score dividende.

Ensuite, j’indique également si l’entreprise est un Dividend Aristocrats 6/6 (voir article sur les aristocrates Français ou sur les aristocrates Européens), un « presque aristocrate » 3/6 ou aucun des deux 0/6.

=SI(V4= »oui »;6;SI(V4= »presque »;3;0))+SI(W4<30%;4;SI(W4<40%;3;SI(W4<50%;2;SI(W4<80%;1;0))))

V4 correspond au « type d’aristocrate » et W4 au payout ratio.

 

 

Score value

Je rentre ici le PER moyen (price earning ratio = prix/BNPA) selon ZoneBourse sur les dernières années. Comme évoqué plus haut, le prix et les BNPA sont également déjà rentrés, je calcule donc le PER de l’année en cours.

Le score value est constitué d’une note absolue /4 (plus le PER est faible et plus la note est élevée) ainsi que d’une note relative /6 (plus la décote du PER actuel est élevée par rapport au PER moyen, plus le score est élevé).

Voici la manière de le calculer :

=SI((T4-Q4)/Q4<-0,3;6;SI((T4-Q4)/Q4<-0,25;5;SI((T4-Q4)/Q4<-0,2;4;SI((T4-Q4)/Q4<-0,15;3;SI((T4-Q4)/Q4<-0,1;2;SI((T4-Q4)/Q4<0;1;0))))))+SI(T4<10;4;SI(T4<15;3;SI(T4<20;2;SI(T4<25;1;0))))

En plus du score, j’applique également un critère go/no go avant d’acheter une action. Si le PER actuel > 15% du PER moyen, un « trop cher » s’affiche en rouge à côté de l’action pour m’avertir. Cela signifie que même si son score global est très élevé, il faut s’abstenir pour le moment car l’action est probablement sur-évaluée.

=SI((T4-Q4)/Q4>15%; »trop cher »; »OK »)

T4 étant le PER actuel et Q4 le PER moyen.

Voici un exemple ici, on voit que Hermès, Sartorius et Interparfums sont très chères en ce moment même si le score est élevé.

 

Screener bourse exemple valorisation

 

 

Score qualité du Bilan

J’évalue ici la solidité financière de l’entreprise concernant son endettement.

Si l’entreprise possède de la trésorerie 10/10. Si l’entreprise est endettée mais de manière maîtrisable 5/10 (leverage=dette/ebitda < 3). Si la dette est élevée 0/10 (leverage > 3).

=SI(S4= »trésorerie »;10;SI(S4= »dette Ok »;5;0))

 

 

Score Profitabilité

Je rentre dans Excel la marge nette (bénéfices/chiffre d’affaires) sur l’année en cours. Plus la marge nette est élevée, plus l’entreprise est profitable et donc le score est élevé.

=SI(R4>20%;10;SI(R4>15%;8;SI(R4>10%;6;SI(R4>5%;5;SI(R4>4%;4;SI(R4>3%;3;SI(R4>2%;2;SI(R4>1%;1;0))))))))

R4 correspond à la marge nette.

Il aurait été possible d’introduire les notions de ROE ou de marge brute pour ce score mais j’ai choisi au plus simple.

 

 

Score Momentum

Je rentre sur Excel la performance à 10ans, 5ans, 1an de l’action en tenant compte des dividendes. Ainsi, cela ne pénalise pas les entreprises versant beaucoup de dividende.

Les périodes temporelles permettent de capter les performances court 2/10, moyen 4/10 et long terme 4/10.

=SI(AA4>20%;2;SI(AA4>15%;1,5;SI(AA4>10%;1;SI(AA4>5%;0,5;0))))+ SI(AB4>200%;4;SI(AB4>150%;3,5;SI(AB4>100%;3;SI(AB4>75%;2;SI(AB4>50%;1,5;SI(AB4>25%;1;0))))))+ SI(AC4>500%;4;SI(AC4>450%;3,5;SI(AC4>400%;3;SI(AC4>300%;2;SI(AC4>200%;1,5;SI(AC4>100%;1;0))))))

 

 

Score confiance

Pour terminer, le dernier score est une note sur 10 de la confiance que j’ai en l’entreprise. Cette confiance est valable pour la crédibilité que j’ai des prévisions des analystes, et également dans la régularité du compte de résultat de l’entreprise.

C’est peut-être la seule notation subjective mais je trouve important de l’introduire car il est logique d’investir dans des entreprises qui nous mettent en confiance plutôt que l’inverse. Ainsi des valeurs comme Hermès aura une bonne notation, alors que ce ne sera pas le cas pour des valeurs bancaires ou des small-caps.

 

Score Global

Le score global sera la moyenne pondérée de chacun des scores précédents.

À titre personnel, voici les coefficients que j’utilise pour la pondération (vous pouvez bien évidemment les changer selon votre situation) :

Croissance : 10

Bilan : 2.5

Momentum : 2.5

Value : 2

Rendement : 2

Dividende : 4

Profitabilité : 2

Confiance : 4

J’ai choisi de fortement privilégier la croissance dans le scoring car je suis encore jeune et je pense que c’est le critère principal qui explique la hausse des actions à long terme (on le verra d’ailleurs plus bas dans les analyses quantitatives que je tracerai).

J’ai également choisi de donner peu d’importance dans le rendement de l’action à l’instant T. Je pense que des dividendes élevés sont des signes d’une société très mature qui progressera lentement par la suite. On verra d’ailleurs plus bas également qu’un rendement élevé est généralement au détriment de la performance boursière (même en total return).

Je pondère également assez peu la value car cela va souvent à contresens du momentum. De plus, les sociétés de très bonne qualité et reconnues comme telles par tout le monde sont très chères. Pourtant, ce sont elles qui performent le mieux. En ne gardant que les faibles valorisations, on risque ainsi de rester toujours à l’écart des plus belles valeurs, ce que je ne souhaite pas.

 

 

Application du Screener à mon portefeuille et ma watchlist

Voici les scorings que j’obtiens sur mon portefeuille et ma watchlist :

 

Portefeuille

Screener bourse portefeuille partie 1

Screener bourse portefeuille partie 2

 

 

Watchlist

Screener bourse watchlist partie 1

Screener bourse watchlist partie 2

 

 

Analyses quantitatives en bourse

Avec toutes ces données, il est possible d’essayer de trouver quel critère corrèle le mieux avec les performances boursières.

 

Score Croissance vs performance

Voici par exemple un tracé de la performance à 10 ans en fonction du score croissance :

Screener bourse croissance et performance

 

Les points bleus représentent les actions en portefeuille, et l’orange les actions en watchlist.

On constate avec la pente de la régression linéaire que plus la croissance est forte, plus l’espérance de gain est élevée (ce qui semble logique mais qui est vérifiée ici).

On remarque également que les pentes des droites sont proches, ce qui signifie que les résultats sont similaires sur le portefeuille boursier et dans la watchlist (donc pour des actions différentes). Ainsi, les résultats sont robustes aux variations de données d’entrée, ce qui les rend plus fiables.

Si l’on regarde la partie en bas au gauche (faible score croissance et faible performance boursière), on voit que beaucoup de points sont rassemblés. Cela signifie que globalement lorsque la croissance est faible, il ne faut pas s’attendre à de bonnes performances.

On remarque d’ailleurs que la partie en haut à gauche est quasiment vide, ce qui signifie qu’il n’y a pas de valeurs à faible croissance mais performances élevées.

On constate également que toutes les valeurs à fortes performances (>350%) sont toutes situées dans le coin supérieur droit (donc zone à croissance élevée).

 

Score Rendement vs performance

En faisant le même travail avec le score rendement (performance boursière en fonction du rendement) on constate exactement le phénomène inverse. Plus le rendement du dividende est élevé, plus la performance boursière est faible.

Screener bourse rendement et performance

 

Il n’y quasiment aucun point dans le coin supérieur droit (bonne performance et bon rendement).

En revanche, beaucoup de valeurs sont dans le coin supérieur gauche (bonne performance et faible rendement) ou inférieur droit (mauvaise performance et rendement élevé).

Je rappelle que les performances sont en total return (évolution du prix + dividendes réinvestis) donc les valeurs à dividendes élevées ne sont pas défavorisées par le scoring. L’effet aperçu est donc bien réel.

Je n’ai pas fait le travail de vérification, mais je pense que la dispersion et la volatilité est tout de même plus faible pour les valeurs à rendement élevé. Ainsi, on peut s’attendre à une performance correcte pour ces valeurs (peu de chance de performer mais peu de chance d’avoir une très mauvaise performance).

 

 

Score Global vs performance

Pour terminer, voici l’étude qui va « valider » le screener puisqu’elle étudie la corrélation entre le score global donné par mon screener à la performance total return de l’action sur 10 ans.

Voici le résultat obtenu :

Screener bourse score global et performance

 

On remarque, tout comme dans les cas précédents, que les pentes des droites sont très proches entre le portefeuille et la watchlist, les résultats sont donc fiables et robustes en fonction des données d’entrée.

A nouveau, on remarque que si l’on veut faire une performance élevée (>300%), il faut un score >5 (coin supérieur gauche vide). De même, toutes les valeurs à bonne performance sont réunies dans le coin supérieur droit.

 

 

Conclusion :

On peut donc conclure avec le dernier graphique que pour réaliser de bonnes performances boursières, il faut détenir des actions avec des scores élevés.

En revanche, on constate que la dispersion est assez forte au niveau des performances avec scores élevés. C’est-à-dire que même avec un score élevé, il est tout à fait possible que certaines actions ne performent pas (voir coin inférieur droit).

La seule manière pour mettre toutes les chances de son côté (et donc les statistiques) est de sélectionner (tout comme je le fais) un grand nombre d’actions à score élevé. Ainsi, en utilisant la loi des grands nombres, on peut être quasiment sûr de réaliser une bonne performance et d’éviter les effets aléatoires.

N’hésitez pas à me faire un retour sur vos avis concernant ce screener et l’analyse que l’on peut en faire !

 

 

N’hésitez pas à poster un commentaire.

Si jamais le commentaire ne s’affiche pas directement, c’est normal car je dois d’abord le valider pour qu’il apparaisse (anti-spam).

Mentions légales :

Toutes les informations disponibles sur ce blog sont données à titre indicatif et ne sont en aucun cas des conseils d’achats ou des recommandations au sens de l’AMF.

L’auteur ne saurait être tenu responsable des pertes que pourrait engendrer le lecteur et décline toute responsabilité à l’égard des conséquences éventuelles de l’utilisation du blog.

De plus, les informations pourraient ne pas être actualisées et donc ne fournissent aucunes garanties. Il appartient à chacun de vérifier les données personnellement.

4 commentaires

Salut, merci pour toutes ces précieuses infos !

Je n’es pas bien compris le calcul du score momentum, pouvez-vous être plus précis, en précisant les données dans un exemple?

Vous remerciant 🙂

Bonjour Gabin,

Pour le score Momentum, j’utilise la somme de 3 critères temporels à savoir :
– court terme (performance sur 1 ans) 2/10
– moyen terme (perf sur 5 ans) 4/10
– long terme (perf sur 10 ans) 4/10.

Par exemple sur la partie court terme, j’applique 2/2 si la perf >20%, 1.5/2 si la perf >15%, 1/2 si la perf >10%, 0.5/2 si la perf >5%, 0/2 sinon.
J’applique le même genre de notation pour le moyen et long terme, avec évidemment des seuils différents (par exemple 4/4 en long terme si perf > 500% et 4/4 en moyen terme si perf > 200%…).

Pour rappel, les performances tiennent compte des dividendes réinvestis.
Ces seuils sont arbitraires mais fixés de manière « cohérente » sur la base de données que j’ai sur les environ 120 actions du portefeuille et watchlist.

Cordialement,
Matthieu.

Justement, où trouve-t-on ces informations de performance à 1 an, 5 ans et 10 ans et en tenant compte des dividendes ?
Merci

Bonjour Jean,
Ce ne sont pas des données simples à trouver ! Vous pouvez par exemple utiliser le logiciel ProRealtime (que j’utilise à titre personnel) et qui peut tracer le cours des actions en prenant en compte les dividendes (le graphique ne chute pas lors du versement). Vous pouvez ensuite via l’outil « règle » calculer les performances sur les périodes souhaitées.

Cordialement,
Matthieu.

Laisser un commentaire