Construire un portefeuille d’actions à dividendes

La construction d’un bon portefeuille d’entreprises à dividendes croissants est une étape très importante pour commencer à investir.

Il sera souvent nécessaire d’y passer un certain temps au début car les choix seront lourds de conséquences pour la suite.

Néanmoins, c’est une étape assez plaisante et stimulante. Nous allons voir plus en détail dans cet article quelles sont toutes les étapes pour bien démarrer.

En résumé, c’est un peu comme expliquer tout ce que je ferais si je devais repartir de zéro.

Comment trouver les meilleures entreprises à dividendes croissants

 

Imaginez un instant que vous êtes professeur en terminale et que vous jouez à un jeu : miser sur les élèves qui auront le bac ou non. Le bon et premier réflexe à avoir, c’est de regarder les notes de chaque élève sur l’année (peut-être aussi l’année dernière) et de miser sur ceux qui ont eu les meilleures notes et qui sont les plus réguliers. Ça ne garantit pas 100% de réussite, mais c’est quand même un bon départ. Cela semble aussi totalement logique…

En bourse, c’est également la même chose. Si vous souhaitez trouver des entreprises capables de verser des dividendes croissants pendant des décennies, la première chose à faire est de consulter la liste des entreprises qui ont déjà réussi à le faire. Logique non. Ces entreprises sont les Dividend Aristocrats. Elles ont un historique de versement croissant de plus de 25 ans aux US, et 15 ans en Europe.

 

En voici la liste :

 

Liste des Dividend Aristocrats en France

Liste des Dividend Aristocrats en Europe

Liste des Dividend Aristocrats aux US

 

On peut y trouver des noms très connus comme L’Oréal, Danone, Coca-Cola, McDonald’s…

Mais également des moins connus comme Rubis, Ipsos, National Health Investors, Aqua America, McCormick…

 

 

Si l’on devait ensuite continuer le jeu, on miserait probablement sur les élèves qui n’étaient pas forcément les meilleurs au début de l’année, mais qui ont eu une progression fulgurante et qui ont beaucoup de potentiel.

Dans le cas de la bourse, on ferait exactement la même chose. On va donc ensuite regarder la liste des challengers, c’est à dire les entreprises qui ne sont pas encore des Dividend Aristocrats mais qui sont en voie de l’être.

 

Voici la liste :

 

Les presque Dividend Aristocrats en France

Les Dividend Challengers aux US

 

On peut y trouver des entreprises comme Orpéa, Téléperformance, Microsoft, Nike, Starbucks…

 

Une fois toutes ces listes établies, nous avons notre univers de départ d’entreprises. Ça en fait plus d’une centaine ! Faut-il tout acheter ?

Evidemment que non ! Il va falloir faire des choix maintenant.

La première étape de sélection dans ces listes est d’analyser rapidement les fondamentaux de ces entreprises.

Pour savoir comment faire, vous pouvez lire cet article expliquant comment analyser les entreprises et trouver les meilleures actions. La plupart du boulot pourra se faire sur le site ZoneBourse qui est excellent.

Pour faire simple et rapide ici, il faut que l’entreprise soit en croissance à long terme (sinon impossible d’augmenter le dividende !), elle doit être solide financièrement (pas trop de dette). Son payout ratio (part des bénéfices reversés en dividendes) ne doit pas être trop élevé (si possible < 60%).

L’univers de départ va déjà bien diminuer après ces nouveaux filtres. En effet, certaines entreprises aristocrates sont en train de perdre leur statut. Il faut à tout prix le voir avant que cela puisse arriver.

Enfin, on peut encore appliquer de nouveaux filtres propres à chacun.

Certains sélectionneront uniquement les entreprises de croissance car avec un horizon long terme elles devraient bien performer.

D’autres selon leur feeling car l’aspect psychologique est très important en bourse. Il faut surtout ne jamais investir à long terme sur des entreprises dont nous avons des doutes et qui ne nous mettent pas en confiance. Dans une optique dividende, on ne revend pas ses positions, on est en quelque sorte marié à elles tant que les fondamentaux restent bons. Ça serait étrange de se marier avec un truc qu’on n’aime pas.

Pour finir, certains souhaiteront sélectionner un rendement minimum à l’entrée (par exemple les actions uniquement avec un rendement supérieur à 2%). Il faut cependant bien faire attention avec ce critère car le rendement initial ne fait pas tout. Il faut aussi prendre en compte sa croissance. Pour plus d’infos là-dessus, vous pouvez lire l’article dividendes croissants ou dividendes élevés.

 

 

Conclusion de la première étape

Arrivé à la fin de cette étape, je vous conseille de noter sur un papier « en vrac » le nom de toutes les boites qui respectent vos filtres et qui restent.

Notez vraiment tous les noms qui vous passent par la tête. Normalement, vous devriez déjà avoir pas mal filtré les premières listes, mais il doit encore vous rester beaucoup de noms (en théorie encore trop).

Vous avez déjà bien avancé, bravo !

Nous allons voir maintenant comment poursuivre.

 

Construire un portefeuille à dividende équilibré par secteurs

 

Nous cherchons ici à construire un portefeuille très bien diversifié, que l’on pourrait appeler « la forteresse ». Eh oui rien que ça ! Ce portefeuille doit être solide, capable de bien performer dans tous les cycles (haussiers, baissiers…). Il doit également surtout ne pas nous empêcher de bien dormir la nuit. Il faut être sûr aussi que si un des secteurs du portefeuille aille mal, un autre ira bien pour le compenser.

Je vous invite à lire l’article sur les différents secteurs en bourse pour comprendre la sensibilité de chacun aux cycles.

Maintenant que vous avez tous les différents secteurs en tête, nous allons poursuivre.

Reprenez la liste que vous aviez à la fin de la première partie et classez toutes les entreprises dans leurs secteurs respectifs.

A vos stylos….

Ça devrait ressembler à cela normalement :

 

Santé : Sanofi, …, …

Technologies : Microsoft, …, …

Industrie :

Finance :

Immobilier :

Energie :

Matériaux :

Utilities :

Telecom :

Conso discrétionnaire :

Conso de base :

 

Faites ceci pour tous les secteurs et toutes vos entreprises. Ensuite, il va falloir chercher à équilibrer tout ça.

Si vous voyez que vous n’avez aucune entreprise dans un secteur en particulier, ce n’est pas bon. Cherchez à en intégrer au moins une ou deux. À l’inverse, si vous avez beaucoup trop d’actions dans un secteur, ce n’est pas bon non plus. Il va donc falloir faire des choix. Pensez à leur business. Si deux entreprises dans le même secteur ont des business très proches (par exemple Vinci et Bouygues, LVMH et Hermès…) il vaut mieux se concentrer sur celle que vous préférez. Je vous conseille généralement de prendre la plus grosse, qui est souvent la plus diversifiée et Leader dans son domaine. En l’occurrence dans mon exemple il faut prendre Vinci et LVMH (ce n’est bien évidemment pas une obligation).

Pour les choix au sein d’un secteur, il faut aussi chercher à se diversifier dans les différents sous-secteurs qui le constituent. Par exemple lorsqu’on souhaite compléter la partie santé, il faut chercher des entreprises pharmaceutiques (ex : Sanofi), des distributeurs de matériel médical (ex : Essilor), des gérants de maisons de retraite (ex : Orpéa)…

Il faut aussi bien garder en tête que l’on investit à long terme sur la croissance des sociétés. Il faut donc miser sur des secteurs en croissance, et surtout pas trop cycliques !

 

Historiquement les meilleurs secteurs sur ce thème sont la santé, la conso de base (boisson, alimentation, produits cosmétiques, produits ménagers), les utilities (gestion de l’électricité, de l’eau, des déchets, du gaz…).

Ça ne sera donc pas un problème de légèrement surpondérer ces secteurs. À l’inverse, il vaut mieux rester un peu plus à l’écart de la finance, des matériaux, de l’énergie et de certaines branches industrielles très cycliques. Ces secteurs ne doivent pas être abandonnés, ils doivent juste être légèrement sous-pondérés.

Une fois cette étape terminée, vous touchez quasiment au but ! Préparons-nous maintenant pour la dernière étape.

 

 

Construire un portefeuille à dividende équilibré en rendement

 

Maintenant que nous avons presque terminé, il reste une chose à vérifier. Une erreur classique des investisseurs dans les dividendes est de chercher des boites à « hauts rendements ». Si une entreprise est à haut rendement, c’est généralement parce que sa croissance est faible ou qu’elle est considérée comme risquée par le marché. Un bon portefeuille équilibré d’actions à dividendes croissants doit contenir tous les types de rendements (rendement élevé et croissance faible ex : Total, rendement moyen et croissance moyenne ex : Air Liquide, rendement faible et croissance élevée ex : LVMH).

Pour plus d’infos là-dessus, vous pouvez lire l’article détaillant ces 3 catégories et pourquoi elles sont complémentaires.

Faites donc un test et calculez le rendement moyen des dernières actions en liste. Normalement, si votre portefeuille est bien équilibré, le rendement devrait être d’environ 3%. Il ne faut pas chercher plus. Cela ne veut pas dire d’avoir que des actions à 3%, mais par exemple une action à 4% compensera une action à 2%.

Si vous obtenez un rendement proche de 3%, félicitations votre portefeuille est terminé !

Il n’y a pas de nombre « idéal » d’actions d’un portefeuille à dividende, mais je pense que pour assurer une bonne diversification et limiter les risques de pertes de revenus en cas de coupe du dividende, 40 actions me semble optimal. Je déconseille fortement de descendre en dessous de 30. Il n’y a pas de limites maximales, cela dépend aussi du patrimoine total. Plus le patrimoine est élevé, plus on peut monter.

 

 

 

Passer à l’achat et tenir une watchlist

 

Maintenant que le portefeuille est prêt, il va falloir passer à l’action !

Si on a le capital disponible, faut-il tout acheter d’un coup ?

La réponse dépend de votre horizon de temps et de savoir si vous souhaitez continuer d’investir chaque mois par la suite. Si vous avez un capital à placer et que vous ne comptez plus ajouter d’argent par la suite, il va falloir faire attention aux valorisations.

Dans un premier temps, il faudra acheter les actions au juste prix ou sous-évaluées. Il faudra donc conserver une réserve de cash pour acheter les actions « chères » dès qu’elles chuteront. D’où l’intérêt d’avoir une watchlist à jour pour suivre les valorisations. Vous pouvez également consulter le screener que je mets à jour chaque mois pour savoir quelles sont les actions au bon prix.

Si vous rajoutez du cash chaque mois, l’aspect valorisation aura moins d’importance car vous aurez le temps de lisser les prix d’achats à long terme. On pourra donc ouvrir une petite ligne de chaque entreprise (même les chères) dès le début, et on renforcera ensuite selon les valorisations du moment.

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous aura donné envie de vous lancer dans la construction d’un portefeuille d’actions !

Me contacter :  etre.riche.et.independant@gmail.com

 

N’hésitez pas à poster un commentaire.

Si jamais le commentaire ne s’affiche pas directement, c’est normal car je dois d’abord le valider pour qu’il apparaisse (anti-spam).

Mentions légales : 

Toutes les informations disponibles sur ce blog sont données à titre indicatif et ne sont en aucun cas des conseils d’achats ou des recommandations au sens de l’AMF.

L’auteur ne saurait être tenu responsable des pertes que pourrait engendrer le lecteur et décline toute responsabilité à l’égard des conséquences éventuelles de l’utilisation du blog.

De plus, les informations pourraient ne pas être actualisées et donc ne fournissent aucunes garanties. Il appartient à chacun de vérifier les données personnellement.

 

5 commentaires

Joyeuses fêtes Matt, et félicitation cet article devrait être lu par chaque particulier qui souhaite se lancer en bourse…

Salut Seb, je te souhaite de très bonnes fêtes également !

Bonjour,

Je viens de me lancer en bourse et je lis de très près ce qui me semblent de très bons conseils.
J’ai opté pour une stratégie à long terme 5-10 ans en me focalisant sur les actions à dividendes comme vous l’avez parfaitement expliqué avec des profils de dividendes/croissances différents.

J’ai aussi retenu que sur le long terme, même en cas de baisse forte du marché, la meilleure chose à faire était de ne pas vendre (même si cela est stressant, car c’est à ce moment qu’on perd les bénéfices des années de patience alors qu’en général la bourse se récupère au bout d’1 an / 3 ans, etc…)

Je me renseigne également sur d’autre sites très commerciaux et un conseil revient tout le temps qui me semble dangereux :
Placer des ordres stops obligatoirement.
Il me semble que suivant cette stratégie long terme, ce serait une erreur car dès que la bourse chuterait, je prendrai automatiquement mes pertes sans laisser le temps à la bourse de se récupérer.

Pouvez vous me dire ce que vous en pensez ?
Evidemment, je n’investis que sur des actions qui semblent stables (dividend aristocrats, CAC40) pour éviter les bulles irrécupérables.

Merci.

Bonjour Damien,

Pour investir en bourse, 5 ans est vraiment la période minimale, elle ne suffirait probablement pas pour se remettre sur pied d’un krach. 10 ans me semble être la bonne période.

Acheter des entreprises solides versant des dividendes croissants est l’une des meilleures stratégies pour rester serein lorsque vous investissez. Il faut conserver ces entreprises le plus longtemps possible pour profiter de leur croissance.

Placer des ordres stop dans une optique long terme n’a aucun sens !
D’une part, vous risquez en effet de les déclencher en cas de baisse des marchés, même si les fondamentaux de l’entreprise restent solides.
D’autre part, lorsque vous investissez à long terme dans une optique dividende, le prix des actions n’a aucune importance. Seule l’évolution des dividendes compte.

La seule chose qui devrait vous faire vendre une action est la coupe du dividende, ou les fondamentaux qui se détériorent. Mais donc absolument pas l’évolution de son prix.

N’écoutez donc pas toutes ces sottises. Il faut investir et non spéculer. Les stop loss c’est uniquement pour le trading sur des actions très volatiles ou avec du levier.

Cordialement
Matthieu.

Un gros merci pour tous ces bons conseils.
Je suis fan de votre blog 😉

Laisser un commentaire